Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 16/10 6h33

Dans les salles dès ce mercredi : Camille, avec Nina Meurisse (d'après la vie de Camille Lepage).

Un film à voir dans les salles dès ce 16 octobre, Camille. Ce drame de Boris Lojkine est porté par la comédienne Nina Meurisse, primée au Festival du film francophone d'Angoulême.

Le synopsis : Jeune photojournaliste éprise d'idéal, Camille part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse emportée par la tourmente. Désormais, son destin se jouera là-bas.

Boris Lojkine :

"Je ne connaissais pas Camille Lepage. Comme la plupart des gens, j’ai découvert son existence lorsqu’elle est morte. Je me souviens avoir été frappé en découvrant sa photo dans le journal : son visage rieur, ses grosses joues de bébé. Il y avait un contraste saisissant entre ce visage juvénile et les horreurs qui se déroulaient alors dans le pays. D’emblée je me suis senti attiré. Pas par le fait divers mais par elle, Camille, par tout ce que je devinais d’elle.

C’est une fille qui a dû partir au bout du monde pour se trouver. Une fille qui s’intéressait à des populations lointaines, comme moi. Elle était partie faire du photojournalisme, mais elle ne voulait pas être comme ces photographes de guerre qui zappent d’un conflit à l’autre et ne passent dans un pays que le strict minimum de temps pour en rapporter des photos choc. Elle voulait vivre proche des locaux, loin des hôtels internationaux et des belles villas d’expatriés. Pour tout cela, je me sens incroyablement proche d’elle.

Camille n’est pas un biopic au sens ordinaire. Ce n’est pas l’histoire d’une immense artiste. Lorsqu’elle est morte à 26 ans, Camille ne faisait de la photo que depuis deux ans. Elle avait très vite progressé, elle était devenue une bonne photographe, elle commençait à trouver son style. Mais son œuvre était encore à venir. Elle n’a pas eu le temps. Camille est un récit d’initiation. C’est l’histoire d’une jeune femme idéaliste qui rêve de devenir photojournaliste pour venir en aide à des populations oubliées. Mais en Centrafrique, Camille se retrouve confrontée à une violence à laquelle elle n’est pas préparée. Comment raconter que des gens se mettent à couper leurs voisins à la machette quand on croit à la bonté de l’humanité ? Comment photographier la folie de la guerre quand on aime les gens ? Plongée au milieu de la crise centrafricaine, Camille s’efforce de continuer à faire son travail sans céder au cynisme. Mais est-ce possible ?"

Commenter cet article