Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Harcèlement sexuel au travail : soirée spéciale le 5 octobre sur France 2.

Le mercredi 5 octobre, France 2 consacre une soirée continue au harcèlement sexuel au travail avec la fiction inédite Boomerang, suivie d'un débat présenté par Julian Bugier et d'un documentaire inédit « Infrarouge » : La révolte des femmes de chambre.

Boomerang : Avec Corinne Masiero (Louise Falconetti), Bruno Salomone (Quentin), Tiphaine Daviot (Roxane), Laurent Bateau (Renaud Monteil), Marie Berto (Jeannette), Marie Hattermann (Valérie).

Christian François (réalisateur et scénariste)  : "A travers cette fiction, je voulais traiter de cette zone grise où l’agression sexuelle n’est pas entendue comme telle par l’agresseur. Je voulais pouvoir traiter, dans le milieu du travail, d’une faute et de ses conséquences. Pouvoir offrir à chacune et à chacun, la possibilité rhétorique d’exprimer un point de vue. L’agression sexuelle dont est victime Roxane au prologue du film pourrait n’avoir aucune conséquence… Il suffirait que sa parole soit mise en doute, comme c’est souvent le cas, et qu’elle soit même niée, pour que Roxane ne soit jamais reconnue victime. Une première femme, interprétée par Corinne Masiero, va se lever pour la défendre et mener un combat pour, qu’au-delà des apparences, justice soit faite. Nous avons en commun des convictions et l’envie de les revendiquer. Corinne sait très bien ne pas se prendre au sérieux et utiliser l’humour et son sens de la répartie pour donner à entendre ses opinions. J’aime cette manière de participer au débat… Dans Boomerang, l’humour ne cède jamais à la colère le moindre centimètre d’image ! Il ne s’agit pas de tomber tout cru dans le film militant, mais, au contraire, par sa forme, de donner aussi tout son sens aux poésies du quotidien. Que la caméra soit le spectateur plongé dans l’histoire. Témoin invisible au plus près des actions, des pensées et des émotions des personnages. Que ce film soit à la fois un début de réflexion et un moment de partage est mon plus grand désir."

Le résumé : À l’imprimerie Monteil, les relations entre les femmes et les hommes sont plutôt bonnes, même si les plaisanteries en-dessous de la ceinture ne sont pas rares. Un soir, Quentin, l’un des anciens de la boîte, guette la jeune Roxane à la sortie de l’entreprise. Quentin est persuadé que Roxane est prête à céder à ses avances, qu’il lui suffira de faire le premier pas. Sauf que Roxane ne veut pas. Quentin ne la croit pas mais, quand il le comprend, il est malheureusement déjà allé trop loin. Choquée par cette agression, Roxane tente de mettre fin à ses jours. Elle ne doit la vie qu’à l’intervention de Louise Falconneti, grande gueule et figure historique de l’entreprise. Face au déni de l’agresseur et de la direction, des femmes et des hommes de l’imprimerie, emmenés par Louise, décident de se mettre en grève, d'apprendre à se défendre comme il se doit, et de tout faire pour que justice soit rendue.

La fiction sera suivie d'un débat en plateau présenté par Julian Bugier.

En toute fin de soirée, Les révoltes des femmes de chambre.

En juin 2019, les femmes de chambre du plus grand hôtel Ibis de France, porte de Clichy, à Paris, décident de sortir du silence et de l’abnégation. Elles entament une grève pour dénoncer les cadences infernales, le travail impayé et les conditions éprouvantes que leur inflige Accor via le sous-traitant qui les emploie. Elles osent parler, devant la justice, d’exploitation et de discrimination de la part du premier groupe hôtelier européen et troisième mondial. C’est un système entier qui est pointé du doigt dans cette lutte qu’elles mènent, sans relâche, pendant près de deux ans. Pour Rachel Kéké, porte-parole du mouvement, Sylvie Kimissa et les autres, c’est une lutte primordiale et incertaine qui s’enclenche et bouleverse leur vie. A travers la chronique de cette mobilisation collective, triomphante, le film nous embarque aux côtés de ces femmes et nous raconte qui sont ces nouvelles héroïnes de notre temps. En juin 2022, l’élection de Rachel Kéké à l’Assemblée nationale fait de cette lutte, au-delà d’un symbole, un véritable marqueur historique et inédit : l’entrée de la première femme de ménage à l’Assemblée.

Un film de Thibault Férié.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article