Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Romain 15/12 18h45





Divine-Emilie.gif






France 3 propose le samedi 29 décembre, à 20h50, un téléfilm inédit d'Arnaud Sélignac, "Divine Emilie". Scénario d’Elisabeth Badinter et de Chantal de Rudder.




En vedette, Léa Drucker, Thierry Fremont, entre autres...




Surdouée en physique et en mathématiques depuis son plus jeune âge, à une époque où les femmes ne s’intéressent guère à ce genre de choses, Emilie du Châtelet est, à 26 ans, une jeune marquise au caractère excessif et enflammé, mariée à un mari qui l’ennuie et prête à se tuer pour son amant du moment, le jeune comte de Guebriant. 

Grâce à la duchesse de Saint-Pierre, une libertine à la cinquantaine bien entamée, Emilie se reprend et rencontre Voltaire ; ce dernier se souvient très bien d’Emilie, croisée enfant, alors que son père la produisait dans les salons, tel un singe savant. 

Ils couchent ensemble le soir même sans se soucier du qu’en-dira-t-on, mais Voltaire s’avère être un piètre amant, et Emilie conclut d’emblée qu’ils feraient beaucoup mieux de rester bons amis. Elle continue de s’adonner avec frénésie à sa passion du jeu et dépense des sommes folles, jusqu’au jour où elle rencontre un jeune savant et aventurier, Pierre-Louis de Maupertuis ; Emilie s’enflamme… 




Avec Léa Drucker (Emilie du Châtelet), Thierry Fremont (Voltaire), Aurore Clément (Duchesse de Saint-Pierre), Philippe Lefebvre (Marquis du Châtelet ), Sophie Broustal (Madame du Deffand), Olivier Sitruk (Maupertuis), Alain Doutey (Baron de Breteuil), Mathieu Delarive (Comte de Guebriant)...




Elisabeth Badinter a adapté le livre qu'elle a consacré à Emilie du Châtelet :


"
Il faut laisser le livre de côté pour ne s’occuper que de l’histoire. Notre principale ambition était de rendre vivante une femme qui nous semble tout à fait exceptionnelle et parfaitement méconnue du public. Nous nous sommes attachés à mettre en avant les moments phares de sa vie comme la psychologie de l’héroïne. Nous avons donc privilégié son côté passionnel, son énergie, ses goûts extrêmes et sa vie amoureuse, un thème que je n’ai pratiquement pas abordé par exemple dans mon livre. Souligner que ce fut une femme de toutes les passions en fait une femme très contemporaine. Elle avait une sorte de liberté par rapport aux conventions de l’époque assez étonnante, au point de vivre avec son amant pendant trois ans dans un château appartenant à son mari…


L’alchimie entre Voltaire et Emilie est pour moi comparable à celle qui a existé entre Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Ces deux couples mythiques ont en commun une connivence intellectuelle très forte, une solidarité immense et enfin la coexistence en eux d’amours nécessaires et d’amours contingentes. Mais Emilie et Voltaire, à la différence de Sartre et Beauvoir, forment un couple très voluptueux, sont gourmands de la vie qu’ils dévorent par tous les bouts. Ils sont véritablement à égalité et ont un immense respect l’un pour l’autre.(...)


Si je suis si heureuse que cette fiction existe, c’est que depuis très longtemps je cherche à motiver les jeunes filles pour qu’elles s’orientent vers les filières scientifiques qui restent encore les territoires privilégiés des garçons. Je pense qu’une femme comme Emilie du Châtelet est un modèle d’identification magnifique, bien plus excitant que Marie Curie, par exemple, que son époque représente sur des clichés jaunis comme une dame assez sévère, toujours de noire vêtue. Or, Emilie est la preuve vivante qu’on peut être une femme jusqu’au bout des ongles tout en investissant des territoires réservés d'ordinaire aux hommes."




Photo Léa Drucker - Thierry Fremont, copyright Charlotte Schousboe





Commenter cet article

Bijou 15/12/2007 18:59

Trop rare, Thierry Frémont. 

Karine 15/12/2007 18:58

Film en costumes, toujours très risqué pour l'audience.