Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 04/05 8h15










Anne-Sophie Lapix et Harry Roselmack présenteront un nouveau numéro du magazine "7 à 8" ce dimanche à18h50 sur TF1. Le sommaire ci dessous.


 

LA MAISON DE L'HORREUR

C'est de l'aveu même des enquêteurs « la pire affaire criminelle de l'après-guerre ».  Deux ans après la révélation de l'histoire de Natascha Kampusch, enlevée et retenue huit ans dans une cave de la banlieue de Vienne, l'Autriche, tétanisée, découvre une nouvelle affaire de séquestration, cette fois sur fond d'inceste. Elizabeth a 42 ans, elle en paraît vingt de plus. Elle vient de passer 24 ans emprisonnée dans une cave, séquestrée par un père, Josef Fritzl, qui la viole depuis l'âge de 11 ans. De ces violences incestueuses naîtront sept enfants. L'un décèdera, son corps sera incinéré dans une chaudière par le père tyrannique. Trois seront adoptés par Josef Fritzl et sa femme Rosemarie. Trois autres vivront enfermés avec leur mère. Ils ont aujourd'hui 19, 18 et 5 ans et n'avaient jamais vu la lumière du jour. Dans la petite ville d'Amstetten, personne, ni les voisins, ni les services sociaux qui ont visité la maison des Fritzl à plusieurs reprises n'ont mis en doute l'explication donnée par le père pour expliquer la disparition de sa fille. Elle avait, selon lui, rejoint une secte. En fait, Elisabeth était enfermée dans un cachot dissimulé dans le sous-sol de la villa et protégé par une serrure à combinaison. Un reportage de Bénédicte DELFAUT et Didier BARRAL en Autriche sur cette hallucinante et terrifiante affaire.




UNE CITE AUX MAINS DES DEALERS

Le 8 février dernier, Toufik a été battu à mort dans une cave de la cité des Iris, dans les quartiers nord de Marseille. Deux mois plus tard, la police a arrêté une quinzaine de personnes dans le milieu des dealers qui, depuis des années tient le quartier en coupe réglée. Entre peur et indignation, les habitants s'interrogent sur les raisons de ce meurtre et certains tentent de briser la loi du silence. Un reportage de Amandine CHAMBELLAND et Didier BARRAL.




RETOUR CHEZ LES CH'TIS

Après le phénoménal succès de « Bienvenue chez les Ch'tis », qui bat tous les records du box-office français, la ville de Bergues qui a servi de décor au film de Dany Boon devient un lieu de pèlerinage. Chaque jour, cette petite bourgade de 4000 habitants accueille un millier de visiteurs venus de toute la France de quoi donner des idées à certains commerçants qui entendent bien surfer sur la vague « ch'ti ». Un reportage de Bertrand AGUIRRE et Tony CASABIANCA.




LA VIE VOLEE DE LYDIA

Son père en avait fait son esclave sexuelle. Lydia a aujourd'hui 45 ans. Dans un témoignage choc et exclusif, elle détaille à Thierry DEMAIZIERE cette vie volée, séquestrée des années dans le grenier de la maison. Les sévices, les enfants issus de ces viols qu'elle n'avait pas le droit d'approcher...Selon elle, tout le monde savait au village, et tout le monde a préféré se taire. Elle dénonce cette chape de silence et donne une incroyable leçon de vie dans un entretien poignant.



Commenter cet article

janick 04/05/2008 20:25

Nous venons d'entendre le bouleversant témoignage de Lydia ! Nous sommes totalement choqués !! Comment a - t - on pu la laisser vivre de telles horreurs !! Quelle belle leçon de courage vous nous donnez Lydia !! Quel beau sourire vous avez après toutes ces maltraitances !!Honte à votre "belle - mère"complice !! C'est un scandale de la laisser en liberté !!Honte à vos voisins !! Peuvent - ils vivre et se regarder dans une glace après s'être tûs pendant tant d'années?Honte aux services sociaux pour ne rien avoir "vu" et ne rien avoir fait !!Comment peut - on laisser Lydia vivre toujours sous le même toit ?? sans aide d'un psy ?? C'est scandaleux !! Nous lui souhaitons tout le bonheur du monde avec son ami et ses enfants et espérons que son témoignage fera changer certains comportements !

clarisse 04/05/2008 20:19

Je viens de voir le reportage "La vie volée de Lydia". J'admire cette femme pour son courage. Je n'ai que deux mots à lui dédier : "respect MADAME".

milici 04/05/2008 19:59

bonsoir,nous venons avec mes enfants d'ecouter  l'horrible témoignage de cette dame Lydia,etnous sommes boulversés par son histoire et le courage de pouvoir en parler avec dignité merçi de pouvoir nous dire comment l'aider ou avoir les coordonnées de son livre.

MISS 04/05/2008 19:58

jsui chokée par le discours de Lydia.Comment a t'on pu donner que 4 mois de prison avec sursis à sa belle mère.Comment après plus de 24 ans peut 'elle encore vivre sous le même toit.Pourquoi les autorités n'ont pas pu l'aidé en lui versant des indemnitées pour retrouver un logement et pour essayer de retrouver goût à la vie.Pourquoi les enfants ne sont pas suivis par des psychologues.Elle est très forte et courageuse.Jesper ke son témoignage fera bouger les choses.

Dom. 04/05/2008 08:39

Mon dieu, hormis Bergues, quel sommaire déprimant !