Le phénomène de pipolisation à la télé : "un choléra intellectuel".






Dossier de la semaine dans Télé 7 jours : Les people au secours de l'audience. Avec un focus sur 50 mn inside, Accès privé, Le petit journal people de Yann Barthès, etc...



Emmanuel de Brantes
, ancien chroniqueur people, rappelle qu'avant, il y avait trois catégories de people : le gotha mondain, les artistes et les célébrités qui n'appartenaient à aucune de ces catégories et qui ont constitué un vivier de ce qu'on appelle aujourd'hui les people.



Désormais, dit-il, tous les gens qui ont été 15 minutes dans la lumière sont des people. "On trouve tout et n'importe quoi. Ridicule !"



Il ajoute que le phénomène de pipolisation à la télé est insupportable : un vrai choléra intellectuel. "Les sujets ne sont plus des sujets, mais des portraits de gens qui se vautrent dans leur propre admiration. J'ai participé à cela, mais à l'époque on pouvait encore interviewer les personnes sur le fond".



Aujourd'hui, selon Emmanuel de Brantes, seule la forme compte...



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
Juste au dessus des crevards mondains, il y a les morpions mondains, dont De brantes fait partie. Le mec qui croit qu'il fait partie d'une élite, mais il ne sais pas trop laquelle. Il se colle à toutes les soirées people et ça le gêne de devoir partager le gateau avec ceux venant de la télé realité.Il doit calculer la valeur d'une personne au nombre de fois qu'elle se retrouve en photo dans les pages soirées de voici & co. Il est comme le gringalet de 60 kg qui fait 100 abdos le soir, dans sa chambre et qui fait péter la chemise à la moindre occasion, alors qu'un mec de 100 kg n'a pas besoin de s'exhiber en permanence.
Répondre
P
la peoplisation marche parce qu'il y a des gens pour en parler, des gens pour la lire et de gens pour la la regarder ou des pigeons pigés
Répondre
B
Comme d'habitude de Brantes nous jouent les pseudos-élites, où ils hiérarchisent le droit d'être célèbre.C'est le même type de critiques que faisait (ou fait) la "noblesse" (qui soit dit entre nous n'a aucun fondement) aux bourgeois parvenus ... et aujourd'hui la haute bourgesoisie à ses nouveaux riches que sont les bobos.Ils sont juste plus ridicules les uns que les autres, puisque de Brantes porte dans son gotha mondain des types qui fabriquent des vêtements (appelés couturiers), alors que nos chercheurs sont des illustres inconnus.Si on relativisait un peu, on aurait honte de glorifier un fabriquant de robe et de ne pas regarder le type qui travaille sur les médicaments de demain par exemple.Enfin le ridicule ne tue pas.
Répondre