Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Villages en dangers : le ras-le-bol des Français sacrifiés !








Le magazine ZONE INTERDITE présenté par Claire Barsacq sera consacré le dimanche 5 avril 2009 à 20h40 à "Villages en dangers : le ras-le-bol des Français sacrifiés".



Dans les petites communes, la qualité de la vie quotidienne ne tient souvent qu’à un fil. Alors, quand la maternité ou l’école sont menacées de fermeture ou qu’un projet d’autoroute met l’environnement en péril, la révolte gronde chez les habitants. De la Bretagne aux Landes, de la Charente au Cantal, le magazine de M6 a suivi pendant plusieurs mois des hommes et des femmes mobilisés pour lutter contre le rouleau compresseur de l’Etat. Déterminés, ils sont entrés en résistance et défendent bec et ongles leur région et leur moyens d’existence.



- A Carhaix, ville de 8000 habitants au centre de la Bretagne, l’administration veut fermer la maternité et le service de chirurgie de l’hôpital, jugés pas assez rentables. Mais les hôpitaux les plus proches sont à une heure de route. Marie-Laure, infirmière, prend la tête du combat avec le maire, Christian Troadec. Manifestations, barricades, campements sauvages, tous les habitants se comportent en irréductibles bretons…



- Dans les Landes, la future autoroute A 65 mettra Pau à 2h de Bordeaux. Mais ce projet révolte certains riverains, comme François, Yvonne et Valérie. Ils dénoncent l’arrogance de la société d’autoroute et les indemnisations dérisoires qui leur sont proposées pour l’expropriation. Ils craignent aussi des dégâts irréversibles sur leur environnement. Pour eux, l’A 65 ne sera qu’une vilaine cicatrice au milieu de la plus grande forêt d’Europe…



- A Brezons, dans le Cantal, la classe unique du village est en sursis. Jeannine Cayrol, l'ancienne institutrice, mène la fronde depuis 2 ans contre l'inspection académique. Prête à tout pour maintenir l’école, Jeannine a fait venir sur place de nouvelles familles. Mais cela n’a pas suffi. Sauvée une première fois, l’école est aujourd’hui à nouveau menacée…



- A Chabanais, en Charente, les riverains se battent depuis 3 ans pour obtenir l’annulation d’une décision administrative qui transforme leur quotidien en calvaire : 2500 poids-lourds traversent le centre-ville 6 jours sur 7. Ils demandent une déviation du trafic des camions. Face au Ministère des Transports, Françoise Brethenoux, la pharmacienne qui a organisé la lutte, n’a jamais baissé les bras…



Reportages : Meriem Lay, Caroline Olive et Ghislaine Buffard, Productions Tony Comiti.



Photo, capture d'écran © copyright DR - M6.



SOURCE COMMUNICATION M6.


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
BLUE je trouve tes propos très choquants !!Penser en "économie d'échelle" mais c'est grave ces propos !!!!LA VIE c'est pas de l'économie !!!Tout n'a pas à être que "ville", tout n'a pas à être centralisé !!La vie c'est pas que la ville !Les parisiens qui viennent polluer la province en campagne dans leur résidence secondaire... C'est apparemment et justement pour se couper de la ville ?!Que la politique arrête de tuer la France !La vie en France ce n'est pas que Paris, Lyon, Lille etc...Pourquoi c'est à la campagne de se remettre en question ?? Et si c'était plutôt à la ville d'être remise en cause.Trop de concentration = trop de stress, trop de pollution, trop de problèmes de santé = surcoût pour la Sécu, concentration des populations=précarité de vie.Au lieu de voir les campagnes comme un trou économique c'est peut-être justement là qu'il faudrait y voir les isssues. Car à exclure un village ou petite commune, forcément qu'on la tue, au lieu de la développer.Et on sait tous qu'en ville des loyers ect... sont largement plus élevés qu'en ville, et qu'en campagne ce serait justement une alternative à tout çà.En centralisant la vie exclusivement en ville, on réduit la possibilité d'avoir des prix variés, on se retrouve réduits et finalement je crois pas socialement les gens en galère soient plus à la campagne qu'en ville.
Répondre
R
Si on n'avait pas évoluer avec les années, Paris serait encore une commune
Répondre
B
La France compte plus de 36 000 communes alors que les autres grands pays européens ne dépassent pas les 10 000.C'est 50% des communes de l'Europe des 15.Les USA ont à peu prêt le même nombre de communes.Faudrait peut-être rationaliser et penser économie d'échelles.
Répondre
L
Quand je retourne dans le canton de mon enfance, je suis ahuri par tout ce qui ferme année après année : écoles, hôpital, petits commerces, alors que le nombre d'habitants est assez similaire !
Répondre