Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 27/10 14h54

 

872883874-copie-1.jpg

 

TVNEWS tele

Cinéphile et spécialiste des musiques de film, le journaliste français Vincent Perrot aborde l’importance de la musique dans la construction d’un film en revenant sur le travail de l’un des plus grands compositeurs contemporains : l’italien Ennio Morricone. Mais, s’il évoque l’ensemble de la carrière de l’artiste, MAESTRO MORRICONE - IL ÉTAIT UNE FOIS EN FRANCE s’attache plus particulièrement aux collaborations du maître italien avec les cinéastes français.

 

A découvrir demain, dimanche 28 octobre à 22h20 sur Ciné+ Classic.

 

Une histoire « franco- Morriconienne » qui débute dans les années soixante-dix, à l’époque où les co-productions franco-italiennes ont le vent en poupe, pour s’achever en 2002, avec l’unique concert dirigé par « le maestro » au Palais des Congrès de Paris. À compter de cette date, très sollicité outre-Atlantique, le compositeur ne collaborera plus avec les cinéastes français. Parallèlement aux interventions de Morricone qui revient sur ses différentes collaborations de l’époque, Jacques Deray, Georges Mary, Yves Boisset, Philippe Labro, Francis Girod, Jacques Perrin, Edouard Molinaro, Georges Lautner, José Giovanni, témoignent et parlent du compositeur comme d’un homme acharné, qui a su apporter au cinéma sa connaissance de la musique symphonique. Le talent du « maestro » réside dans ses inspirations éclectiques qui lui permettent de composer aussi bien pour une comédie noire (LE TRIO INFERNAL), que pour un film d’espionnage (LE SERPENT), un film policier (LE PROFESSIONNEL et son célèbre thème Chi Mai) mais aussi dans sa faculté à comprendre les envies et besoins du cinéaste et ce qu’il souhaite traduire en musique. Ces témoignages décrivent Ennio Morricone comme un homme ayant toujours su rester ouvert aux exigences des metteurs en scènes, et ce malgré son succès croissant.

 

Vincent Perrot signe un portrait très documenté du génie modeste Morricone, qui s’achève sur cette phrase du « maestro »: « Qui suis-je par rapport à Bach ? ».

 

PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES.

RETROUVEZ NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article

charles 27/10/2012 19:05


Merci pour l'info, TV NEWS  : je travaille demain soir, mais je vais prendre mes dispositions pour ne pas rater ça
...


 


https://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc6/183288_1583403831693_1184194_n.jpg