Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les réseaux de l'extrême, par Caroline Fourest : Les radicaux de l'Islam.

LESRESEAUXDELEXTREME_preview-copie-1.jpg 

Après Les Obsédés du complot, Caroline Fourest enquête sur les islamistes pour la série documentaire inédite Les réseaux de l'extrême.

 

Diffusion ce mardi en première partie de soirée sur France 5.

 

Qu’ils soient salafistes ou Frères musulmans, ils placent leur vision de Dieu au-dessus des hommes. Ce film explique les nuances politiques de ces deux courants de l’Islam.

 

Via France 5 :

Comme pour chaque volet de cette série, Caroline Fourest construit son enquête en plusieurs temps. Ceux de l’explication et du décryptage, et enfin celui de la confrontation. Celle-ci a lieu avec l’imam fondamentaliste Tareq Oubrou, de Bordeaux, qui se réclame davantage de l’Islam spirituel que politique. Auparavant, la journaliste a interrogé Séverine Labat, chercheuse au CNRS : « L’islamisme n’est pas une religion, c’est une idéologie politique à base de religieux… Il y a presque autant d’islamistes que d’islamismes. » Il faut pourtant distinguer deux idéologies : celle des Frères musulmans, créés en Egypte en 1928 par Hassan el-Banna, le grand-père de Hani et Tariq Ramadan, et le salafisme, qui connaît deux tendances. D’un côté, les fondamentalistes qui prônent un recul de la sécularisation et ne font pas de politique et, de l’autre, les djihadistes qui veulent par la violence imposer un Etat islamiste à la société. « Les musulmans laïques, ce sont les pires pour eux, parce que ce sont des frères qui ne sont pas dans la ligne… Les principales cibles des djihadistes, ce sont les musulmans. » Hassen Chalghoumi, l’imam de la mosquée de Drancy, le sait bien, lui qui incarne cet Islam apaisé. Sous protection policière, il continue de résister à la propagande des tenants d’un Islam radical qui développe une rhétorique antisémite et antilaïque. Il n’hésite pas à dénoncer un double discours : « Ils sont très intelligents, ils ont la langue des politiques. » Une stratégie que Caroline Fourest propose de décoder, en décortiquant le fonctionnement de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), cette branche fondamentaliste et politique de l’Islam, et celui de l’école de pensée de ses dirigeants et prédicateurs, celle des Frères musulmans. Un mouvement politique qui pratique la réislamisation par le bas via l’encadrement éducatif et social. A leur égard, l’imam Tareq Oubrou propose un autre point de vue…

 

Crédit photo © Et La Suite Productions.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
R
<br /> Caroline Fourest a réalisé un travail orienté, biaisé, à charge. C'est tout sauf un travail jouranlistique ! Et puis... Son couplet "oui, j'étais obligé d'avancer masquer car les complotistes<br /> refusent de parler à des journalistes", c'est vraiment pitoyable. Elle n'a qu'à demander à Geoffrey Le Guilcher des Inrockuptibles pour se rendre compte que les complotistes accueillent volontier<br /> les journalistes, pourvu que leur unique but ne soit pas de les décribiliser et de les calomnier.<br /> <br /> Lamentable.<br />
Répondre