Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 28/08 6h14

MARTINLUTHERKING-Lav_preview.jpg

 

Le 28 août 1963, Martin Luther King prononçait à Washington, sur les marches du Lincoln Memorial, l’un des discours les plus marquants du XXe siècle : « I have a dream... ». France Ô commémore ce cinquantième anniversaire avec un documentaire consacré au pasteur baptiste.

 

A voir mercredi 28 août à 22h35.

Réalisation : Ingrid Angeloglou.

Production : BBC Worldwide France Production, avec la participation de France Télévisions.

 

Quarante-cinq ans après son assassinat, le 4 avril 1968 dans un motel de Memphis, Martin Luther King demeure, à travers la planète, le symbole de la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains et, au-delà, celui du combat pour la justice et la liberté. Comment cet apôtre de la non-violence, charismatique et visionnaire, a-t-il réussi en treize ans à transformer la société américaine, avec pour seules armes la force des mots, le pouvoir des médias et les actions de désobéissance civile ?

 

En 1955, les États-Unis n’ont rien d’une nation égalitaire. Malgré l’abolition de l’esclavage quatre-vingt-dix ans auparavant, après la guerre de Sécession, une ligne de démarcation sépare encore les États du Nord de ceux du Sud où persiste un système qui fait d’une partie de la population des citoyens de seconde zone : la ségrégation raciale. Des lois iniques, datant de la fin du XIXe siècle, interdisent aux Noirs de fréquenter les mêmes écoles, hôpitaux, cafés et autres lieux publics que les Blancs, de prendre un ascenseur ensemble ou… d’être enterrés dans le même cimetière. Pire encore, les Afro-Américains continuent de subir humiliations et agressions au quotidien. Mais, bientôt, les choses vont commencer à changer. Le 1er décembre 1955, à Montgomery, une petite ville de l’Alabama, Rosa Parks, une couturière de 40 ans, refuse de céder sa place à un homme blanc dans le bus qui la ramène chez elle. Son arrestation est la goutte d’eau qui va faire déborder le vase. Contrairement à la légende, Mme Parks est bien une militante de la NAACP, une organisation pour la défense des droits civiques qui a minutieusement préparé cet acte. Pour protester contre la détention de l’activiste, les dirigeants de la NAACP décident de procéder au boycott des bus de la ville qui compte 40 % de Noirs. Mais, pour cela, il leur faut trouver un homme apte à rassembler et à galvaniser les foules. Ce sera Martin Luther King, un pasteur peu connu mais qui possède un réel talent d’orateur.

 

Dès son premier discours, King suscite une adhésion très forte de la communauté afro-américaine. Un an plus tard, au bord de la faillite, la compagnie de bus est obligée d’accepter la fin des mesures discriminatoires, avant que les lois ségrégationnistes ne soient déclarées illégales. Cette première victoire lui donne la stature de leader national du mouvement de résistance. Dès lors, le révérend King met en oeuvre une stratégie nouvelle et très efficace : l’action de protestation non violente. Il se bat désormais pour le droit de vote, parcourt le pays, gagne à sa cause des milliers de personnes qui multiplient les opérations d’occupation de lieux publics.

 

En août 1963, Martin Luther King et son mouvement organisent une marche interraciale dans la capitale fédérale. Quelque 250 000 Américains, dont un quart de Blancs, venus de tout le pays répondent à l’appel et l’écoutent prononcer son discours le plus célèbre : « J’ai un rêve : que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans un pays où on ne les jugera pas selon la couleur de leur peau mais selon la nature de leur caractère. J’ai un rêve aujourd’hui… Je rêve qu’un jour l’Alabama sera un endroit où les petits garçons et les petites filles noires, les petits garçons et les petites filles blanches pourront se prendre par la main comme frères et soeurs… »

 

Crédit photo © National Archives.

 

Rejoignez-nous sur ce compte Twitter.

Retour à la page d'accueil.

Liste des 40 derniers articles publiés sur le blog.

Commenter cet article