Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par thomas 23/02/10 14h19 / Edité 17h10






JUSQUOUVALATELE_208559.JPG



Le jeu de la mort, puis Le temps de cerveau disponible. Deux parties d'une soirée évènement à découvrir dans quelques semaines sur France 2, mercredi 17 mars. Ecrit et produit par Christophe Nick.


LE JEU DE LA MORT.

Et si la mort en direct devenait un divertissement ? Les dérives de la téléréalité sont graves. Violences, tortures, humiliations dominent les programmes dans le monde entier. La télévision détient-elle un pouvoir spécial ? Dans les années 60, une expérience psychosociale prouvait que 62 % des individus administraient des chocs électriques extrêmes en obéissant aux ordres d’un scientifi que. L’équipe de Christophe Nick a transposé cette expérience à l’univers des jeux télé. 80 Français, un jeu aux règles abjectes. Vont-ils se soumettre aux ordres de Tania Young qui exige qu’ils infl igent des chocs électriques à un inconnu. Qui va se soumettre ? Combien oseront désobéir ? Une expérience extrême et une réflexion profonde sur le rôle de la télé aujourd’hui.


Avec : Philippe Torreton (voix off), Tania Young (l’animatrice), Laurent Ledoyen (Jean- Paul), Denis Loubaton (le producteur), Lucie Jousse (l’assistante de prod), Julia Bergasse (l’assistante plateau), Hervé (le chauffeur de salle).


Consultants psychosociologues : Jean-Léon Beauvois, professeur des universités, chercheur en psychologie sociale ; Dominique Oberlé, maître de conférences en psychologie sociale,Université Paris X ; Didier Courbet, directeur de recherches à l’Institut de recherches en sciences de l’information et de la Communication (IRSIC, Pôle méditerranéen de l’ISCC-CNRS) ; Yves Jeanneret, professeur en sciences de la communication à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.


Enseignants-chercheurs : Olivier Codou, Université de Nice Sophia Antipolis ; Julien Intartaglia, Haute École de gestion de Fribourg (Suisse) ; Amandine Tonelli, Institut des sciences de la communication, des médias et du journalisme de Genève & Institut de recherches en sciences de l’information et de la communication d’Aix-Marseille ; David Vaidis, Université d’Orléans.


LE TEMPS DE CERVEAU DISPONIBLE.

Cruauté, violences psychologiques et sexuelles, humiliations…, la téléréalité devient folle. Son arrivée au début des années 2000 ouvrait une nouvelle ère dans l’histoire de l’audiovisuel. 50 ans d’archives retracent l’évolution du divertissement : comment la mise en scène de l’intime, dans les années 80, a ouvert un nouveau champ, comment la privatisation des plus grandes chaînes a modifi é le rapport au téléspectateur. A l’aide de spécialistes, dont le philosophe Bernard Stiegler, ce réquisitoire démontre comment l’émotion a fait place à l’exacerbation des pulsions les plus destructrices.


Patricia Boutinard-Rouelle, directrice de l'unité de programmes documentaires sur France 2 :

"Jusqu’où va la télé ? C’est une question qui pèse comme une menace et interpelle régulièrement les responsables de l’audiovisuel. En 2001, Loft Story déboulait avec fracas en France et, dans la foulée, les téléspectateurs découvraient une succession de programmes de téléréalité mettant en valeur la souffrance, l’exclusion, l’humiliation mais aussi le voyeurisme et le narcissisme. Les présidents successifs de France Télévisions s’engagèrent à ne pas investir dans ce type de télévision.

Ces dernières années, avec la surenchère de programmes de plus en plus trash et obscènes sur les écrans de la planète, le débat se fait de plus en plus pressant. La télé devient elle dangereuse ? Depuis plusieurs années, nous réfléchissons avec Christophe Nick à la manière la plus pertinente d’adapter la célèbre expérience de Milgram sur la capacité de l’homme à se soumettre à une autorité légitime. Lorsque nous avons décidé de mesurer pour la première fois le pouvoir de la télévision, nous n’imaginions pas une seconde que cette expérience de psychologie sociale, reformulée à travers un jeu télévisé, auraient de tels résultats !

Ce documentaire ovni a donc pour but de créer un véritable électrochoc (si je puis dire) et un vrai débat parmi ceux qui pensent et agissent sur la télévision. En mettant l’accent sur les dérives des chaînes commerciales (pour l’essentiel étrangères), cette soirée événementielle pose aussi la question de la place et de la responsabilité culturelle et sociale des chaînes de service public comme contrepouvoir face à la mercantilisation croissante de la télévision
".


JUSQUOUVALATELE_197309.JPG

Journaliste, auteur et réalisateur de nombreux documentaires d’enquête (L’Affaire des Irlandais de Vincennes, Chroniques de la violence ordinaire, École(s) en France...), Christophe Nick est également producteur (Quand la France s’embrase, Racines, Résistance, La Mise à mort du travail…). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment TF1, un pouvoir (avec Pierre Péan).


Concernant les candidats dans le public, ils ont été selon Christophe Nick, sléectionnés selon les critères définis par Jean-Léon Beauvois : 80 candidats de classes moyennes, en bonne santé, autant d’hommes que de femmes, trois catégories d’âges… "Surtout, condition importante : il ne fallait pas que les personnes soient déjà passées à la télé ou même soient en demande. Évidemment, il était nécessaire qu’elles acceptent d’être fi lmées. Il ne s’agissait pas d’un panel représentatif de la population française, comme dans un sondage, mais d’un échantillon obéissant aux critères scientifi ques de Milgram, afi n que les résultats puissent être comparés et éventuellement reproduits à l’identique dans dix ou vingt ans".


Christophe Nick précise qu'un débriefing a eu lieu dès la sortie du plateau, avec deux psychologues, afin de leur expliquer que tout était truqué et les rassurer sur deux points : "ils n’avaient pas fait mal au comédien chargé de jouer l’autre candidat ; ils n’étaient pas des monstres, ils s’étaient comportés à peu près comme tout le monde, d’ailleurs les statistiques, etc. Milgram avait bien vu, déjà, que ce temps de parole et de réconciliation est central, il permet le soulagement, la décompression, même chez ceux qui affi rment n’avoir pas cru au jeu. C’est parfois très physique, on s’embrasse... C’est aussi pour les candidats un moment de reconstruction qui se poursuit dans le temps : une semaine après ils recevaient un coup de téléphone pour nous assurer qu’ils allaient bien, puis trois semaines plus tard les premiers résultats, avec un questionnaire. Les retours ont montré que les candidats, comme chez Milgram, étaient, dans leur immense majorité, fiers et contents d’avoir participé à l’expérience. Ils avaient appris des choses sur eux-mêmes et sur les autres. Nous avons d’ailleurs prévu de les revoir un an après pour réaliser un nouveau documentaire sur la manière dont ils ont vécu cette expérience et ce qu’elle a pu changer pour eux"


Crédit photo 1 et 2 © Christophe Russeil / France 2.



Commenter cet article

thierry 07/03/2010 04:05


Oui, en regardant sur d'autres sites, on trouve Réalisateur : Gilles Amado , Thomas Bornot , Alain-Michel Blanc Auteur : Christophe Nic. ET toujours en cherchant,
Gilles AMADO est sur la photo derrière le mec qui joue !



Bruno Rabatjoie-tv 23/02/2010 22:51


Purée j'ai eu un mal fou à comprendre cet article...
Un jeu, un docu ? les captures photos pourtant... J'étais perdu.

Ca y est j'ai compris, et ouahh ça me parait être super intéressant ce programme !!!
Je trouve surtout génial d'avoir osé ce programme !

Je compte bien le regarder !

Merci pour l'info !


x 23/02/2010 14:30


Thomas, tu peux ajouter que Gilles Amado, bien connu des téléspectateurs, a réalisé le faux jeu ;)


oy 23/02/2010 14:29


Pop com (il me semble?) en a montré un extrait le week-end dernier.