Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 11/12 15h30

"Sélection officielle" : Cannes confidentiel par Thierry Frémaux.

Jamais, dans l’histoire du Festival de Cannes, l’homme qui préside à la Sélection officielle n’avait ainsi tenu son Journal sur un an en vue d’une publication, annoncent les édtions Grasset.

Publication prévue le 11 janvier 2017 du livre Sélection officielle, écrit par Thierry Frémaux.

Ouvrage de plus de 500 pages, présenté ainsi :

"De la clôture de Cannes 2015 à celle de Cannes 2016, Frémaux se montre dans toute la « vérité de sa nature », celle d’un homme qui aime aimer, dans toute la diversité de ses passions. Sur Cannes d’abord, on vit tout de l’intérieur, au jour le jour : les équipes, le fonctionnement interne, la nomination du jury, le choix de l’affiche, les relations avec des responsables politiques , les chaînes de télévision partenaires, les critiques et les médias, mais surtout avec les artistes dans le monde entier (scénaristes, réalisateurs, acteurs), les producteurs, les agents, les festivals concurrents à l’étranger, jusqu’à l'élection, à partir de 1 800 films visionnés, de ceux qui feront la « Sélection officielle ». Idem pour le Festival Lumière de Lyon, aux destinées duquel préside le même homme, qui nourrit pour sa ville de cœur et de refuge une passion communicative.

Mais au delà des cinéphiles qui trouveront là un des plus grand livres d’hommage au septième art et à la communauté de ceux qui vivent dans son culte (les portraits qui émaillent le texte sont étincelants), ce qui emportera les lecteurs de ce Journal, c’est à la fois l’extraordinaire variété des curiosités et la puissance d’un style, qui font de ce texte une vraie œuvre littéraire de mémorialiste. Cyclisme et judo où il excelle ; football, littérature, musique rock (ah, ce culte de Springsteen, le « Boss » !), photographie, gastronomie et œnologie qui le passionnent ; amitiés qu’il cultive ; famille et jardins secrets qu’il ménage : cet homme fait partie de ces rares individus auxquels un don d’ubiquité permet de tout faire, tout le temps, en tous lieux, comme si les jours et les nuits leur octroyaient plus d’heures qu’au commun des mortels. On comprend mieux, en lisant cette Sélection officielle, qu’il n’est de passion du cinéma que nourrie par toutes les autres, et que le septième art n’est peut-être apprécié à son meilleur niveau que par ceux qui ont été nourris par les six premiers…"

Commenter cet article