Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 19/12/2017 8H15

65 journalistes tués en 2017 pour avoir exercé leur mission d'information.

Comme chaque fin d'année, Reporters sans frontières (RSF) publie son bilan des exactions commises contre les journalistes dans le monde.

En 2017, est-il annoncé, 65 journalistes ont été tués, 326 sont actuellement en détention et 54 sont retenus comme otages.

Il est précisé que le décompte total du bilan 2017 établi par RS intègre les journalistes professionnels, les collaborateurs de médias et les journalistes-citoyens. "Ces derniers jouent un role croissant dans la production de l’information, notamment sous des régimes répressifs ou dans des pays en guerre, ou il est plus difficile pour des journalistes professionnels d’exercer leur métier."

2017 est l' année la moins meurtrière depuis 14 ans pour la profession :  65 journalistes (incluant les journalistes professionnels, les non-professionnels ainsi que les collaborateurs de médias) ont été tués dans le monde. Vingt-six d’entre eux ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions, victimes collatérales d’un contexte meurtrier (bombardement, attentat…). Trente-neuf autres ont été assassinés, sciemment visés, au motif que leurs enquêtes dérangeaient les intérêts de telles ou telles autorités politiques, économiques ou groupes mafieux. 

La tendance a la baisse, analyse Reporters sans frontières, s’explique notamment par le fait que des pays, devenus trop dangereux, se vident de leurs journalistes. Tels la Syrie, l’Irak, le Yémen, la Libye ou l’on assiste a une hémorragie de la profession. "Certains journalistes font même le choix d’abandonner leur métier, au profit d’un autre, moins risqué. L’impossibilité de couvrir autrement qu’au péril de sa vie n’est pas l’apanage des seuls pays en guerre. Au Mexique, ou les cartels et des politiques locaux font régner la terreur, nombre de journalistes font aussi le choix de quitter leur pays ou leur profession".

En 2017, la Syrie reste le pays le plus meurtrier au monde avec 12 journalistes tués, le Mexique suit avec 11 tués, tous sciemment visés. Comme l’an dernier, le Mexique est le pays en paix le plus dangereux au monde pour les reporters, souligne RSF.

Commenter cet article