Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 12/06/2018 12H

Lancement du Musée Sacem en ligne : nombreuses archives gratuites.

La Sacem – Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique - ouvre ce 12 juin l’accès à des archives numérisées grâce à son musée en ligne, entièrement gratuit. 

Pour son lancement, le Musée Sacem dévoile une sélection de plus de 3.000 archives, sous forme de fonds (document et cartel) et de travaux éditorialisés (expositions, anecdotes ou histoires liées à des pièces particulières), agrémentée de podcasts et vidéos (entretiens inédits de Gainsbourg, Brassens, Gabriel Yared..).

La sélection est faite en gardant à l’esprit un mot : DIVERSITÉ. Diversité des époques, des créateurs et créatrices, des styles musicaux, des répertoires, des pays.

Le Musée Sacem est également voué à évoluer et à s'agrandir au gré des découvertes dans le fonds d'archives.

Fondée en 1851 et gérée par ses membres, la Sacem (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique) est une société privée à but non lucratif dont la mission essentielle est de négocier, collecter et répartir les droits d’auteurs à plus de 164 840 membres.

Depuis sa création la Sacem documente les œuvres qu’elle protège : chaque chanson, chaque poème, chaque texte de doublage ou de sous-titrage, chaque partition de musique fait l’objet d’un dépôt, informant sur son titre, son/ses auteurs, compositeurs, éditeurs. Chaque créateur ou éditeur qui souhaite devenir membre de la Sacem dépose également un dossier.

Au fil du temps, la Sacem a ainsi rassemblé quelques 30 kilomètres de documents administratifs, nécessaires à l’activitéquotidiennededocumentationdesœuvres,des membres, et à la collecte et la répartition de leurs droits.

Ces archives représentent aujourd’hui un pan riche et inédit de l’histoire de la musique et de notre patrimoine culturel. Avec ce musée, la Sacem met en lumière pour la première fois des archives uniques qui révèlent le travail de créateurs et d’éditeurs connus comme moins connus, de tous répertoires et de tous horizons.

L’objectif du Musée Sacem est de présenter ces documents, généralement inédits, qui permettent d’éclairer les pratiques et les métiers des créateurs et de leurs éditeurs au fil du temps, et de voir la création en action.

Ce fonds constitue une véritable histoire de la création musicale. Le Musée Sacem propose de raconter cette histoire et d’entrer dans les coulisses de la création : comment sont nés des tubes tels que « Born to be alive » (Patrick Hernandez), « La Javanaise » (Serge Gainsbourg), « Le bal des Laze» (Michel Polnareff) ? Quelles histoires se cachent derrière « Rockollection » de Laurent Voulzy, « Alexandrie, Alexandra » de Claude François, ou encore « La Madrague » chantée par Brigitte Bardot ?

Le musée propose 3 niveaux de découvertes :

1. Les expositions : des thèmes d’exposition sont proposés, en lien ou non avec l’actualité. Pour son lancement, le Musée Sacem invite à découvrir 5 expositions : l’histoire de la Sacem, l’histoire du son du vinyle à Internet, Mai 68 en musique, Les femmes dans la création musicale du Moyen âge au début du XXème et la musique pour le jeune public. D’autres viendront en- suite sur la musique de film des années 30, les auteurs de doublage, les musiques d’outre-mer...

2. L’actualité : chaque année est l’occasion de rendre hommage aux créateurs/trices en raison d’anniver- saires et commémorations. En 2018 : 100 ans de la disparition de Guillaume Apollinaire, 80 ans de la naissance de Joe Dassin... En 2019 : 10 ans de la disparition d’Alain Bashung et de Maurice Jarre, 60 ans de la disparition de Boris Vian, 90 ans de la naissance de Claude Nougaro...

3. Pièces uniques et histoires : certaines pièces sont uniques et inédites, ou bien ont des histoires particulières. Le Musée Sacem permet de les partager, ainsi que les archives de celles et ceux qui ont contribué à leur création : podcast d’un entretien inédit de Serge Gainsbourg, examen d’entrée à la Sacem de Barbara, partition de « Mon manège à moi » interprétée par Edith Piaf, télégramme de Giuseppe Verdi adressé à la Sacem, feuille de timbres du film « Les Tontons flingueurs », photos d’identités de Jean-Paul Sartre, Jacques Offenbach, Antoine de St-Exupéry...

Crédit photo partition © Roland Vincent - Fonds SACEM

Commenter cet article