Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Livre d'Hugo Clément : Comment j'ai arrêté de manger les animaux.

Livre d'Hugo Clément : Comment j'ai arrêté de manger les animaux.

Révélé au grand public dans Le petit journal, mais surtout dans Quotidien, le journaliste Hugo Clément travaille désomrais pour Konbini. Celui qui fêtera ses 30 ans l'automne prochain est très sensible à la cause animale et est végétarien depuis plusieurs années.

Il a écrit Comment j'ai arrêté de manger les animaux, ouvrage de 190 pages attendu dans les librairies fin février. Un manifeste et un guide pratique destiné à tous, aux végétariens qui veulent convaincre, mais aussi aux carnivores qui se posent des questions, est-il annoncé.

« J’adore la viande. Encore plus le poisson. J’aime l’odeur des saucisses grillées au barbecue, un soir d’été, dans le jardin. Je raffole du poisson que mon père chasse au fusil harpon, du poisson cru sous toutes ses formes, en sushi, en tartare, en ceviche. J’en mangeais tous les jours. Mais, depuis deux ans, je ne mange plus un seul morceau de viande. Depuis un an, plus un seul de poisson. Cette décision vient d’une prise de conscience progressive, motivée par trois évidences :

1- Je n’ai pas besoin de manger de viande ni de poisson pour être en bonne santé, au contraire.

2- L’élevage et la pêche industriels sont un fléau pour l’environnement.

3- La manière dont l’humanité traite les animaux, particulièrement ceux d’élevage, est ignoble et immorale.

Depuis que je suis végétarien (je consomme encore des produits d’origines animales comme des œufs ou du fromage), cette décision est devenue un inépuisable sujet de discussion, en famille, entre amis, avec des inconnus. Tout le monde veut participer au débat. Et tant mieux, car il nous faut, collectivement, nous poser cette question : "faut-il manger les animaux ?"

La viande et le poisson que nous dévorons sont le fruit d’un système profondément immoral et dévastateur. Mais la plupart d’entre nous ne veut pas en apprendre plus. Ne veut pas entendre. Ne veut pas ouvrir les yeux. Cet ouvrage court, facile d'accès et rapide à lire, donne des faits, des arguments clairs et incontestables. Une sorte de guide pratique destiné à celles et ceux qui veulent convaincre, mais aussi et surtout aux millions de carnivores qui se posent des questions. Je veux ici casser les idées reçues, en m’appuyant sur les consensus scientifiques. Certains points font débat, d’autres non. C’est sur ces arguments incontestables qu’il faut s’appuyer. »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
D
Je suis végétarien à tendance végétalienne voire vegan. J'ai retrouvé le sommeil. Je me sens mieux. pas de problème de digestion et suis en forme physiquement. En revanche, je ne me dis pas végétalien car très dur de manger au restaurant avec des sauces sans lait, sans fromage sans œufs. J'essaie de ne plus acheter de duvet, ni cuir, ni laine ... mais je mets toujours mes anciens vêtements et chaussures ...et j'ai du cuir dans ma voiture !!! Je le remplacerai sur la prochaine par du tissu ou alcantara. Mais j'y travaille pour notre planète qui a une sacrée fièvre et que nous allons mettre en l'air. et puis les animaux sont mes amis.
Répondre
H
Moi aussi, j'ai cessé de manger des animaux. Et je mange encore des œufs et produits laitiers, mais en quantités suffisamment limitées pour ne pas être responsable du broyage de poussins mâles ou de la séparation des veaux de leur mère à la naissance.<br /> Mais je reste à l'écoute des nouvelles decouvertes. Et je commence à me dire que les vegetaux semblent aussi jouir d'une certaine conscience. Ça va être rude, lorsqu'on réalisera que, quelque soit le régime alimentaire, on fait souffrir des etres vivants...
Répondre
P
Bravo pour votre prise de conscience, vous allez y arriver car de plus en plus de restaurants proposent des alternatives 'végétaliennes/véganes' même si c'est souvent à base de 'burger V' congelés, moyennement bons... Pour vous et nous tous, cela vaut mieux que la cruelle perpétuation d'un système du paléolithique devenu fou et immoral...
A
Peu importe la quantité d'oeufs ou de produits laitiers, chacun aura pour conséquence le boyage de poussins mâles, et la séparation des veaux de leur mère. Et quid des conditions de "vie" et de la durée de celle-ci comparée à leur espérance de vie. Ce n'est pas une question de quantité ! Chaque produit d'origine animale est le fruit d'une exploitation.