Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parution du livre La nuit se lève, récit d'Elisabeth Quin.

Parution du livre La nuit se lève, récit d'Elisabeth Quin.

Animatrice du rendez-vous à succès 28 Minutes sur la chaîne ARTE, en avant-soirée en semaine, Elisabeth Quin a écrit La nuit se lève, publié par Grasset. En vente dès la semaine prochaine.

Un ouvrage présenté ainsi par l'éditeur :

"“La vue va de soi, jusqu’au jour où quelque chose se détraque dans ce petit cosmos conjonctif et moléculaire de sept grammes, objet parfait et miraculeux, nécessitant si peu d’entretien qu’on ne pense jamais à lui…” Elisabeth Quin découvre que son œil est malade et qu’un glaucome altère, pollue, opacifie tout ce qu’elle regarde. Elle risque de perdre la vue. Alors commence le combat contre l’angoisse et la maladie, nuits froissées, peur de l’aube, fragilité de cet œil soudain osculté, trempé de collyres, dilaté, examiné, observateur observé…

Elisabeth Quin raconte, avec une sincérité magnifique, cette traversée dont nul ne voudrait - maladie, destin ou don, comment savoir, qui change son quotidien en secret, et le secret en vie quotidienne. Nous l’accompagnons chez les médecins – et c’est Molière, de drôlerie, d’incertitudes, de sciences fausses ou vraies, avec de rares grands humains. Nous la suivons chez les marabouts, qui veulent la protéger de notre regard. Nous découvrons ses lectures, de Lusseyran à Hervé Guibert et Jim Harrison. Et comme elle, nous travaillons nos sens : fermer les yeux sous la douche ; marcher dans la forêt, la main dans celle de son compagnon ; écouter les oiseaux ; penser aux paysages ; écouter la nuit ; s’imaginer sans miroir, vue et malvoyante, prisonnière mais au-delà…

La nuit se lève est ce récit, d’une beauté sublime, drôle à chaque page, terrifiant parfois, métaphysique malgré lui, sensuel, vivace – et contre toute attente, une marche vers la sagesse".

Extrait des premières pages :

Déjà très myope, je redoutais une aggravation de la maladie et consultais, ce qui ne m’était pas arrivé depuis des années, me limitant aux mesures prises par les opticiens et les optométristes pour la prescription de lentilles correctrices.

Je pris rendez-vous avec un vieux mandarin ayant consacré quarante ans de sa vie au glaucome dans un service hospitalier. Il avait une voix douce et lasse, avançait à petits pas prudents sur une moquette défraîchie, et me mena dans un bureau où la lumière était occultée par de lourds rideaux, qui sentait le renfermé et était équipé d’instruments hors d’âge. Il me fit asseoir derrière un appareil de métal noir qu’on eût cru dessiné par Giger, le père d’Alien, s’approcha, ventousa un engin sur mes yeux écarquillés ; je me liquéfiais tandis qu’il prenait ses mesures en soufflant très fort (emphysème ? contrariété ?) puis, se rejetant en arrière avec le tonus d’un diablotin monté sur ressorts, il s’écria « vous avez un double glaucome, chère Madame » et ajouta, comme si je n’avais pas l’air assez perdue, « si vous viviez en Afrique subsaharienne ou dans le Sud-Est asiatique, vous pourriez devenir aveugle en dix, quinze ans, mais nous sommes en France, heureusement ».

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
Bonjour'<br /> Pourquoi ce livre ne se trouve t il pas sous gorme audio, ma mere atteinte de cécité suite a un double glaucome a comme seule solution l ecoute.<br /> Merci
Répondre