Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 14/04 10h12

Nouveau numéro du magazine hebdomadaire La Grande Librairie ce mercredi, en première partie de soirée sur la chaîne France 5.

Ce 14 avril, François Busnel reçoit Delphine Horvilleur, Michel Rostain et Jean-Marie Laclavetine.

Delphine Horvilleur est l'auteure de Vivre avec nos morts, édité par Grasset en mars :

« Tant de fois je me suis tenue avec des mourants et avec leurs familles. Tant de fois j’ai pris la parole à des enterrements, puis entendu les hommages de fils et de filles endeuillés, de parents dévastés, de conjoints détruits, d’amis anéantis… » Etre rabbin, c’est vivre avec la mort : celle des autres, celle des vôtres. Mais c’est surtout transmuer cette mort en leçon de vie pour ceux qui restent : « Savoir raconter ce qui fut mille fois dit, mais donner à celui qui entend l’histoire pour la première fois des clefs inédites pour appréhender la sienne. Telle est ma fonction. Je me tiens aux côtés d’hommes et de femmes qui, aux moments charnières de leurs vies, ont besoin de récits. »

A travers onze chapitres, Delphine Horvilleur superpose trois dimensions, comme trois fils étroitement tressés : le récit, la réflexion et la confession. Le récit d’ une vie interrompue (célèbre ou anonyme), la manière de donner sens à cette mort à travers telle ou telle exégèse des textes sacrés, et l’évocation d’une blessure intime ou la remémoration d’un épisode autobiographique dont elle a réveillé le souvenir enseveli. Nous vivons tous avec des fantômes : « Ceux de nos histoires personnelles, familiales ou collectives, ceux des nations qui nous ont vu naître, des cultures qui nous abritent, des histoires qu’on nous a racontées ou tues, et parfois des langues que nous parlons. » Les récits sacrés ouvrent un passage entre les vivants et les morts. « Le rôle d’un conteur est de se tenir à la porte pour s’assurer qu’elle reste ouverte » et de permettre à chacun de faire la paix avec ses fantômes…

Michel Rostain a écrit Le vieux, édité par Calmann-Lévy

« Au début, quand j’ai entrepris ce livre, c’était avec l’idée d’écrire une fiction autour de cette Flûte enchantée de Mozart à laquelle je dois le bonheur de t’avoir connue lorsque tu y chantais le rôle de la Reine de la Nuit. Mais à côté de la metteuse en scène et des chanteurs en répétition ont surgi sous ma plume d’autres personnages que je n’attendais vraiment pas – un vieux et ses angoisses du grand âge ; un jeune assistant à la mise en scène au bord du suicide ; une étrange concierge de Théâtre tantôt conteuse tantôt sorcière. Moi qui voulais te célébrer en la lumineuse compagnie de Mozart et de son opéra, je me retrouvais avec leurs questions devant la fin de vie et le droit à mourir dans la dignité ! L’horizon du roman s’assombrissait ! Heureusement, ce vieux d’encre et de papier m’a surpris à nouveau quand il s’est mis à ne plus vouloir envisager les années qu’il lui restait à vivre autrement que comme des moments de joie. Improbable avenir, mais bel effort ! Sans doute fallait-il que l’écriture de mon roman passe par toutes ces étapes pour que, moi aussi, je puisse mieux que jamais te dire mon amour. »

On doit à Jean-Marie Laclavetine le roman La vie des morts, édité par Gallimard.

« Tu as coupé à un nombre conséquent d’enterrements, petite veinarde. Tu as échappé à tous ces coups qui un par un nous assomment et nous laissent comme des boxeurs groggy dans l’attente du gong final, tu as échappé aux plaintes et aux gémissements, partie avec sagesse et un brin de désinvolture dans la pleine force de tes vingt ans, nous laissant aux tracas des deuils, des héritages, de l’absence, des tristes lendemains. »

En publiant Une amie de la famille, récit centré sur la mort de ma sœur Annie et le silence qui dès lors a enseveli ma famille, je n’imaginais pas que ce livre allait provoquer tant de réactions, révéler tant de coïncidences, amener tant de retrouvailles, de surprises, de découvertes. Tous ces signes attestaient de la puissance de l’écriture, de ce qu’elle rend possible, de ce qu’elle délivre ou dénoue. Alors j’ai décidé de dire à Annie ce que les vivants m’ont raconté d’elle, de lui montrer à quel point elle est restée présente. Je lui confie ma vie faite de rencontres, de livres écrits ou lus. Je mêle mes traits aux siens et à ceux des amis disparus. « La vie des morts », disait notre père, persuadé que sa femme et sa fille continuaient de lui parler. Ce n’était pas un songe de vieillard, c’était la simple vérité.

Commenter cet article

Daniel 14/04/2021 22:41

je voudrais bien gagner ces livres, merci

Thérèse 11/03/2021 21:07

Toutes mes félicitations pour l’émission d’hier, 10 mars avec Robert Badinter ! Il était passionnant, véritable avocat de la justice et de la vérité. Il a su nous rendre d’une manière poignante l’horreur du crime contre l’humanité. Il a su s’exprimer avec la langue juste des grands écrivains. Encore une fois il prouve sa compétence hors norme d’avocat.
Merci pour les références des œuvres que nous pourrons nous procurer.
Une professeur de lettres retraitée.

Monique COUNILH 30/09/2020 23:10

Ah ! quelle délicieuse soirée ! Merci mille fois François, Philippe, Laure, Annick, pour ce moment privilégié où la "vieillesse", SI BELLE ET...... SI JEUNE, était à l'honneur ! Monique