Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sortie de la bande dessinée Astérix et le Griffon : voici ce qu'est un Griffon.

La semaine prochaine, jeudi 21 octobre, sortie du 39ème album des aventures d'Astérix : une BD qui a pour titre Astérix et le Griffon. Environ 10 euros et 48 pages.

Textes de Jean-Yves Ferri, dessin de Didier Conrad.

À l’Ouest de l’Europe, Rome et sa civilisation bien installée (même si un village gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur !). À l’Est, le Barbaricum, ce vaste territoire inconnu, sauvage et inexploré, qu’occupent des peuples aux noms étranges... Parmi eux, Les Sarmates* ! Par Jupiter, où nos Gaulois préférés sont-ils donc allés se perdre ?!? Pour le découvrir, chaussez vos brogues molletonnées, enfilez un sayon bien chaud et partez sur les routes avec nos héros, à la recherche du mystérieux et terrifiant... Griffon !

Didier Conrad, dessinateur : « À chaque nouvel album, un nouveau défi ! Dans Astérix et la Transitalique (2017), par exemple, c’était ces nombreuses planches mettant en scène des chevaux, si chers à Albert. Pour cette 39e aventure, mon compère Jean-Yves Ferri m’a mis au défi de dessiner le froid ! Comment ne pas être monotone en proposant des paysages tout blancs ! Un véritable casse-tête et de longues nuits... blanches ! La première case de l’album où apparaît ces paysages spectaculaires a été la case la plus facile à dessiner et est un clin d’œil sympathique à la série (voir La Grande Traversée !) : elle est toute blanche, et décrit « une steppe immense et glacée que le brouillard recouvre ! » C’est après que ça se gâte !! »

Jean-Yves Ferri, scénariste : « Le Griffon dans l’album est l’animal-totem du Chaman. Il cristallise un peu l’ignorance des Romains et la manière fantaisiste dont ils imaginent la faune dans un monde, pour eux, encore largement inexploré. Même doté d’un corps de lion et d’une tête d’aigle, le Griffonne leur parait au départ pas plus improbable que la girafe ou le rhinocéros. Mais au fur et à mesure de leur progression aux confins du Barbaricum, le doute va s’insinuer. Et s’il s’agissait vraiment d’un dieu puissant de la Nature ? Leur mentalité de conquérants va alors commencer à faiblir ... Surtout qu’Astérix et Obélix (sans oublier Idéfix !) venus en renfort des Sarmates, ne vont pas leur faciliter le voyage ! »

Hélène Bouillon, conservatrice au Louvre Lens : « Le Griffon est une créature mythologique entourée de mystère. Et cela fait 5000 ans que ça dure ! Il a le corps d’un lion, possède des serres, des ailes et un bec de rapace. Ses premières traces ont été découvertes en Iran, imprimées dans l’argile : des impressions de sceaux datant d’environ 3500 av. J.-C. On sait qu’elles circulent, car à peu près à la même époque, des lions ailés à tête d’aigles sont aussi représentés en Égypte. Au IIe millénaire avant J.-C., les images du Griffon apparaissent au Levant, en Anatolie et à Chypre notamment sur des plaquettes d’ivoire sculptées décorant les trônes et les lits royaux. À la même période, il voyage au gré des échanges commerciaux sur les bateaux LE GRIFFON Par Hélène Bouillon, conservatrice au Louvre-Lens cananéens (côtes palestiniennes, syriennes et libanaises), puis au Ier millénaire avant J.-C. avec les Phéniciens et Grecs, ainsi qu’aux alentours de la mer Noire où il décore les armes et le mobilier des peuples nomades comme les Scythes. Pour les Grecs, les Griffons sont les gardiens des trésors d’Apollon et de Dionysos. À la même époque il est utilisé comme décor de palais chez les Perses achéménides. On le retrouve aussi sur les trônes et la vaisselle de luxe des Phrygiens et des Lydiens en Anatolie.»

La symbolique du Griffon a évolué au gré de ses voyages et de son adoption par des peuples aux civilisations très différentes, ajoute Hélène Bouillon. « Il symbolise à la fois la force (son corps de lion), la vigilance (les yeux perçants de l’aigle) et la férocité (les serres et le bec pointu du rapace). Chez les Égyptiens, il symbolise le roi victorieux, les archéologues l’ont essentiellement retrouvé dans des endroits liés à la sphère royale. C’est finalement du grec que vient notre mot « Griffon » (Ve siècle av. J.-C.) qui signifie « le griffu / le crochu ».»

* Les Sarmates formaient un peuple nomade qui vivait au Nord de la mer Noire du VIIème siècle avant J.-C. jusqu’au VIème siècle de notre ère, remplaçant les Scythes en Ukraine, occupant la plaine hongroise et domi- nant toutes les steppes entre l’Oural et le Danube. Ce qui fait d’eux les ancêtres des Slaves.

Sortie de la bande dessinée Astérix et le Griffon : voici ce qu'est un Griffon.

Crédit illustrations © Les éditions Albert René - Goscinny/ Uderzo - Didier Conrad.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article