Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 04/01 8h03











Au sommaire du magazine "7 à 8" ce dimanche sur TF1 :




LA CROISIERE NOSTALGIE

C'est le plus grand paquebot jamais construit en Europe et c'est sa première croisière. Le Fantasia a fière allure lorsqu'il quitte Saint-Nazaire en ce mercredi de décembre, à son bord 3 500 privilégiés qui, pour 1200 euros, s'offrent six jours de rêve et ... de nostalgie. En effet, au milieu des croisiéristes, les 39 artistes de la tournée " âge tendre et tête de bois " sont du voyage. Patrick Juvet, Herbert Léonard, Daniel Gérard, Frank Alamo ou encore Richard Anthony vont enflammer la scène d'une salle de spectacle logée dans le ventre du navire et à peine plus petite que l'Olympia et replonger ainsi un public dans la douce euphorie des années Yéyé. Lili, 61 ans, coiffeuse à domicile, est aux anges, elle nous sert de guide dans cette croisière où l'on s'amuse...beaucoup. Reportage d'Arnaud MULLER et  Yannick VALLUET.
 



SUR LES TRACES DU KAMIKAZE

Lundi s'ouvrira à Paris un procès retentissant. Le premier procès criminel pour des faits de terrorisme en France depuis les attentats du 11 septembre. Dans le box des accusés et devant une cour spécialement composée de magistrats, deux hommes : Walid Naouar et Christian Ganczarski. Le premier est Tunisien, il est soupçonné de complicité d'assassinat. Il aurait aidé son frère, Nizar, un kamikaze à préparer l'attentat contre la synagogue de Djerba le 11 avril 2002, qui a provoqué la mort de 21 personnes dont deux Français, un touriste et son guide.

Le second, Christian Ganczarski, est Allemand. Un ancien soudeur converti à l'Islam, devenu, selon les policiers et les spécialistes de l'anti-terrorisme, le principal relais d'Al Qaïda en Europe. Lors de nombreux séjours en Arabie Saoudite et en Afghanistan, l'homme aurait côtoyé Ben Laden et Mohamed Atta, le chef du commando du 11 septembre. Un troisième personnage sera aussi jugé à Paris, mais ne sera pas présent. Il s'agit de Khaled Cheikh Mohamed, considéré comme le numéro trois d'Al Qaïda et comme le cerveau de l'attentat de Djerba. Il est actuellement détenu à Guantanamo par les Américains. A Djerba, en France et en Allemagne, Christophe DUBOIS, Fabrice BABIN et Cloé LECONTE sont partis sur les traces de ces hommes jugés pour terrorisme. Des témoignages exclusifs.
 



RUEE VERS L'OR

A Kalgoorlie, c'est la nouvelle ruée vers l'or. En pleine crise financière, le métal jaune est plus que jamais une valeur refuge et la terre rouge de ce Far West australien regorge d'or. Dans la montagne, des dizaines d'immenses engins s'activent dans la mine d'or à ciel ouvert la plus grande du monde. Les travailleurs affluent du continent entier, attirés par des salaires mirobolants. Dans la vallée, des chercheurs d'or aux moyens plus modestes viennent aussi tenter leur chance. Ils espèrent la pépite, la grosse, celle qui changera leur vie. La fièvre touche même les touristes. Un parc d'attractions sur le thème de l'or leur est proposé. Ils peuvent s'ils le désirent mettre la main à la pâte et se glisser le temps d'un week-end dans la peau d'un chercheur d'or. Reportage d'Elodie PAKOSZ et de Vincent REYNAUD.
 



LE CHAGRIN ET LA COLERE

En juillet dernier, Virginie s'est suicidée. A 30 ans, elle s'est  jetée sous un TGV à 300 mètres de la maison familiale. Pour son père Michel Previdi, sa mère et sa soeur, le choc fut effroyable. Virginie était déprimée et prise en main par un psychiatre qui lui prescrivait énormément de psychotropes. Après le drame, le désarroi et le chagrin des membres de la famille sont si profonds que le maire de la petite ville de Solliès-Pont où ils demeurent près de Toulon, en accord avec le préfet, décide de leur internement en asile psychiatrique. La famille Previdi restera enfermée 44 jours. A leur sortie de l'hôpital, les deux femmes sont toujours dans une grande détresse. Le 10 décembre dernier, Sylvie, 50 ans, et sa fille cadette Amélie, 22 ans, se rendent elles aussi près des voies ferrées et se jettent à leur tour sous les roues d'un TGV lancé à toute allure. Michel Previdi, est aujourd'hui un homme seul et brisé. Dans l'interview qu'il a accordée à Thierry Demaizière, il met en cause les institutions psychiatriques françaises, selon lui, responsables de cet enchaînement de tragédies. 
 



Photo, copyright Chevalin / TF1.



Commenter cet article