Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 18/04 7h50




Interrogé pour le quotidien "Aujourd'hui en France," Nicolas Pernikoff, directeur des variétés et divertissements de France 2.



Alors que France télévisions renégocie à la baisse ses contrats avec tous les animateurs-producteurs.
Selon lui, un effort est demandé à tous, et la période est difficile pour tout le monde. "L'économie des chaînes n'est plus la même. Clairement, on renégocie tous les budgets, quels qu'ils soient".



Patrick Sébastien, interrogé par Yves Jaeglé pour le même quotidien, se montre pessimiste sur son avenir. Il souligne que la volonté de France 2 est qu'il reste, mais pour faire cette télévision-là, il lui faut des moyens. Vouloir la même chose moins cher, ce n'est pas possible, dit-il. Sauf s'il vire musiciens, danseuses...



"Il me reste un an de contrat. Soit je continue au même tarif et ensuite je me mets sur le marché, soit on signe un nouveau contrat négocié à la baisse en raccourcissant les émissions. La première chose que je ferai, c'est baisser mon salaire" Mais il préfère ne plus faire ses émissions que de les faire au rabais.



Patrick Sébastien, qui manie peu la langue de bois, donne des chiffres précis. Un numéro des Années bonheur est de 600.000 euros. S'il enlève l'orchestre et les danseuses, il fait 60.000 euros d'économie, soit la baisse demandée (10%). Et ça, il n'en a pas envie. Il veut faire bosser ces gens là qui n'ont déjà pas beaucoup de boulot. Pour le Cabaret, il a proposé de faire une émission qui dure moins longtemps, en enlevant quatre numéros.



L'animateur-producteur tient par ailleurs à rappeler qu'il a une société de production à faire vivre, qu'il n'y a pas eu d'augmentation depuis 4 ans. Qu'avec la Haute Définition, les salles de montage sont obsolètes et que ça va coûter beaucoup d'argent en équipement. "ça nous plombe (...). Au lieu de nous aider, ils baissent nos prix..."



Crédit photo © DR - FRANCE 2.



Source AUJOURD'HUI EN FRANCE / Site :
www.leparisien.fr


Commenter cet article

oy 18/04/2009 11:58

Oui, le divertissement le samedi finit vers 22h45 minimum. Réduire la durée à 1h45 - contre 2h10 environ actuellement - ferait finir l'émission à 22h20. Ce qui permettrait de donner une meilleure visibilité au talk qui suit, et de réaliser des économies pour Sébastien..

tao 18/04/2009 11:33

Je comprend Sébastien. Certes, il faut faire des économies, mais si c'est pour faire des émissions bon marché ressemblant à des émissions russes ou portugaises, autant arrêter. La solution serait de raccourcir l'émission. Faire des primes time de 3 heures et plus, ça me semble beaucoup trop long. La crise permettra peut être de réduire le temps d'antenne car les émissions du prime time français sont beaucoup trop longues.

Isa. 18/04/2009 08:35

Et les émissions de Delarue, combien coûtent-elles ?Chez Sébastien, on voit où passe l'argent ! Faire venir pour le Cabaret des numéros du monde entier coûte évidemment cher, ne tuez pas cette si belle émission !

N. 18/04/2009 08:06

Je viens de lire le Parisien, il dit par exemple que faire venir les Village people, c'est 25.000 euros  Et Drucker aurait déjà accepté une diminution du budget de Vivement dimanche.

VeneS 18/04/2009 07:58

Plus de pubs + crise = les effets commencent à se faire sentir...