Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 03/10/2013 8H10

 

image005-copie-1.jpg

 

C’est un domaine dont on rechigne à parler et qui pourtant brasse des milliards. Il y a en France chaque année 540 000 personnes qui passent de vie à trépas. Au-delà du drame que représente pour les familles chacun de ces décès, c’est à chaque fois le point de départ d’une histoire d’argent. A commencer par les obsèques qui coûtent en moyenne 4000 euros. Un secteur qui profite parfois de l’émotion et du trouble des proches pour gonfler la facture. Un peu plus tard, les héritages sont souvent l’objet de bagarres sans fin dans les familles.

 

A l’occasion de la Toussaint, Capital a enquêté sur ce secteur tabou.  A voir dimanche 20 octobre à 20h50 sur M6.

 

Héritages : embrouilles en famille

C’est un autre moment difficile pour les familles après le décès d’un parent : toucher son héritage sans se déchirer entre frères et soeurs. Même si en moyenne les Français n’héritent que de 34 000 euros, les sommes sont souvent plus importantes et déclenchent des bagarres sans fin. Quelles sont les règles de l’héritage ? Que faire si on est lésé ? Enquête à travers les cas de plusieurs familles et sur la succession de Charles Trénet très disputée. 

 

Peut-on oser les pompes funèbres low-cost ?

Le choix des pompes funèbres est une épreuve supplémentaire pour laquelle il faut mieux être préparé. Car faute de repères et sous le coup de l’émotion, on peut rapidement voir la facture des obsèques s’envoler. De nouveaux arrivants proposent des formules low-cost avec service funéraire minimal et cercueil bon marché. Mais la cérémonie est-elle encore décente ?

 

lAcheter en viager : la mort à crédit

La mort pour certains est un pari qui peut rapporter gros. C'est le principe du viager. On verse une rente à vie à une personne âgée et au moment de sa mort on devient propriétaire de sa maison. Ce marché a un potentiel énorme car le patrimoine immobilier des séniors est estimé à plus de 700 milliards d’euros. Mais miser sur la mort est-il toujours un bon plan ?

 

Un caveau en or pour Médor !

En France, les amoureux des bêtes ont déjà quelques cimetières pour chiens et chats. Mais aux Etats-Unis, le phénomène a pris une toute autre ampleur. Une jeune femme a même fait fortune dans l’organisation de pompes funèbres pour les animaux. Un taxidermiste est aussi devenu une référence dans tout le pays. Il immortalise avec virtuosité les animaux domestiques.

 

Crédit photo © Xavier Popy/ M6

Commenter cet article