Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 24/09 15h43

ENQUETEDACTUALITE_preview.jpg

 

Marseille : la police peut-elle gagner la guerre contre les caïds ? Thème du magazine En quête d'actualité présenté par Guy Lagache mercredi 16 octobre à 20h50 sur D8.

 

Marseille n’en finit pas de défrayer la chronique. Depuis le début de l'année, déjà 14 règlements de compte. La cité phocéenne n'arrive pas à se défaire de ses vieux démons et de la réputation sulfureuse de ses quartiers. Implantés au coeur de la ville, ils regroupent plus d’un tiers des habitants de Marseille. 250 000 personnes qui cumulent les difficultés : chômage - qui peut atteindre les 50 % dans certaines cités - précarité et décrochage scolaire.

 

Pour s’en sortir, de plus en plus de jeunes basculent dans le trafic de drogue. En quelques heures, ils peuvent gagner plusieurs milliers d’euros : un business est certes juteux mais n’en est pas moins dangereux. Aujourd’hui, les différends se règlent à la Kalachnikov. Et les morts s’accumulent.

 

En plus de cette délinquance mortifère sur fond de trafics de stupéfiants, le centre-ville reste le terrain de chasse préféré des jeunes délinquants. Souvent mineurs, ils sont experts en vols à l’arraché.

 

Pour tenter d’enrayer cette violence, le gouvernement a envoyé sur place 230 policiers et gendarmes pour renforcer les effectifs. Il a également mis en place une nouvelle stratégie de reconquête des cités. C’est une approche globale, une action coup de poing qui dure un mois et qui mobilise tous les services de l’Etat. Douaniers, policiers, services sociaux réinvestissent ces quartiers abandonnés depuis des années aux dealers. En moins d’un an, 19 cités sur 39 ont bénéficié de cette thérapie de choc. 1300 personnes ont été interpellées en dix mois, 200 kg de cannabis saisis et une vingtaine d’armes découvertes. Un bon début mais le trafic de drogue et les règlements de compte continuent de gangrener Marseille. À chaque fois, à droite comme à gauche, on tente de récupérer politiquement cette délinquance.

 

Mais certains élus sont rattrapés par les affaires. Pour acheter la paix sociale et gagner des voix, ils ont subventionné à coup de centaines de milliers d’euros des associations gérées par des caïds locaux. Des affaires qui continuent de ternir un peu plus l’image d’une ville déjà largement dégradée.

 

Crédit photo © Thierry Gromik - D8.

#D8

Commenter cet article