Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal Mis à jour le 09/02 11h14






Internet a porté un sérieux coup aux médias traditionnels. Ce mardi 9 février à 20h35 sur Arte, enquête sur une révolution de l’info qui pose des questions vitales, tandis que huit journalistes aguerris tirent la sonnette d’alarme. Avec les coups de gueule d’Arlette Chabot, David Pujadas, Edwy Plenel, Éric Fottorino, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Pierre Elkabbach, Philippe Val et Axel Ganz.


A 20h35, Les effroyables imposteurs. Documentaire inédit de Ted Anspach. La Toile bruisse d’infos pas toujours fiables, parfois reprises dans les médias traditionnels. Décryptage d’une dérive.


Formidable révolution démocratique, l’explosion de l’info sur la Toile, qui permet aujourd’hui aux citoyens iraniens de nous informer de la situation de leur pays, comporte aussi son lot de dérives. Le parti pris du réalisateur Ted Anspach est d’explorer cette face sombre du Net. Aujourd’hui des milliers de sites, engagés dans une incroyable course de vitesse, relayent immédiatement des milliers d’infos plus ou moins vérifiées. Dans cette confusion générale, l’opinion d’un idéologue, d’un extrémiste, finit par avoir la même valeur que celle d’un scientifique reconnu. Ce documentaire, à partir de séquences de propagande étonnantes saisies sur le vif, décortique la mécanique qui permet de tels excès et raconte comment, volontairement ou non, certains médias se rendent complices de ces dérapages et de cette désinformation.


A 21h20, Huit journalistes en colère. Documentaire inédit de Denis Jeambar, François Bordes et Stanislas Kraland.


Que l’on s’en réjouisse ou que l’on s’en inquiète, l’info à l’heure d’Internet vit une incroyable mutation. Ancien directeur de L’Express, Denis Jeambar a sollicité des journalistes, des directeurs de rédaction et des patrons de presse : huit hommes et femmes qui vivent de l’intérieur cette révolution et qui s’interrogent sur leur métier. D’Arlette Chabot à David Pujadas en passant par Edwy Plenel, Éric Fottorino, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Pierre Elkabbach, Philippe Val et Axel Ganz, chacun pousse un coup de gueule face caméra. Dictature de l’émotion, confusion entre information et divertissement, manque de moyens, nouveaux défis imposés par le Web… : ils dénoncent les excès et s’inquiètent d’un journalisme qui va mal, mettant en danger la démocratie. À l’heure de l’info disponible à tout moment, du bruit médiatique, du people, de la presse gratuite, de la victimisation, ils disent ce qu’ils ont sur le coeur et reconnaissent aussi leurs erreurs.


Suivi à 22h00 d’un débat animé par Daniel Leconte.



Commenter cet article

zes 10/02/2010 12:39


Quand on lit toutes les difficultés de ce petit groupe de jeunes journalistes isolés des médias nationaux (presse, radio et télé) et leurs difficultés de réconcilier l'info, de sortir le
vrai du faux venant des réseaux sociaux (tweeter et facebook), on comprend qu'il y a encore une place pour du journaliste de qualité "sans le web".

Malheureusement le web noie l'info pertinente par trop de babillages, des bruits de fond sans preuves étayées et valides


zes 10/02/2010 12:02


Ce n'est pas une question du pouvoir en place contrairement à ce buzz faussement reléguer par une jeunesse ignare et paresseuse. On veut le beurre, l'argent du beurre et la crémière. Les "enfants
roi" dans leur suffisance.


sitelle 10/02/2010 08:58


@ zes 0h43

Justement, c'est parceque je considère que le journalisme est douteux que je dis que tout le monde est journaliste...
Les présentateurs de JT pipotent les interviewes et les reportages fabriquent de faux témoins, franchement je ne vois pas ce qu'il y a de plus fiable par rapport aux blogueurs. L'info qu'on veut
nous vendre dans les médias est bien lisse et formatée, les rédactions ont peur du pouvoir en place et gomment tout ce qui dépasse et moi ça ne me convient pas. 

Mais bon, on a décidé de diaboliser les internautes qui ne détiennent pas la carte du club, cette carte de presse qu'un paquet de journalistes ne méritent même pas.

Vive l'info sur le web 


zes 10/02/2010 02:02



«Les ennemis de la liberté»


 


C'est ainsi que les « complotistes » ont réussi à faire inviter l'un des leurs, un homme politique italien, Giulietto Chiesa, par TV7 Bordeaux, une chaîne appartenant au groupe
Sud-Ouest sur laquelle il va développer ses convictions à l'envi et sans contradicteur. « Ce qui est étonnant, c'est que ces gens sont diplômés et éduqués. Ils ont réussi à attirer dans
leurs filets des “people” comme Jean-Marie Bigard et Marion Cotillard qui donnent un vaste écho à leurs thèses. »


Mais, selon Ted Anspach, « la France est confrontée à une vague complotiste plus dangereuse, composée d'organisations avec un agenda politique précis. Elles ont trouvé dans l'information
citoyenne une nouvelle brèche pour remporter la bataille de l'opinion. » Et de citer comme exemple Alterinfo, une « agence de presse associative » qui alimente son site avec
d'autres agences et offre une tribune à Al-Manar, antenne télévisée du Hezbollah interdite en France pour incitation à la haine raciale. Des milliers d'internautes reprennent les informations de
cette « agence » et les font circuler sans savoir qui se cache réellement derrière. « Les ennemis de la liberté, conclut Ted Anspach, ont compris tout le parti qu'ils pouvaient
tirer d'Internet.» http://www.lefigaro.fr/programmes-tele/2010/02/09/03012-20100209ARTFIG00165-ils-voient-des-complots-partout-.php

ça craint grave internet 



zes 10/02/2010 00:43


et
ça se lamente, et sa chouine sur un monde révolu, faudra vous y faire, le monde entier est journaliste désormais et vous n'y pourrez rien 

non le monde entier n'est pas journaliste

au contraire il y a plus de buzz que d'infos réelles qui voyagent sur le net
quelle est la véracité des informations du net?
ce qui est publié sur le net est vérifié?
serait-ce plus des ressentis personnels et des interprétations?

Il y a plus d'égocentrisme populaire solitaire derrière son clavier que de véritables info 

le vrai journalisme n'existe plus depuis Mitterrand et ses mensonges couverts par la presse 


zes 10/02/2010 00:29


tandis que huit journalistes AIGRIS tirent la sonnette d’alarme

 


alice 10/02/2010 00:28


une lamentable emission de propagande ... c 'est nul , pas crédible Mr Leconte en plus c 'est du déjà vu !


le français 09/02/2010 23:06


Si quelqu'un avait le moindre doute sur thierry Messan il a été dissipé ce soir.
N'ai-je pas entendu ce soir écouter vérifier et transmettre sans parti pris,écouter ça a été fait au centième,vérifier pas du tout transmettre,plus mal aurait été impossible,
sans parti pris????
Vous osez vous prétendre journalistes,pouah!!!
Honte à vous,les seuls qui méritent ce TITRE sont l'italien et l'arabe de mulhouse,
Tout ce que j'ai vu ce soir était lamentable!
POur donner tort à messan rien de plus facile diffusez les 85 vidéos confisquées
par les autorités autour du pentagone.tant qu'on ne les verra pas il n'y apas eu d'avion dans le pentagone,c'était un autre projectile .
Je ne vous salue pas,les clowns!


sitelle 09/02/2010 11:51


et ça se lamente, et sa chouine sur un monde révolu, faudra vous y faire, le monde entier est journaliste désormais et vous n'y pourrez rien 


Sullivan 13/01/2010 15:55


Il faut rire? Quand on voit la liste des huit journalistes, ça donne cette impression.

S'il y a propagande, c'est bien celle des médias traditionnels et des journalistes de l'establishment qui tentent de défendre ce qu'ils estiment être leur pré carré au prix de contre-vérités, d'un
obscurantisme et un manque de conaissance de ce dont ils parlent qui fait peu à voir. Il y a bien des sites d'infos plus fiables et sérieux que le travail de ces 8 là. C'est la faute du net si
Pujadas a annoncé le retrait de Jupé au moment où il expliquait le contraire?

Ce discours, c'est aussi intelligent que si on dénonçait le traitement de l'info à la télé en faisant croire que les deux seuls émissions d'actu étaient 50 minutes inside et le Droit de savoir. Que
de démagogie!

Mieux vaudra passer sa soirée devant l'ordi sur arretsurimages.net, par exemple, que devant Arte ce soir-là.


Pingouin 13/01/2010 12:12


"Dictature de l’émotion, confusion entre
information et divertissement, manque de moyens, nouveaux défis imposés par le Web… : ils dénoncent les excès et s’inquiètent d’un journalisme qui va mal, mettant en danger la
démocratie"Et ça se lamente encore...Ils n'ont pas attendu Internet pour en arriver là tout seuls. De nombreux journalistes parmi ces 8 ont déjà perdu toute
crédibilité.


Xav. 13/01/2010 11:48


Le 1er sujet semble très interessant. Merci de le remonter le jour j tvnews :)