Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 15/04 11h00



 

Après une immersion au cœur de la cité de Villiers-le-Bel, Harry Roselmack est parti à Marseille, à la rencontre de jeunes salafistes, une communauté musulmane qui fait débat en France. Un programme diffusé mardi soir : "Harry Roselmack avec les fondamentalistes musulmans".

 

La diffusion était très tardive : entre 23h20 et 1h15 du matin environ. Pour ceux désirant voir ce magazine, et ayant omis l'enregistrement, possibilité de visionner ce deuxième numéro via Wat tv. Cliquez sur les vidéos ci dessous.

 

Le quotidien La Provence revient sur cette émission et écrit que les musulmans de Marseille sont ulcérés. A Marseille, ulcérés par ce qu’ils qualifient de "bidonnage" et de "manipulation", les représentants de la communauté musulmane sont en colère, écrit Sophie Manelli. Nouredine Cheich, président de la grande mosquée, se dit "scandalisé par ce scénario qui met en scène une bande de gamins en délire et s’appuie sur des élucubrations sans aucun fondement théologique". "Ils ne sont même pas capables de faire les ablutions correctement !" note Makhete Sissé, président de la Ffaiaca (qui fédère une quarantaine d’associations), et dénonce "le parti pris de TF1 de donner de l’islam une image de religion arriérée".

 

Extrait de La Provence :

"D’ailleurs qui sont-ils au juste, ces musulmans que Roselmack qualifient de "salafistes", mais qui jamais ne se déclarent comme tels ? "Une sorte de gourou avec sa petite cour de guignols" estime Omar Djellil, président de l’association Présence citoyenne. "Les vrais salafistes, qui sont entre 500 et millier à Marseille (sur environ 200 000 musulmans) ont refusé de tourner avec Roselmack", assure-il.

Le groupuscule filmé par TF1 serait en réalité dans la mouvance Tabligh, sorte de Témoins de Jéhova version islamique qui rassemble moins de 200 fidèles à Marseille… L’imam Ghoul, vice-président du CRCM (Conseil représentatif du culte musulman) a du reste signalé a à la préfecture les agissements de cet imam autoproclamé".

 

Les trois parties d'Harry Roselmack avec les fondamentalistes musulmans :

 

 



 

 

"Quand, au printemps dernier, nous avons lancé le principe de cette émission avec Eric Hannezo et Jacques Aragones, nous avions le projet d'une immersion dans les pratiques radicales des grandes religions monothéistes : l'islam, le judaïsme et le christianisme. Nous avons ensuite resserré le sujet car nous ne pouvions pas traiter trois religions en l'espace de 1h30. Cette démarche aurait finalement desservi notre intention qui consiste à prendre le temps de pénétrer un milieu et à l'incarner à travers les individus qui le composent", dit le journaliste. "Nous sommes partis avec une vision très ouverte, sans idées préconçues. Il ne s'agit pas de donner une tribune aux salafistes mais de découvrir leur milieu, leurs pratiques, pour ensuite les faire connaître aux téléspectateurs".

 

Ce qu'il appris sur la communauté salafiste ? "Son raisonnement, différent de celui de nos sociétés occidentalisées et matérialistes, étonne. Quand un jeune homme de 24 ans explique que sa préoccupation pricipale est sa vie future au paradis, et que toutes ses actions ont pour but de l'y préparer, nous réalisons à quel point nous sommes différents. L'ensemble de leurs pratiques et de leurs choix est dicté par cette quête, avec plusieurs conséquences. Leurs priorités, liées à des lois divines, sont parfois incompatibles avec certaines lois terrestres et républicaines. Malgré tout, la majorité des salafistes français n'a pas une interprétation belliqueuse et menaçante de l'Islam. Pourtant, nous avons tendance à les considérer comme étant partisans de la guerre des civilisations. Il faut avoir le courage de dire qu'en France, la majorité d'entre eux est contre le terrorisme".

 

A plusieurs reprises, Harry Roslemack choisit d'exprimer son point de vue dans le commentaire. " Je ne suis pas un simple observateur extérieur. Je suis dans le champ de la caméra. Mes questions ne sont pas totalement neutres. A partir du moment où elles ont une forme de subjectivité, je l'assume pleinement dans le commentaire. Je suis toujours très heureux d'aller sur le terrain. Je prends énormément de plaisir à me plonger dans de nouveaux univers et à les découvrir au travers de rencontres. Je m'en aperçois d'autant plus grâce à cette nouvelle émission".

 

 

Commenter cet article

Fred 14/02/2021 09:11

Bonjour. Savez-vous s'il est possible de revoir cette émission ?

Subterfuge 25/05/2010 23:56



Il est intriguant de voir a quel point nos bien-aimés représentants de l'islam font preuve d'une haine inouïe dans leurs propos a l'endroit de ceux qui sont pourtant leurs coreligionnaires...


Il faut croire que ces "protestants" de l'islam ont été horrifiés de voir une telle bienveillance (ou impartialité peut-être) des médias -et c'est une première de la Une- a l'égard de ceux qu'ils
considèrent comme leurs pires ennemis, puisque seuls les salafistes condamnent de façon logique et argumentée le stratagème de ces représentants qui n'ont aucune hésitation a brader les préceptes
de l'islam qui font pourtant unanimité dans les quatre écoles juridiques de l'islam sunnite pour arriver a leurs fins politiques.


Le lecteur averti pourra remarquer l'absence totale d'argumentation dans le réquisitoire toujours lyrique des-dits représentants qui suffit a mystifier la grande majorité des Français,
gouverneurs et gouvernés.



Zangan 15/04/2010 13:54



Comme c'était prévu.



Jo Benchetrit 14/04/2010 09:08



Encore une fois la dignité humaine et la souffrance animale imposée par les hommes devraient être au coeur du débat. Mais cette dimension, je présume, est omise.
Je verrai ça ce soir. Merci de l'info. 


http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/



FredO 14/04/2010 07:34



Pourquoi créer un tel magazine pour ensuite le planquer à 23h30 ?