Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 05/03 7h07





Empreintes.JPG


La collection Empreintes sur France 5 consacre ce vendredi un numéro à Véronique Sanson. A suivre dès 20h35 ce 5 mars.


Révélée en 1972 par son premier album, Amoureuse, Véronique Sanson fut à la fin des années 1970 l'une des toutes premières pop stars françaises. Après près de quarante ans de carrière, cette auteure, compositrice et interprète entière et passionnée retourne sur les lieux qui lui sont chers et qui ont nourri son œuvre.


Extraits :


" Mes parents étaient des résistants de 1940, pas des résistants de la dernière heure. Ils étaient tous les deux dans le renseignement. Maman était dans le sabotage — elle sabotait des trains, des bateaux —, elle était experte en explosifs, mais elle faisait aussi du renseignement, comme papa. (Dans sa maison à Ibiza.)"


"Je suis contente ici parce que je fais exactement ce que je veux, c'est-à-dire ne pas bouger. Je suis en paix ici. J'aime la mer, j'aime cet horizon qui est tellement infiniment parfait. (…)"


"C'est pas Ibiza ou le Vedra qui va me faire composer une musique ou quoi que ce soit, c'est simplement que ça me met dans un état où je peux le faire et où j'ai envie de le faire".


"Quand j'ai dit à papa : « Je ne veux pas faire des études, je veux faire de la musique », il m'a dit : « Fais de la musique, ma vieille, mais sois la première ! »"


"Moi, je ne voulais pas faire de scène au début, je voulais faire des disques dans l'ombre (…). J'avais la trouille, j'étais timide, même tétanisée d'aller sur une scène. La première fois, c'était au restaurant de la tour Eiffel". 


"C'est très gratifiant que les gens vous aiment et qu'ils vous le montrent : que, par exemple, quand vous faites une chanson très lente, il y ait un silence mortel — enfin non, pas mortel ! — et que, quand vous faites du rock, tout le monde se lève. On sent que les gens vous aiment et qu'ils sont venus. Parfois, en province, ils font 100 bornes pour venir vous voir (…). Alors on se dit qu'on leur doit quelque chose, et puis on se doit d'être formidable.


"Je n'ai jamais eu peur. Maintenant, j'ai beaucoup plus peur qu'avant, je ne pourrais pas vous dire pourquoi, je crois que j'ai un peu peur du temps qu'il me reste, c'est effrayant
".


Crédit photo © Claude Ardid - Endemol.



Commenter cet article