Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 01/10 11h10

Muriel Robin et le tournage de Jacqueline Sauvage : « A la fin de certaines séquences, l’équipe pouvait être sous le choc ». 

C'est ce soir, lundi 1er octobre, que TF1 diffuse une des fictions unitaires les plus attendues de la saison : Jacqueline Sauvage, c'était lui ou moi.

Muriel Robin, qui incarne une des figures emblématiques des femmes battues, rappelle qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint en France. "Ce n’est pas rien ! Mais le sujet est complexe et les solutions sont difficiles à trouver. Pourquoi un homme devient-il violent ? Comment une femme peut-elle s’en défaire ? Ces femmes ne peuvent pas partir car elles ont peur. Souvent, elles n’ont d’ailleurs pas vraiment le choix. Pouvoir choisir est un luxe ! Pour elles, parler présente des risques. Je pense justement qu’il est de notre devoir d’en parler, encore et encore, pour essayer de les aider à sortir du silence".

Muriel Robin, qui avait écrit au président François Hollande en faveur de Jacqueline Sauvage, n'a pas hésité avant d'accepter le rôle. Quand Yves Rénier m’a appelée pour lui en parler, elle lui ai immédiatement répondu : je suis Jacqueline Sauvage ! "Ensuite, lorsque j’ai lu le scénario, j’ai imaginé le personnage. J’ai tout de suite pensé qu’il s’agissait d’un rôle intéressant, fort et riche. Dans le métier de comédien, il ne s’agit pas seulement de jouer mais d’être, d’incarner. Si on ne sent pas ce genre de rôle dans ses tripes, d’une manière animale, il ne faut pas le faire. C’était loin d’être mon cas !"

La comédienne a passé une journée avec Jacqueline pour s’imprégner d’elle. "Au début, j’ai essayé de prendre son timbre de voix, mais j’ai finalement trouvé que c’était inutile. Je suis restée connectée avec mon rythme intérieur. J’ai aussi lu son livre mais ma bible a toujours été le scénario. Je l’ai d’ailleurs lu de nombreuses fois. Je suis assez instinctive. J’ai fait le plein d’images, d’informations… puis à un moment donné, j’ai inventé, même si j’ai imaginé quelque chose qui devait être proche de la réalité. En parlant avec Jacqueline, je me suis rapidement rendu compte que, au-delà de tout le reste, c’est la perte de son fils (pendu le jour où elle a tué son mari) qui l’accompagnera jusqu’à la fin de ses jours."

Jouer pendant huit jours les scènes de violence, c’était déjà très dur., confie Muriel Robin qui n’ose imaginer ce que ça devait être dans la réalité pendant quarante-sept ans ! "Un être qui en frappe un autre à mains nues, l’insulte, c’est d’une violence inouïe. Olivier Marchal, qui interprète Norbert, faisait attention, mais il était obligé de m’attraper, de me secouer… Nous sommes dans une fiction mais lorsque l’on tourne ces scènes, entre le «action» et le «coupez», elles existent. Chaque fois, nous étions un peu comme en apnée. A la fin de certaines séquences, l’équipe pouvait être sous le choc ; il y avait parfois des silences pesants avant que les conversations reprennent doucement. Le premier week-end après avoir commencé, j’étais triste et vidée. Les scènes de tribunal étaient aussi très intenses. J’y ai beaucoup pleuré !"

Olivier Marchal est exceptionnel dans le rôle de Norbert, ajoute Muriel Robin." Il nous présente un homme alcoolique et violent particulièrement troublant. Alix Poisson et Armelle Deutsch, qui interprètent mes avocates pendant le procès en appel, sont formidables. J’étais très fière d’être à leurs côtés. Quant aux trois comédiennes qui incarnent mes filles, elles sont excellentes également. Ça jouait vraiment ! Les textes étaient sus, il y avait de la place pour le jeu... Nous devions tous être à la hauteur du sujet pour le servir le mieux possible. Nous avons fait notre maximum". 

Crédit photo © Philippe Warrin - UGC - TF1

Commenter cet article