Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 27/06 6h43

 

Les films tirés d’histoires vraies suscitent une ferveur publique qui ne s’est jamais démentie. Sur grand écran, les « héros ordinaires » ont la cote et font souvent de très bons personnages.

Partant de ces œuvres cinématographiques, la série documentaire D'après une histoire vraie propose de commencer là où s’arrête la fiction et de raconter la vraie vie de ces parfaits inconnus. Chaque épisode a comme point de départ une œuvre de fiction dont les péripéties relatées sont tirées d’histoires vraies, et dont les héros sont des inconnus que rien ne prédestinait à sortir de l’anonymat. L’idée est de retracer d’authentiques destinées remarquables, toutes européennes, et ainsi découvrir ce que ces femmes et ces hommes sont devenus à travers les archives personnelles et contextuelles de leur époque.

La saison 2 débute ce dimanche 27 juin à 18h25 sur ARTE avec l'épisode Abbé Pierre, l’insurrection de la bonté, réalisé par Diane Lisarelli.

En 1989, Lambert Wilson interprète l’abbé Pierre. Il incarne le rôle de ce prêtre qui parvint à émouvoir et à mobiliser la France entière en faveur des sans-logis. Réalisé par Denis Amar, le film « Hiver 54 , l’Abbé Pierre » s’inspire des récits de l’abbé Pierre. Car derrière le cinéma il y a ce qui s’est vraiment passé et il y a cet homme, vêtu de sa canadienne, portant canne et béret et son engagement pour porter secours aux plus démunis. Henri Grouès, plus connu sous le nom de l’abbé Pierre, ancien résistant et député se bat au sein des Compagnons d’Emmaüs pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur le sort des sans-logis. Le 1er février, il prononce au micro de Radio-Luxembourg son appel à la solidarité : « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée. (...) Devant leurs frères mourant de misère, une seule volonté doit exister entre hommes : rendre impossible que cela dure. » Les dons affluent du monde entier et la solidarité s’organise pour mettre les plus fragiles à l’abri. C’est « l’insurrection de la bonté ». Grâce aux 500 millions de francs récoltés, des centaines de familles retrouvent espoir, des centres d’accueil et d’hébergement d’urgence sont construits dans les grandes villes de France. Jusqu’à sa mort en 2007, à l’âge de 94 ans, l’Abbé Pierre consacrera sa vie aux laissés-pour-compte au sein des Compagnons d’Emmaüs.

Crédit photo © Gilles Bassignac / Gamma-Raph

Commenter cet article