Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pierre Grimblat : "on a coupé les ailes aux auteurs".






Interviewé récemment par TV Hebdo, Pierre Grimblat (créateur des personnages Navarro, L'instit, le Tuteur) disait que la fiction française est en péril.




"On a coupé les ailes aux auteurs. Ils vivent dans une grande tension, très peu travaillent dans le bonheur de l'inspiration. Et les dirigeants de chaînes ont peur de prendre des risques, c'est le règne des lois économiques".




Pierre Grimblat dénonce une censure rampante mais souligne que tout n'est pas mauvais :
"Sur France 3, par exemple, il y a toujours une sorte de liberté".




Il regrette par ailleurs que les auteurs français ne peuvent pas se battre face aux séries américaines. Et rappelle que derrière chaque épisode d'une série américaine, il y a des pools de scénaristes. "En France, personne n'a l'argent ici pour faire ça..."




Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
Et puis les lois économiques, elles sont encore plus présentes aux USa, et on voit le résultat ... donc faut arrêter de tout mettre sur le dos de l'économie.Le marché peut favoriser la création.
Répondre
E
Je ne vois pas trop les expressions de cette liberte de F3 dans ses fictions.<br /> A part s'il considere que Louis la Brocante et Famille d'accueil revelent cette liberte de creation sous pretexte que ce n'est pas du policier...<br /> Dolmen etait original, Venus et Appolon aussi, comme Kaamelott ou Camera cafe, il faut arreter de dire n'importe quoi.
Répondre
J
Tant que ce sont des mecs de HEC qui decident ce qui est bien ou pas, on auras que des series plan-plan. Le scenario que je finit d'écrire sera réaliser en amateur car ça m'evitera de subir les contraintes de commerciaux, même si je dois investir un peu de ma poche. 
Répondre