Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France soir : la descente aux enfers...

 

L'un des titres historiques de la presse française meurt à petit feu...

Les salariés du quotidien France Soir se sont déclarés hier soir "atterrés" par la désignation - par le tribunal de commerce de Lille - du journaliste Olivier Rey et de l'homme d'affaires Jean-Pierre Brunois comme repreneurs de la publication. Ils ont alors cessé le travail, avec pour première conséquence que le journal n'est pas sorti ce matin.

Une réaction logique de la part des salariés, puisque le projet retenu prévoit de réduire très nettement l'effectif.

Le projet défendu par Rey et Brunois prévoit le maintien de seulement  51 personnes dans la rédaction qui compte actuellement 112 journalistes. Faire un tabloïd populaire, telle est leur ambition.Devraient être accentués :  l’actualité sportive, les faits divers, les courses et le people. Quid des pages culture qui étaient  de très bonne qualité ?... Les nouveaux propriétaires de France Soir bénéficieront de la jouissance du quotidien à compter de samedi, selon le Figaro.

Les salariés avaient publiquement manifesté leur préférence pour le projet du groupe de médias russe Moscow News, dirigé par l'homme d'affaires Arcadi Gaydamak. Celui ci prévoyait de conserver l'intégralité des 112 salariés du journal. Le hic : l'origine des fonds ? Son projet éditorial a été mis au point par François Siégel (VSD et le Monde 2) .

France soir était depuis fin octobre 2005 en redressement judiciaire.

Le Syndicat des journalistes CGT a condamné, hier soir, dans un communiqué la décision du tribunal de commerce de Lille .

Une occupation des locaux par les salariés de France soir n'est pas exclue...

Le projet de reprise et de relance prévoit de maintenir le prix du journal et de lui redonner une dimension nationale en « renégociant la distribution dans le sud de la France », interrompue depuis l'été 2005.

Christiane Vulvert, qui devrait assurer la direction générale du titre, soutient que « Nous avons toujours annoncé que dès que l’économie du journal repartira, nous réembaucherons et en priorité les salariés licenciés de France Soir » .

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
idem, c'est une bouse ce journal, franchement. navré pour ce qui arrive aux salariés mais quand on voit au fil des temps ce que France Soir est devenu, c'est à se demander comment il a tenu si longtemps..
Répondre
B
nan, l'équipe c'est beaucoup beaucoup plus que 800.000.<br /> Sinon: France Soir est DEJA un tanloid.<br /> Ce journal est déjà mauvais. Moi c'est juste les licenciments qui m'attristent.
Répondre
S
La faute à qui ? à la CGT du livre qui a le monopole de la distribution et qui exerce une véritable dictature. Le prix des quotidiens français est très élevé par leur faute. Seul Ouest France se porte bien. Avec 800 000 exemplaires vendus chaques jour, et ce n'est qu'un quotidien régional ! Alors que le quotidien national le plus lu "L'équipe" fait 400 000 ......<br /> Aucun patron de presse n'ose s'en prendre à la CGT du livre car sinon ce sont des représailles systématiques de sa part. <br /> M6 avait consacré un reportage sur eux il y a quelques années. C'était hallucinant de voir les avantages dont ils bénéficiaient !! <br />  
Répondre
Q
La presse quotidienne se réduit à peau de chagrin, ce n'est pas bon dans une démocratie...
Répondre