Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gérard Leclerc : "Je crois avoir fait preuve d’une totale indépendance quel que soit le gouvernement".




Interrogé par Patrick Cabannes dans La lettre de l'audiovisuel, Gérard Leclerc, nouveau président de la chaîne parlementaire LCP-Assemblée nationale, déclare être content que le choix se soit porté sur lui. "Je crois que LCPAN mérite d’avoir un projet ambitieux, et c’est ce que je me suis attaché à démontrer lors de mon audition. Aujourd’hui, c’est à moi de le mettre en oeuvre. LCP-AN existe déjà, mais je suis persuadé qu’on peut la dynamiser davantage (...)".



Concernant le processus de sélection, Gérard Leclerc dit avoir pris l’option d’être jugé uniquement sur ses compétences, son expérience et surtout sur son projet tel qu'il l'a défendu devant la commission publique.
"Je me suis interdit toute campagne, d’une part parce que nous n’en avions pas le droit, d’autre part par vrai souci d’indépendance. Cela n’a pas été le cas de tous mes concurrents… Ce qui m’a un peu surpris. C’est pour cette raison que j’ai été attristé par les attaques de certains (et j’imagine de mon concurrent), prétendant que je serais le favori de l’Elysée. Je veux bien, mais je ne vois pas sur quoi est fondée cette rumeur".



La commission de sélection ne lui avait accordé que 3 voix, contre 8 pour son concurrent Richard Michel, lui rappelle le journaliste Patrick Cabannes. "Ce n’est pas moi qui fixe les règles, mais il me semble qu’il ne revenait pas à la commission de choisir le candidat. Le comité de sélection devait en sélectionner deux, comme cela a d’ailleurs été le cas pour Public- Sénat. Le choix définitif revient au président de l’Assemblée nationale".



Gérard Leclerc souligne que le vote ne figurait pas dans la règle du jeu. "
Encore une fois, le comité de sélection devait choisir les candidats parmi les 4 finalistes et il revenait au président de l’Assemblée nationale d’effectuer son choix. C’est ce qui s’est passé. Pour le reste, la seule chose que je trouve plus qu’étonnante, c’est cette rumeur, colportée notamment par un journaliste qui est lui-même pigiste de la chaîne, prétendant que j’aurais les faveurs de l’Elysée. Prouvez-le !"



Le nouveau président de LCP dit n'être l’homme de personne, et rappelle qu'il est un journaliste professionnel, qui depuis plus de vingt ans dirige des services politiques ou économiques sous des gouvernements de droite comme de gauche. "Je crois avoir fait preuve d’une totale indépendance quel que soit le gouvernement. Aujourd’hui, je ne pense pas que les journaux de France 3 soient sarkozystes. Ils ne sont pas non plus antisarkozystes. Ce sont des journaux d’information ! Le «favori de l’Elysée», c’est totalement absurde ! C’est un argument qu’on sort pour essayer de flinguer le concurrent. Il n’est fondé sur rien, ce qui est d’autant plus désagréable".



Vous sentez-vous victime d’une cabale? lui demande Patrick Cabannes. Oui, clairement, répond Gérard Leclerc. "
Cette rumeur malveillante a été lancée pour me nuire, à la veille du choix du président de l’Assemblée nationale. Je trouve ça énorme ! Il n’y a pas le début d’un commencement de preuve. C’est purement gratuit, pour essayer de faire pression contre ma candidature".



Ses priorités pour la chaîne : repenser et retravailler la grille pour mettre la chaîne et ses programmes au coeur de la politique. "L’essentiel de la vie politique se passe à l’Assemblée : c’est elle qui vote les lois, qui contrôle le gouvernement, qui fait vivre le débat démocratique. C’est tout cela qu’il faut faire vivre, avec davantage d’images, de reportages, de débats".



SOURCE LETTRE DE L'AUDIOVISUEL.



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
Interview intéressante, merci pour le compte-rendu :)
Répondre
J
Pourquoi faire une commission qui désigne 2 personnes pour que le choix final revienne au président de l'assemble nationale ? Autant que la democratie joue pleinement son rôle.Quand Leclerc déclare ne pas comprendre pourquoi on dit qu'il est le protégé de l'Elysée, il a du oublier l'épisode de la vidéo de France3 quand Sarkozy avait dit sur un plateau que Leclerc avait été mis au placard et qu'il (Sarkozy) s'était plaind à la chaine. Quelle hypocrisie...
Répondre