Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les pieds-noirs, histoire d'une blessure - France 3 -

 

 

 

Les pieds-noirs, histoire d'une blessure. Un grand documentaire en trois parties à découvrir sur France 3, chaque samedi, dès ce soir.Un film inédit de Gilles Perez et Karine Bonjour. Il revient longuement sur le douloureux parcours des Français d'Algérie. Dans ce film, des témoins racontent les conditions dans lesquelles leurs ancêtres étaient venus s'installer sur la terre d'Algérie. Les mémoires s'entremêlent, s'entrechoquent quelquefois… soixante-deux témoins livrent, pour la première fois, leur histoire personnelle, celle des « Européens d'Algérie »…

 

Le premier volet éclaire la façon dont des populations venant de divers pays européens ont abordé la terre d'algérie.

 

1er volet ce samedi à 23h30 : Les années romantiques : Cette première partie est centrée sur l'épopée de l'installation en Algérie. Elle décrit les conditions parfois extrêmement dramatiques dans lesquelles les familles ont abordé cette terre inhospitalière pour en faire leur nouveau territoire, fuyant un régime politique ou une situation économique difficile. Elle raconte le mixage de ces populations venues de toute l'Europe, qui vont finir par constituer la culture et l'identité pied-noir. Elle en montre la vie quotidienne, les aspirations, les luttes, les joies et les difficultés. Au-delà du folklore, elle permet de saisir comment une culture naît et se développe. C'est à la fois une étude sociologique, politique, culturelle et profondément humaine de la vie en Algérie, mais aussi de la France, de l'Europe et d'une époque.

 

Gilles Perez, réalisateur, parle de ce documentaire : « C’est un film de mémoire. Mémoire partagée, entrelacée, qui s’entrechoque, trébuche quelquefois », « J’ai voulu apporter à l’analyse politique et aux passions qui l’accompagnent un élément supplémentaire : l’élément humain. »

 

(Source + photo, France 3)

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
Patrick HIERARD
 
Quand je serai grand, je ferai Berbère
Éditions du Masque d'Or
COLLECTION PAROLES D’HOMMES
 
Laissez vous entraîner par la saga de Maurice, l’orphelin de Lorraine, qui débarque au Maroc en 1926 pour y mater la révolte des tribus d’Abdel Krim, mais Maurice déteste cette guerre coloniale. Suivez-le quand il s’opposera à l’armée américaine de Patton qui débarque au Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale.
Il aime passionnément le Maroc, mais Maurice sera pris dans la tourmente de ce pays qui cherche son indépendance. Meurtres sauvages d’Européens, réponse tribale de l’armée française et c’est l’engrenage dramatique. Il échappera à des attentats, il ne vivra plus qu’avec son revolver et sa grenade dans la poche.
Le calme revient, Maurice trouve sa voix au Sud marocain en aidant les fellahs à développer leur agriculture, il est aimé et respecté, Maurice c’est sur mourra au Maroc.
1965, le retour mystérieux vers la France : il découvre l’affreux nom de « Rapatriés », il est un étranger dans son propre pays, il souffre et sa famille aussi. C’est alors la longue adaptation à son nouveau pays. Maurice a 60 ans…
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
BON DE COMMANDE
À découper et à renvoyer à :
SCRIBO DIFFUSION – Éditions du Masque d’Or
18 rue des 43 Tirailleurs   58500  CLAMECY
 
NOM et prénom : …………………………………………………….……………
 
Adresse : …………………………………………………………………………
 
Code postal : ………………Ville : …………………………...
 
désire commander … exemplaire(s) de l’ouvrage
« QUAND JE SERAI GRAND, JE FERAI BERBERE »
au prix de 27 € franco de port
 
Joindre chèque à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION
 http://www.scribomasquedor.com/livres%20en%20pré-publicité.htm
Répondre
K
La mémoire  enfouit, la mémoire voudrait oublier les blessures, mais la mémoire revient, un clic, un déclic, une photo, une parole et l'ouverture laisse échapper ce que l'on pensait enfoui à jamais. La vie et mes activités avaient compressé mes souvenirs du 26 Mars 62. C'est le hasard d'une rencontre imprévue et imprévisible d' une vieille dame très digne de près de 80 ans , c'est également le hasard d'une involontaire indiscretion d'une attente à un guichet de banque.Subitement ma mémoire a explosé .... c'était comme si j'avais remis le disque au départ !!!  j'ai entendu les cris, les pas, le crépitement des FM, le chargement des culasses, et même ce qui m'a probablement sauvé  l'enrayement d'une culasse et l'insulte en arabe du fell,  les "halte au feu",  les rales des blessés, les chocs des balles dans les corps, leur chute, le tintinabulement  caractéristique des douilles de FM et de PM sur le sol, l'affolement de la fuite ....l une voix d'enfant "Maman"Permettez moi  Madame puis je vous poser  une question ?  J'ai entendu votre nom,  êtes vousd'Alger? ...... aviez vous une fille de 22 ans ?........  Je sais ce qui lui est arrivé,  je la connaissais assez bien....nous avions des copains communs, je l'ai vue ......j'étais à quelques pas... je fuyais avec d'autres...... elle est morte ... Je n'ai pas osé dire qu'elle avait probablement encaissé les dix ou douze dernières balles du PM qui s'est enrayé par la suite et m' a laissé sauf .  j'ai reconnu sur une photo transmise récement , la position de son corps allongé devant le crédit foncier. Engagé volontaire à 17 ans, j'ai fini mes 3 ans  en 1961 à Rocher Noir, dans un service "placard", omni présent j'avais soutenu le putch des généraux d'avril 61.j'ai déjà, sur un autre blog, écris une partie de mon souvenir. le  26 Mars 62 ;  les "tirailleurs algériens" en faction de maintien de l'ordre rue d'Isly , place  Laferrière, avenue Pasteur, n'étaient que des  fells prisonniers  libérés en décembre 61 en raison des accords secrets d'évian entrés en vigueur au  19/3/62 pour la formation de la nouvelle armée algérienne. Encadrés par des CRS, et manipulés par des truands (dits barbouzes)sous contrat dans les Gardes Mobiles spécialement débarqués en Novembre 61pour contrer l'OAS.   Le 26 j'avais reconnu  DAOUD (ex para) que j'avais vu quelques fois à l'EM Rignot pour des missions d'infiltration. Je peux affirmer que cet homme  a vraiement été pour l'Algérie Française pensait que les liens Algérie France pouvaient être maintenus  a été trompé, manipulé, embobiné par des officiers supérieurs, et  certainement par cet officier promu  général pour le commandement de la nouvelle armée Algérienne   J'ai déjà dit que j'avais tenté de prévenir ceux que je connaissais que nous allions dans un piège... mal m'en avais pris ... j'ai faillis me faire tabasser par d'autres pieds noirs !! comment pouvait on  mettre en doute la sincérité de cette marche silencieuse vers Bab El Oued?  Quel était ce salaud qui était contre ?Ce jour là mon ange gardien m'a sauvé deux fois : des pieds noirs et des fells !!! il a également sauvé celle qui allait devenir mon épouse en 1965; On a mis le feu à ma mémoire, je n'ai jamais parlé, ni mon épouse,  à mes enfants de cette partie de notre vie. j'ai retrouvé certains copains d'école.... eux aussi essaient d'oublier Quand  seront morts les derniers Pieds Noirs et les derniers Harkis, quand leur mémoire sera totalement  éteinte,  peut être un jour, regardant par hazard une photo jaunie,  un petit fils ou un arrière petit fils, se posant  la  question "Qui suis-je  ? d'où je viens?  osera faire un film de ce triste jour ?   peut être un jour  un dirigeant reconnaitra cet holocauste ?    
Répondre
A
j aimerais bien savoir ce qu il est devenu effectivement, ce pauvre tirailleurs algeriens a qui  l on a confie le travail que personnes d autres voulait faire : le maintien de l ordre. en plus il se faisait traiter de fellaghas par la bande d excites manipules par l oas. si les t6 mitraillaient sur les balcons ce n etaient pas pour detruire des  pots de geranium. chaque fois que l on a utilise l armee pour le maintien de l ordre ca s est mal passe. pour cela il y a les crs. ou etaient ils passes?
 
Répondre
R
Sait-on ce qu'il est advenu de ce soldat qui n'a cessé de tirer le 26mars1962 lors du massacre de la rue d'Isly à Alger ? A-t-il pu continuer à vivre avec ce souvenir, et sans remords ?
Répondre