Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez-moi justice. Le procès Roman- Gentil vu par Granier Deferre

 

 

 

 

France 3 programme ce mercredi 27 juin à 20h50 "Rendez-moi justice". Un docu-fiction.

 

Le 30 novembre 1992, deux hommes comparaissent devant la justice du tribunal de Grenoble : Didier Gentil et Richard Roman, meurtriers présumés de la petite Céline Jourdan, 7 ans, violée et assassinée quatre ans plus tôt. Etalé sur trois semaines, ce procès va être une suite de coups de théâtre. Aux termes de violents débats, les jurés vont finalement acquitter Roman et condamner Gentil à la prison à vie. A travers un documentaire-fiction de 90 minutes, écrit par Anne Landois, le réalisateur Denys Granier-Deferre retrace avec précision le fil de ces assises, mêlant reconstitution, images d'archives et entretiens d'aujourd'hui avec six témoins majeurs de l'audience. Car si l'on connaît bien cette affaire, il reste une inconnue pour le grand public : le déroulement du procès.

 

Un film de Denys Granier-Deferre (scénario et dialogues : Anne Landois) avec Laurent D'olce (Richard Roman), Régis Royer (Didier Gentil), Michel Modo (maître Leclerc), Frédéric Bocquet (avocat général Legrand), François Toumarkine (maître Juramy).

 

27 juillet 1988, la petite Céline Jourdan est retrouvée violée et assassinée sous des branchages, le long d'une rivière à La Motte-du-Caire, un village de Haute-Provence. Quatre ans plus tard, le 30 novembre 1992, deux hommes comparaissent devant la justice du tribunal de Grenoble. Le premier, Didier Gentil, est un SDF surnommé « le tatoué ».L'autre, Richard Roman, est un ingénieur agronome qui a fui la société pour s'installer dans la montagne et élever des chèvres. Quatre ans d'instruction et quatre juges qui se succédent. Ce procès, qui va durer quatorze jours, est un modèle. Modèle de ce que la justice peut être et doit être. Une recherche méthodique de la vérité. Une vérité qui va éclater au grand jour... A travers ce documentaire-fiction, Denys Granier-Deferre retrace avec précision le fil de ce procès d'assises, mêlant fiction, entretiens et images d'archives.Tourné à la cour d'assises de l'Isère à Grenoble, ce film réunit des comédiens, des figurants, et les acteurs majeurs de cette affaire : Henri Leclerc, avocat de Richard Roman, Joël Roman, le frère de Richard Roman, Maurice Peyrot, chroniqueur judiciaire, Gilbert Jourdan, le père de la petite Céline, François Saint-Pierre, avocat de Didier Gentil, Michel Legrand, avocat général du procès.
Quinze ans après les faits, ces six personnes ont accepté de revenir sur ces assises qui ont marqué leur vie à tout jamais...

 

L'affaire Roman - Gentil :

Le 27 juillet 1988, la petite Céline Jourdan, fille du cafetier, est retrouvée violée et assassinée sous des branchages, le long d'une rivière, à La Motte-du-Caire, un village de Haute-Provence. Les trois cent cinquante habitants sont sous le choc. Leur colère ne connaît pas de limite. Très rapidement, la gendarmerie interpelle un SDF, Didier Gentil, qui a passé sa journée dans le bar-tabac du père de Céline à boire et à jouer au flipper avec l'enfant. Celui que l'on va surnommer « le tatoué » passe aux aveux. Il affirme que s'il a bien violé Céline, il ne l'a, en revanche, pas tuée. Il désigne Richard Roman, l'homme chez qui il a séjourné. Un ingénieur agronome qui a fui la société pour s'installer dans la montagne et élever des chèvres. Il habite dans une tente qu'il a dressée à côté d'une bergerie délabrée. Ce Parisien, qui vit seul comme un ours, inquiète depuis longtemps la population du village qui l'a baptisé « l'Indien ». A son tour, Roman est interpellé et passe aux aveux, après quelques heures de garde à vue. Mais très vite, il se rétracte et clamera dès lors et pour toujours son innocence.

 

(Photo copyright Pascal Guyot )

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
F
Cher Toto,Il est vrai que le docteur Jullier a témoigné devant la Cour, mais le médecin auquel je fais référence est le docteur Sebaoun, qui a rencontré Roman aux Baumettes en 1990 deux ans après son arrestation, et en dehors de toute pression (réelle ou supposée) des gendarmes. Après avoir eu l'aval du Conseil de l'Ordre des Médecins, il a rédigé un témoignage qui a été communiqué à la Justice. L'avocat général Legrand a déclaré lors d'un repas avec Paul Weisbuch qu'il pourrait  bien se servir de cette lettre au cours du procès, et n'en a finalement rien fait, ce que je trouve fort regrettable. Comme il est regrettable que les initiateurs de cette "docu-fiction" n'aient pas interrogé Michel Legrand sur ce point.Cordialement,Frédéric Valandré.PS: je vous recommande la lecture du livre co-écrit par Gilbert Jourdan (le père de la petite Céline) et le journaliste Robert Daranc, consultable à cette adresse:http://www.celinejourdan.com/Par ailleurs, mon compte-rendu de l'émission figure à cette adresse:http://chatborgne.canalblog.com/archives/2007/06/28/5454258.html
Répondre
T
Ben justement le médecin à témoigner il me semble....
Répondre
F
Je regarderai cette "docu-fiction" avec le plus grand intérêt, mais tout cela m\\\\\\\\\\\\\\\'a l\\\\\\\\\\\\\\\'air franchement orienté. Si il n\\\\\\\\\\\\\\\'est pas question de remettre en cause le verdict ici, je tiens tout de même à faire remarquer que  si on avait vraiment voulu rechercher toute la vérité sur cette dame, certains témoins auraient été convoqués au procès, et ils ne l\\\\\\\\\\\\\\\'ont pas été. Dommage tout de même que seul le magistrat instructeur qui croyait en l\\\\\\\\\\\\\\\'innocence de Roman ait été appelé à témoigner; la parole des autres juges qui ont instruit l\\\\\\\\\\\\\\\'affaire ne comptait-elle pour rien ? Dommage aussi que n\\\\\\\\\\\\\\\'ait pas été convoqué le médecin des Baumettes qui aurait recueilli des confidences de Roman en 1990, un témoignage, que, soit dit en disant, l\\\\\\\\\\\\\\\'avocat général Legrand avait déclaré être son "joker" pour condamner les deux accusés, et devant témoins, et qu\\\\\\\\\\\\\\\'il n\\\\\\\\\\\\\\\'a finalement jamais utilisé !
N\\\\\\\\\\\\\\\'en déplaise au réalisateur de "Rendez-moi justice", bien des zones d\\\\\\\\\\\\\\\'ombre subsistent dans cette affaire sordide.
 
Répondre
 
Répondre
V
Je ne savais pas qu'un des deux avait été innocenté.
Répondre
D
Granier deferre = qualité !
Répondre