Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par pascal 05/02 9h30

 

La prise d'otages aux JO de Munich est revenu sur le devant de la scène à l'occasion du film de Spielberg. A cette occasion,la presse est revenue elle sur la brouille opposant à ce sujet Eugène Saccomano et Charles Bietry...

Pour rappel :

5 septembre 1972.JO de Munich. Six palestiniens prennent en otage des athlètes israéliens. Le soir, le commando rejoint ne hélico un aéroport militaire, où la police ouvre le feu. Tous les otages sont tués.

Les médias annoncent , suivant les déclarations du ministre de l'intérieur allemand, la libération de sotages dans la soirée. L' histoire retiendra que Charles Bietry, alors à l'AFP, est le premier à avoir annoncé la mort des athlètes.

Bietry était devant une porte secondaire et ensuite sur une butte, où il a vu l'hélico exploser. C'est à cette porte qu'il dit avoir croisé le maire de Munich, effondré, lui disant que tous les otages étaient morts.

Bietry dicte la nouvelle en exclusivité mondiale d'une cabine téléphonique. A 2h15, après hésitations de la direction, l'info est publiée sur le fil AFP.

Mais Saccomano revendique la "primeur" de l'info. Selon lui, il était devant la porte des pilotes avec 3 journalistes suédois pendant que Bietry et les autres journalistes étaient devant la porte principale avec les officiels. A 23h40, il dit avoir annoncé sur Europe 1 qu'un hélicoptère a été détruit et qu'il y a 7 morts chez les otages et 5 chez les palestiniens.

Saccomano dit qu'à l'époque, la presse écrite écrase la radio et la télé. " C'est la religion de la dépêche. A l'AFP, c'est devenu une référence historique. Cette référence est bidon". Et d'ajouter que Bietry est un voleur de scoop Et de lui reprocher d'avoir claironné qu'il était le premier à révéler le drame.

Bietry pour sa part juge ce débat abject. " Peut-être qu'il est jaloux, mais je ne vais pas faire un concours de rapidité pour savoir à quelle heure on a annoncé des morts". Et d'ajouter perfidement que si on écoutait Saccomano, il aurait marqué les buts en finale de la coupe du monde 1998...

 

 

Commenter cet article

sl 05/02/2006 10:17

tous les deux un problème d'égo de toute façon.