Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séries, ton classement impitoyable ! Desperate housewives, saison 4.






Top 5 du classement avec pour débuter Desperate housewives saison 4. Attention, nombreux spoilers évidemment dans le billet de Cole qui suit, donc si vous souhaitez découvrir les épisodes sur Canal sans rien connaître des évènements, faites l'impasse.

Le top 4 sera en ligne de la façon suivante : un article chaque jour entre lundi et jeudi prochain.

François.










Place 5 : DESPERATE HOUSEWIVES SAISON 4.




Diffusion
sur ABC le dimanche soir à 21h (Moyenne saison 4 : 18,2 millions de téléspectateurs, + 4 % par rapport à la saison) et sur Canal + / M6 en France. Renouvelé pour une 5eme saison.

 




Produit et écrit par :
Marc Cherry

 




Avec :
Marcia Cross, Teri Hatcher, Dana Delany, Eva Longoria, Felicity Huffman, Ricardo Chavira, James Denton, Nicolette Sheridan et Doug Savant.

 




Quel Scandale ! Il a osé classé Desperate Housewives en 5eme position ! Et puis devant Samantha Who et Lost en plus, non mais je vous jure, ce type n’a aucun gout. Mais qui va-t-il classer premier alors ? Les Frères Scott ? Ben, je vais vous dire, cela ne m’etonnerait même pas ! Au bûcher, Cole ! Voyez, chers amis détracteurs, je m’auto critique moi-même !

 




Allez, soyons sérieux, après deux saisons plus que décevantes, les Desperate Housewives sont de retour pour une saison formidable. Cela lui valait bien une chronique un peu plus longue que d’habitude. On oublie les erreurs des années passées, les intrigues insipides, les storylines ponctuelles et non addictives et les personnages peu intéressants. Tout cela, pour revenir aux fondements, à l’essence même des Desperate Housewives qui l’a faite exploser en saison 1 : un ton léger, des intrigues communes à toutes les Housewives et le retour d’un vrai lien entre elles, beaucoup d’humour, des rebondissements soapesques mais aussi de nouveaux caractères forts et d’autres intrigues poignantes, voire carrément dramatiques. Ce cocktail explosif absolument jouissif, véritable pot-pourri de comédie, drame et émotion a ainsi permis de rendre à Desperate Housewives ses lettres de noblesse acquises il y a 4 ans déjà. Parlons donc de cette saison, qui, comme vous pouvez le constater, m’a largement enthousiasmé.

 




La principale raison de cette remontée qualitative des Desperate Housewives, que l’on attendait plus il faut bien le dire, s’explique donc comme je l’ai précisé en préambule par un retour aux sources des Housewives. Je vais  donc faire aujourd’hui une chronique un peu plus originale que d’habitude en vous expliquant pourquoi chaque élément fondateur des Desperate Housewives a permis à cette saison 4 de redorer son blason.

 




La comédie, tout d’abord, c’est évidemment la clé maitresse des Housewives qui s’est spécialisé dans l’humour burlesque, à l’origine parodique des soaps opera habituels mais qui s’est plutôt recentré, en cette saison 4, sur le pur comique de situation. Si lors des précédentes saisons, la caution humoristique de la série était plutôt occupée par Susan, le personnage de Gabrielle a fortement pris le relais en cette nouvelle saison. Il faut bien dire que Susan est trop occupée à ses intrigues pseudo-dramatiques sans l’ombre d’un intérêt.

 




C’est réellement le point noir de la saison : son intrigue avec Mike est d’un ennui total. Faire partir Mike en rehab aurait pu être une bonne idée, simplement dans le cas présent, on ne parvient pas à accrocher, c’est tout juste ennuyant. Mike était un personnage sympathique à l’origine mais son côté vieux réac traditionnel républicain lui enlève tout sympathie, c’est à se demander s’il n’aurait pas du rester dans le coma. Reste une intrigue marrante pour Susan : la visite de sa belle-mère de Mike qui, devinez quoi, est horripilante. Oui, bon.. La fameuse intrigue de la méchante belle-mère est vieille comme le monde, d’autant que les 3 autres housewives y ont déjà eu droit. Ne serait-il pas temps de changer de CD ? D’autant qu’il faut arrêter avec ce cliché de la belle-mère tyrannique. Tiens, allez, je lance un sondage Blog TV News, et vous votre belle-mère, elle est aussi insupportable que celle de Susan ?










Mais revenons donc au comique de Desperate Housewives avec Gabrielle. Il faut bien dire qu’elle a été particulièrement forte cette saison, notamment avec la cécité de Carlos. Gabrielle profite par l’exemple de l’handicap de son mari pour piquer une place handicapée au terme d’une hilarante joute physique avec un handicapé moteur! Bref, avec toujours beaucoup de malice, d’espièglerie et surtout aucune limite dans son comportement, Gabrielle est devenue le véritable atout charme comique du show. La série a d’ailleurs reçu des complaintes des associations d’aveugles proclamant que la série se moquait ses handicapés. Je commence en a avoir marre de ces associations, quelles qu’elles soient, qui montent au créneau à la moindre moquerie de leur cause. Il faut aussi avoir de l’humour et cela fait du bien de rire, même de ses problèmes. Je pense que les principaux concernés ont été les premiers à rire des scènes de Gabrielle qui n’étaient, qui plus est, aucunement offensante pour les handicapés.

 




Gabrielle a ainsi dans chacun de ses épisodes une scène tout bonnement hilarante. On se  souvient notamment de celle avec le curé où Gabrielle lui demande de la remarier avec Carlos face à un homme de foi désespéré qui pensait qu’elle était encore mariée à Victor Lang ! Bref, Gabi n’en rate pas une et ce pour notre plus grand plaisir ! Eva Longoria prend de plus en plus d’assurance et de plaisir à jouer son rôle et cela se sent à l’antenne. Même si son rôle lui a conféré une notoriété mondiale, elle n’en reste pas moins elle-même à l’antenne et n’a pas pris la grosse tête à l’inverse de l’Hiltonesque Misha Barton dans Newport Beach.

 




Les autres housewives ne sont pas totalement en reste côté comédie. Ainsi, chaque scène où Bree est confrontée à une honte susceptible de remettre en cause son image dans la communauté est parfaitement hilarante. Elle n’hésite pas à commettre les pires actes pour sauvegarder son statut et ce, tout en gardant toujours une classe folle et en restant sur ses principes. Les scénaristes ne lui ont rien épargnée cette année, notamment une scène en pleine messe où elle est traitée publiquement de salope après avoir refusé les avances du prêtre. Mais ce qu’il y a de délicieusement irrésistible chez Bree, c’est son côté paradoxal entre la parfaite mère au foyer toujours le chiffon à la main et la républicaine accro aux armes à feu. Un vrai bonheur. Enfin, un dernier mot sur le couple gay, cliché au possible avouons-le mais c’est certainement le but recherché. Espérons qu’ils seront présents en saison 5 car leurs scènes sont totalement hilarantes, notamment avec Susan qui tente de se montrer gay-friendly mais ne cesse de multiplier les gaffes à leur égard.

 




Passons au critère suivant : le drame. Même si Desperate Housewives n’a pas les talents de dramaturges pur jus comme Brothers & Sisters ou dans un autre style Friday Night Lights, la série nous réserve tout de même son lot d’émotions fortes. Si la cécité de Carlos est rapidement tournée en dérision, le cancer de Lynette de ce début de saison 4 lui,  reste particulièrement bien traité. Nous suivrons réellement l’histoire d’une femme pleine de vie, comme des milliers d’autres, qui se retrouve confrontée à cette terrible maladie. La série adopte ici un ton juste, sans surjouer au travers de scènes simples et réalistes. Il y a notamment une intrigue où Lynette se bat contre un furet qui a envahi sa maison. N’arrivant pas à s’en débarrasser, elle va identifier ce furet à sa maladie et fera tout pour en venir à bout. Ce passage était particulièrement poignant tout comme les confrontations avec les autres Housewives.

 




Mais l’intrigue dramatique la plus réussie et surtout la plus spectaculaire de la saison reste incontestablement l’épisode événement consacré à la tornade qui dévaste Wisteria Lane. Il faut bien le dire, je suis très friand des épisodes catastrophes naturelles mais j’ai trouvé celui-ci particulièrement réussi. En un épisode, il a permis un avancement fulgurant des intrigues en tuant l’ex-mari de Gabrielle et l’ex-maitresse d’Adam, en séparant le couple Katherine / Adam et surtout en nous livrant un suspens explosif avec toute la famille de Lynette menacée sous les décombres sous les cris terribles de cette dernière. Une belle réussite.

 




Enfin, pour terminer, le critère soap et intrigues légères, là-aussi elles sont très réussies. La principale illustration reste évidemment l’histoire fil rouge de la nouvelle housewive Katherine Mayfair. Si sa storyline, et notamment le dénouement, sont assez uluberluesques et pas crédibles pour un sou, c’est surtout le personnage de Katherine que l’on retiendra. Sous les airs de Bree underground, Katherine trouve véritablement sa place à Wisteria Lane. Dana Delaney interprète en effet une femme forte, avec une classe incroyable et un bagout certain. En une saison, Katherine se sera véritablement imposée au point de revenir la saison prochaine et de devenir mon housewive préféré.










Finissons cette chronique avec deux intrigues soap relativement ratées. La première concerne une nouvelle fois Mike. Rappelez-vous, à la fin de la saison 2, Orson écrasait Mike pour d’obscures raisons et ce dernier finissait plongé dans le coma. La saison 3 aura permis la résolution de cette intrigue pour le moins vaseuse. Mais ce n’est qu’en saison 4 que Mike découvre ainsi l’auteur de son accident. Et franchement, poiroter 2 saisons pour une confrontation aussi navrante, résolue en cinq minutes, c’est un peu léger. En résumé, Mike lui pardonne, Orson a changé, on pleure un bon coup et on est content. Seul Bree, fidèle à elle-même, ne l’accepte pas et quitte Orson.

 




Et enfin, pour les plus vaillants parvenus au bout de cette chronique, on finit par l’intrigue la plus casse-gueule de la saison. Et le problème est que dés que Desperate Housewives se lance dans une intrigue casse-gueule, vous pouvez être qu’elle va plonger la tête la première. Encore une fois, on ne s’est pas trompé avec l’intrigue de la démoniaque Kayla, la fille de Tom qui s’est mis dans l’idée de pourrir la vie de Lynette. Vous vous rappelez du sale gosse terriblement inquiétant qui incarnait le diable dans ‘La Malédiction’. Ben, Kayla c’est la même mais en plus tête-à-claques. Notons que la pauvre Lynette n’a pas de chance, à peine sortie d’un cancer et d’un ouragan, là voilà confronté à la pire des plaies : cette sale mioche de Kayla. Alors autant j’adore les garces dans les séries, autant les gamines garces, je ne supporte pas. Je n’ai qu’une envie : leur flanquer une bonne trempe. N’appelez pas toutefois les services sociaux puisque c’est justement le problème de cette intrigue : l’intrigue prend de l’ampleur chaque épisode pour retomber comme un vulgaire soufflé avec Kayla virée comme une malpropre de la famille Scavo. Ceci étant dit, on ne s’en plaindra pas et on espère que le ménage fait des boulets de la saison en cliffangher de saison permettra à Marc Cherry de nous contacter une saison 5 encore meilleure.

 

 




Meilleur épisode : 4.09  – ‘Something Coming’

 

Pire épisode : 4.12 – ‘In Buddy’s Eyes’

 




Les points forts :
Un retour à la comédie et à la légeretè est de mise dans cette saison 4 et force est d’avouer que l’on retrouve enfin un plaisir coupable à suivre les trépidentes aventures de nos Housewives. Le casting absolument parfait s’en donne à cœur joie et nous avons le plaisir d’accueillir une nouvelle Housewive doté d’une classe folle en la personne de Katherine Mayfair.Enfin, Marc Cherry semble avoir tiré des leçons des reproches adressées aux saisons précédentes en proposant enfin des intrigues communes aux Housewives au terme de confrontations juteuses pour notre plus grand plaisir.

 




Les points faibles :
Susan est incontestablement le point faible de la saison. Ses intrigues ne présentent aucun intérêt et son histoire avec Mike est d’un ennui le plus total. Gageons que le cliffangher de fin de saison permette de relancer son intérêt. De plus, certaines intrigues unitaires sont en dessous des autres, notamment en deuxième partie de saison.

 




Conclusion :
Entre crise de rires, plaisir coupables, suspens et émotions fortes, Marc Cherry a rassemblé les éléments qui ont fait le succès de la saison 1 pour nous offrir une saison excellente. Desperate Housewives reste avant tout une série simple et légère, sans prétention, que l’on prend plaisir à regarder sans prises de tête. L’équipe scénaristique semble enfin en avoir pris conscience. Pourvu que cela dure.

 



COLE.




RUBRIQUE AVEC LA PARTICIPATION DE :


Cole (
Sérieslive)


Tao (
Critikseries.com)









 









Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
Susan est incontestablement le point faible de la saison.Nan Susan est le point faible de la série ! Son amourette avec Mike pouvait ptet faire sourire dans la saison 1 mais faire durer cela pendant 4 saisons c'est trop .. et ca m'étonnerait pas qu'on retrouve le même genre d'intrigue entre Mike et Susan même s'ils ne sont plus ensemble temporairement ..Enfin bon j'ai pas lu la review vu que je connaissais à peu près ton avis Cole grâce à ton site ! :)Mais bon en général je suis pas du tout d'accord avec ce classement et ça se confirme avec les DH .. d'ailleurs je pense pas que vous aviez besoin de faire un classement ! Faire juste des reviews c'est bien aussi :D
Répondre
K
Erk, sur un point je te comprends... Kayla est vraiment une sale mioche. C'est vrai que Gaby et ses frasques sont tout simplement géniales ! Bon après c'est vrai que certaines intrigues qui pourraient être intéressantes deviennent tout simplement... banales diront nous même si le mot est un peu poussée ! Vivement le TOP4. Et tu fais vraiment du bon boulot ! C'est un plaisir de lire tes rubriques !
Répondre
M
Globalement d'accord...même si je trouve que DH est peut-être la série qui a le pâti de la grêve des scénaristes. Beaucoup de storylines prévues dans la saison ont purement été abandonnées en cours de route, et ça donne ce résultat un peu fade, ponctué de quelques (rares)éclairs de génie, où l'on retrouve ce qui a fait prendre la sauce dans les tous les 1ers épisodes.Par exemple, il était prévu que Mike flirte avec une  patiente pendant sa rehab, un des enfants Scavo était sensé mourir cette saison...La grêve a coupé court à tout ces developpements et la tornade a tout balayé avec ses gros sabots...En tout cas, merci Cole de ne pas enterrer DH comme beaucoup le font, c'est encore largement regardable, en partie aussi à cause de ses défauts :)
Répondre
B
Cool les Desperates :-)) Je sais de quoi vont discuter les filles au boulot demain MMDRR
Répondre
R
Bonne place pour les desperates, mais sans doute un peu trop bonne. Une bonne saison c'est clair qui a bien relancé la série après deux saisons très médiocres, mais pas de quoi sauter au plafond non plus. Le début est très bon, mais après la tempête c'est la débandade. Les derniers épisodes sont d'ailleurs très moyens. Je suis d"accord avec toi pour Susan, elle est le point faible de la série en nous rammenant sans cesse des intrigues bidons. Gaby ammène beaucoup de l'humour, tout comme Bree. Pour Lynette, l'intrigue du cancer aurait pu être poignante, mais elle ne l'est pas vraimen. Une bonne saison, mais qui souffre tout de même de quelques défauts, comme les facilités ou le manque de profondeur. Moi, je l'aurai mis plus bas dans le classement tout de même.
Répondre
F
Mon avis est tout simplement opposé à cette chronique à l'exception d'un avis : L'intrigue de Kayla qui ne vole vraiment pas haut avec du chantage bas de gamme.La série use énormément de facilités et d'intrigues cousues de fil blanc. En outre, je n'ai plus autant d'affection pour les housewives qu'avant... On a là quatre gamines qui se battent pour des futilités + Katherine qui n'est que l'ombre de Bree.La saison 4 est pour moi la pire de toutes les quatre car je ne reconnais plus l'ambiance des deux premières saisons. On a beau critiquer la deuxième saison, je trouvais qu'elle restait fidèle à l'ambiance de la première. Là, tout est un peu trop prévisible et la seule fois où j'ai rigolé, c'est à la soirée charades du 4x03. Malgré tout, je suis d'accord aussi que l'épisode 4x06 est très bien (voire meme le meilleur pour moi). L'épisode de la tornade faisait trop "bling bling"...
Répondre
L
Etant donnée la qualité des chroniques je m'abstenais mais quand même, attention aux fautes, les articles en sont truffés. "lettres de noblesse acquéries" il faut le modifier : "acquises" ! Sinon effectivement DH s'est nettement améliorée cette saison mais de là à la mettre dans le top 5... quand même pas :)
Répondre
T
Une place dans le classement bien méritée pour les wives. La série retrouve tout ce qui a fait le charme de la première saison. On s'attarde davantage sur l'humour et les situations du quotidien, le tout en critiquant la société bien pensante des banlieues. Et cela est parfaitement illustré avec l'intrigue de Bree et du bébé.Eva Longoria est extrémement drôle dans chacune de ses scènes. Et comme Cole l'a dit, Katherine est le nouvel atout de la série. Présentée comme une Bree numéro 2, elle a très vite su sortir de ce moule. Pour moi, elle prend plutôt la place laissée vide durant 4 ans par Mary Alice. Dana Delany est extraordinaire et je suis ravi de retrouver le personnage dans la saison 5. ça aurait été trop triste de perdre un si bon personnage.
Répondre
D
Oui formidable saison, et vivement la saison (trailer et photos sur mon blog).
Répondre
R
Pas mal le classement à part XY qui est une grosse daube, mais bon tout le monde peut faire des erreurs...
Répondre
L
je ne comprends pas la notion qui revient souvent dans les articles de "guilty pleasure" ou plaisir coupable...pourquoi se sentir coupable de regarder des series ?? c'est juste un plaisir, je vois pas ou est la hontemoi je suis impatient de voir les premieres images du nouveaux beverly hills et je suis fier de le dire :)
Répondre
L
Effectivement, tu as devancé mon commentaire : mettre "Despetate" avant "Lost" c'est purement un scandale et une faute de goût !Pas que cette saison soit totalement mauvaise hein, elle avait bien commencé, jusqu'à la tempête quoi. Mais alors après, c'est beaucoup de remplissage et pas grand chose de passionnant !! Et le mystère autour de Katherine s'est rapidement essouflé. Saison meilleure que la précédente donc mais je ne la considère pas comme un retour aux sources du tout.
Répondre
G
Saison nettement supérieure à la 3 (en même temps, c'était pas difficile) mais les premiers épisodes ont du mal à démarrer.Final on ne peut plus surprenant, qui annonce un nouveau visage pour cette succulente série.Très bonne chronique !
Répondre
F
Ah moi j'ai bien aimé Kayla la maléfique. Je trouve ça assez cruel, car les enfants, entre eux, ceux sont des monstres ! En plus la résolution est encore plus cruelle, surtout pour une histoire concernant des enfants, et finalement peut-être une des storylines les plus sombres de la série.Une très bonne saison, qui s'essoufle, comme toute la saison télévisuelle, sur les épisodes post-grèves.
Répondre
N
wooff, c'est de la torture de proposer cet article le jour J. faut que j'résiste faut que j'résiste faut que j'résiste faut que j'résiste...
Répondre
V
Pas pu m'empêcher de lire, mais je connaissais déjà pas mal de spoilers (notamment le cyclone). Pressé de voir les 3ers épisodes ce soir :)
Répondre