Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séries, ton classement impitoyable ! 2 - DEXTER











Place 2 - DEXTER SAISON 1.




Places 30 à 2 : http://www.leblogtvnews.com/categorie-10250632.html




Diffusion
sur ShowTime le dimanche soir à 21h et sur Canal +/Jimmy (bientôt TF1 ?) en France Renouvelé pour une 3éme saison.

 




Produit et écrit par :
James Manos Jr.

 




Avec :
Michael C. Hall, Julie Benz, Jennifer Carpenter, Eric King, Lauren Velez, David Zayas et C.S Lee.

 




A la veille du numéro 1 de ce classement d’été, c’est l’incroyable Dexter que nous retrouvons en 2ème position. Mais qui peut bien avoir damé le pion à cette série si brillante ? Cela, évidemment, vous le saurez demain … En attendant, j’espère que vous ne me reprocherez pas, chers lecteurs, de ne pas avoir classer Samantha Who derrière ce petit bijou du câble américain. Je vous propose de revenir sur cette série que beaucoup d’entre vous attendaient dans ce classement et vous noterez qu’il s’agit là de la première saison, ayant découvert la série il y a peu de temps.

 




L’étonnant Michael C. Hall interprète donc Dexter, Dr. Jekyll et Mr. Hyde de la côte Est, puisqu’il est brillant médecin légiste le jour et serial killer la nuit
(ainsi que pendant ses RTT, il est important de le noter). Un pitch pour le moins atypique pour une série dite dérangeante. Et je dois vous confesser que c’est justement pour ce côté politiquement incorrect que j’ai jeté un coup d’œil à la série. Il est vrai que l’univers de Dexter est si particulier, glauque, oppressant et moite à la fois, qu’un temps d’adaptation est nécessaire pour adhérer pleinement à l’univers caustique de la série. Mais en dépit de son non conventionnalisme avéré, je ne trouve pas que la série soit si dérangeante que cela. Elle l’aurait effectivement été si Dexter avait été un tueur sanguinaire sans foi ni loi. Ce qui n’est pas le cas.

 




Et oui, Dexter n’est pas un simple serial killer mais un véritable vengeur masqué, Zorro hardcore, qui décime ses victimes selon les péchés qu’elles ont commis sans le moindre remord. Première qualité de la série : la cohérence. Et croyez-moi, ce n’était pas gagné d’avance. C’est bien simple, je n’avais jamais vu une série avec une psychologie des personnages aussi complexe, aussi creusée, aussi aboutie. Plus qu’une simple évolution, nous sommes conviés à un véritable voyage intérieur de cet étonnant serial killer, ses doutes, ses forces et ses faiblesses. A la fois torturé et redoutable, sur et douteux, simple et complexe, honnête et manipulateur, sa double personnalité, ou du moins sa façade et sa vrai personnalités se choquent et s’entremêlent mais tout en restant à chaque instant fidèle au protagoniste.




Ainsi, dans un épisode, Dexter s’attaque à un ado dont il comprend après que ses actes étaient justifiés. Quitte à prendre des risques, il n’hésite pas une seconde à le relâcher. De cette manière, on apprend à apprécier Dexter. Il tue mais a-t-il foncièrement tord ? Il personnifie finalement la petite façade noire que nous avons tous plus ou moins au fond de nous-mêmes. Qui aurait-cru que l’on pourrait s’identifier à lui ? Son personnage est jubilatoire tant, malgré le fait qu’on sache que son action est mauvaise, on meurt d’envie qu’il passe à l’action. Ainsi, quand il nous délecte d’une réplique du genre ‘On dirait que quelqu’un a fait chose de très méchant …’, c’est un plaisir que de savoir que le méchant va prendre une bonne leçon ! Dexter, le père Ingalls des serial killer ? Oui j’ai osé la comparaison …

 




Enfin, la véritable force de Dexter, et je salue encore les scénaristes pour leur travail d’orfèvre, est d’avoir crée un personnage non figé, qui se remet constamment en question, qui doute et essaye de surmonter ses faiblesses. Ainsi, Dexter n’est pas humain, n’a pas de sentiments ni de tristesse mais il en a conscience et aimerait en éprouver. De plus, la voix off de Dexter est une vrai bonne idée tant elle permet de mieux cerner l’évolution et les doutes du personnage … Et surtout quand elle est ponctuée de petites répliques acides qui pimentent le tueur à l’aspect introverti.





 






Le jeu du chat et de la souris qu’il mène avec le tueur de glace est lui-aussi brillant et judicieux, ponctué d’une touche d’humour et de thriller. Malgré tout, cette fameuse intrigue de l’ ‘ice truc killer’ reste en demi-teinte. Elle est certes un polar de très bonne facture avec son lot de rebondissements mais elle suit le cahier des charges du thriller traditionnel, ni plus, ni moins. Le début de la saison est d’ailleurs un peu mou, dû à mon avis à des épisodes trop longs, là où un format de 42 minutes aurait donné plus de panache à la série. Mais là où l’enquête devient géniale, c’est à partir du moment où l’on sait que le serial killer est le frère de Dexter. L’enquête bascule ainsi du polar conventionnel au thriller psychologique, domaine où Dexter rayonne, avec un jeu de séduction macabre et philosophique entre les deux protagonistes. Car oui, ne vous attendez pas à voir en Dexter une série criminelle bourrée d’action. La série reste avant tout une série intimiste qui, loin de sa réputation sulfureuse, se concentre avant tout sur la personnalité et les démons d’un seul homme.

 




De ce fait, on regrettera légèrement la conclusion de l’intrigue du tueur de glace. Alors que le dénouement avait été habilement amené vers la fin de saison (avec notamment une arrestation hilarante d’un faux suspect crasseux et stupide et un Dexter dégouté tant il l’imaginait avec plus de classe et d’intelligence !), l’action bascule d’une seconde à l’autre. A trop vouloir faire trainer l’enquête dans les premiers épisodes, on a eu le sentiment d’un final twist brûlant les étapes. Ainsi, même si la conclusion de cette éprouvante enquête est menée tambour battant de façon très efficace, on regrettera que la série bascule vers le policier presque pur avec une touche de folie à la psychose certes, mais un soupçon d’originalité supplémentaire aurait été le bienvenu.

 




La force de Dexter est également sa narration. Je vous parlais de la voix-off qui est évidemment l’âme de la série mais ça ne s’arrête pas là. La série s’est retrouvée confrontée au même problème que tous les autres shows avec un format identique : faire durer l’intrigue fil rouge pour qu’elle aboutisse lors du dernier épisode de la saison. Pour cela, qu’une solution : les stand alone. Mais le fait que la série lie ses intrigues unitaires à la personnalité de Dexter, notamment au travers des flashback sur son adolescence, fait que l’on a pas l’impression de suivre une série dissolue mais que bien au contraire, chaque histoire a son importance sur l’évolution de Dexter.  Qui plus est, ces petits crimes sont très bien foutus et parfaitement calibrés tant ils s’inscrivent dans la dure réalité de Miami. Il est ainsi beaucoup question d’immigration et de trafic de drogues dans la série, chose qui n’était pas évidente à l’origine tant la série est une pure fiction. Ces intrigues terre-à-terre très locales, sans excès ni excentricités, donnent à la série un côté réaliste et ne sont pas sans rappelé, à un autre échelon et dans un univers radicalement différent, la série The Wire sur HBO. Alors oui, les locaux de la police sont défraichis, les flics font des bourdes, les analyses ADN sont sommaires et prennent du temps. Mais qui croyez-vous le plus ? Dexter ou la mère Willows ?





Mais Dexter, ce n’est pas seulement son personnage. C’est aussi une ambiance. La spécificité du show est de créer une véritable atmosphère antinomique avec des couleurs lumineuses et moites qui viennent trancher avec la personnalité sombre du protagoniste. Le côté marécageux, limite poisseux, de la ville de Miami est superbement retranscrit si bien que l’on ressent parfois la chaleur écrasante qui confine volontairement la série. De plus, elle permet de donner à Dexter un côté vivant, plus ensoleillé qui la rend plus accessible. Une ambiance trop noire avec un personnage déjà très dark aurait été plus que lourde.

 




Enfin, vous l’aurez noté, je n’ai pour l’instant parler que du personnage de Dexter. Il n’est pourtant pas seul dans la série, parlons donc du casting. Et là, je dois dire que je suis assez déçu. Ne sortez pas tout de suite vos fusils d’assaut, je ne parle bien évidemment pas du magistral Michael C. Hall dont j’ai vanté les mérites tout le long de cette chronique. Si bien, justement, que face à une telle personnalité, les autres font pale figure. S’ils ne sont pas foncièrement mauvais, on dénotera tout de même un manque de charisme et de personnalité. A commencer par Julie Benz qui campe la petite amie de Dexter et qui est d’une transparence sidérante. Alors oui, vous allez me dire, c’est son personnage, c’est une femme effacée et meurtrit par la vie. Et certes, ses scènes avec Dexter sont très réussies tant ce sont deux êtres complètement déchirés qui réapprennent le mot ‘aimer’ de façon très maladroite. Il y a des scènes très touchantes comme quand Dexter essaye de cligner des yeux pour faire des larmes en regardant un drame avec elle. Mais dans le même style, Julia Roberts dans Erin Brokovich, envoie beaucoup plus. Je ne peux m’empecher de penser qu’on aurait pu choisir quelqu’un de plus punchy.





 







Continuons ce tour de table avec la pauvre Jennifer Carpenter, sœur de Dexter, qui a le profil d’une figurante d’un film de
Paul Verhoeven. Là, excusez-moi du peu, mais je la trouve carrément amatrice et vulgaire par-dessus le marché. Si son potentiel se réveille un peu en fin de saison, elle apporte une touche série B à la série qui lui nuit fortement. Enfin, dernier point noir, l’horripilant Erik King mais la j’avoue, c’est purement physique. Une simple vision de sa bouche satanique en cul de poule me fait faire des cauchemars. En dehors de ces trois acteurs litigieux, quelques bons points. D’une part, le duo Angel / Masuka, drôle et attachant, fonctionne à la perfection. Des flics qui apportent une vraie touche d’authenticité et d’humour à la série. Le vrai genre de personnage secondaire dont on n’imagine pas la série dépourvue ! Et d’autre part, l’excellente lieutenant LaGuerta, doté pour le coup d’un charisme ravageur.

 




Reste désormais à espérer que Dexter ne se venge de celle qui occupe la première place de ce classement. A moins que ce soit elle qui n’en fasse qu’une bouchée … Mais qui cela peut-il bien être ?

 




Meilleur épisode : 1.06  – ‘Return to Sender’

 

Pire épisode : 1.01 – ‘Dexter’

 




Les points forts :
Le premier point fort reste evidemment Michael C. Hall. Serial Killer inhumain de souche, légiste reservé de façade, il habite son personnage de façon presque inquiétante tant il retranscrit à la perfection sa psychologie, ses doutes, ses failles et ses faiblesses. Le fond, tout comme la forme, sont particulièrement soignés avec une enquête policière efficace et une atmosphère marécageuse singulière.

 




Les points faibles :
Au risque de faire la fine bouche et en dépit de son rythme parfaitement calibrée et de twist finaux réussis, on regrette une touche d’originalité supplémentaire dans le fil rouge, notamment dans sa conclusion. De plus, une partie du casting secondaire, tantôt amateur, tantôt transparent, fait pale figure face à la prestation magistrale de Michael C. Hall.

 




Conclusion :
Sans surfer sur la vague sulfureuse qui l’a précédée, Dexter est parvenu à instaurer un thriller psychologique et intimiste brillant, qui, à défaut d’histoires sanguinolantes, nous entraine dans le fort intérieur d’un personnage fascinant et torturé. L’évolution du personnage est palpable, minitieuse et reste cohérente tout le long de la saison. Passionant et jubilatoire.






 






Photos © Showtime Networks Inc


 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
T
Dexter est une excellente série mais je rejoins complétement l'avis Cole : certains personnages secondaires  la soeur et la copine de Dexter en l'occurence sont tout bonnement horripillantes. Pariculièrement sa soeur, je la verrais plus jouer dans un telefim M6 sur les méfaits de l'anorexie chez une gamine paumée, qu'en tant que femme-flic. Elle n'est pas du tout crédible et ne dégage aucune émotion!!La seconde saison est quant bien meilleure je pense car enfin justement un personnage féminin charismatique arrive et Dexter décolle un peu de sa copine-tete-à-claques!!
Répondre
M
Ravi ! :-)<br /> Les 2 séries qui m'ont le plus séduit ces dernières années semblent être aux premières place (Le haut ne peut pas échapper à cette chère Patty... en plus c'est la seule qui correspond au profil de pouvoir effrayer Dex !)...<br /> Après comme on l'a dit et redit chaque classement et personnel et ne signifie rien, mais quand même content de pouvoir (à priori) y adhérer totalement !
Répondre
R
Les boules je voulais que mon "Dexter" soit premier, 2ème c'est déjà pas mal hein?
Répondre
C
Pourquoi ce n'est pas la saison 2 qui est présente dans le classement?sinon, plutôt d'accord avec le classement! Vivement le n° 1 ;)
Répondre
C
Non ma chère Carole, je n'ai pas de soucis avec les remarques, ne t'inquietes pas ;-). Concernant le mélange US / Fr, oui je l'avais annoncé à l'avance. Mais cela n'a concerné que 3 séries et c'est du fait que je n'ai le temps d'en visionner le temps. J'ai deja du faire beaucoup de séances de rattrapages pour arriver au compte de 30 ! Pas le temps donc d'enchainer immédiatement avec la saison 2 de Dexter. Je m'en excuse. J'ai une grosse pression sur la première place lol ! Alors ce classement sera-t-il une escroquerie pour Lulla ? Réponse demain ;-)
Répondre
R
Deuxième place entièrement méritée pour Dexter, ma préférée!^^ Des répliques analysées au millimètre, une psychologie plus que fouillée (la saison 1 n'est rien comparée à la 2) et un Michael C Hall bluffant. Jamais vu une série aussi concise et brillante. Je suppose aussi que la première position reviendra à Damages même si j'ai une préférence pour Dexter.
Répondre
C
@ Yumeno : à vrai dire, je n'ai pas lu le texte sur Kyle XY, donc je ne pouvais pas faire de réflexion, et j'admets ne pas avoir suivi son classement dans son intégralité. J'ai personnellement tilté au moment de CSI, et encore, je n'ai pas laissé mon avis sur la question à ce moment là. Je crois avoir participé sur 30 Rock et Monk, l'une traitant de la saison 2 (diffusion américaine). Dans le cas de Monk, je ne sais pas du tout ou en est la diffusion francaise, et la 7eme est en cours au US... Alors, oui, quelqu'un qui a suivi plus attentivement que moi ce classement aurait pu se manifester avant, mais je ne pense pas que Cole ait un probleme avec le fait qu'on lui fasse remarquer un défaut. Tout est perfectible, et il faut travailler dans ce sens.
Répondre
R
2ème place plus que mérité pour le génial Dexter, même si moi aussi je m'attendais à la saison 2. Pour le haut du podium, Damages, obligé !
Répondre
B
Trés bonne chronique trés complète, mais je pense sincérement, comme je l'ai dit à Blue d'ailleurs, que si tu avais vu la saison 2, la série serait de trés, trés loin en tête.Sinon, pas grand chose à ajouter, tu as tout dit.Si la première place revient à qui je pense, il va défintivement falloir que je m'y mette.J'insiste quand même sur la vraie, grosse remise en cause de Dex' dans la saison 2, qui d'ailleurs s'éloigne des livres assez mauvais et assez "ketchup américain".
Répondre
T
Allez, la premiere place sera pour Patty Hewes et Ellen Persons
Répondre
Y
Pourquoi faire tout un foin du fait que la critique de Cole concerne la saison 1 de Dexter ? Vous avez aussi provoqué un tel tollé, lorsque c'est la première saison de Kyle XY qui a été classée ? Non, alors pourquoi maintenant ?
Répondre
D
c'est en effet curieux de chroniquer une ancienne saison avec des nouveautés, ça manque de pertinence, et comme le dit un autre: tu devrais eviter les classements à l'avenir et te concentrer sur ta mauvaise fois evidente mais amusanteP.S: j'aime bien J.Carpenter!!!
Répondre
E
Dexter est une excellente série et Michael C. Hall est génial ! Mais comme ça a déjà été souligné dans les comms, pourquoi parler de la saison 1 alors que c'est la 2 qui est passée aux Etats-Unis et que la majorité des saisons critiquées ici sont celles des US ?Bref, Dexter saison 2 mérite également une très bonne place au classement, même si j'ai préféré la première et que je ne l'aurais pas mise en deuxième place.
Répondre
C
Comme d'autres, je m'attendais à la saison 2. D'ailleurs n'est ce pas un peu l'erreur de ce classement, le mélange entre l'actualité américaine et l'actualité française? D'un autre côté, à la différence de beaucoup, cela reste une place trop haute pour Dexter, même si la saison 1 est à mon gout supérieure à la seconde. Dexter n'est pas une révolution télévisuelle, comme il a été dit, on peut reprocher aux scénaristes de rester dans les clous. C'est bien enrobé certes, mais une fois qu'on a enlevé le papier, cela n'est pas si originale que ça je trouve.
Répondre
A
quel interet de comparer une saison de l'an dernier avec des séries de cette année alors que la saison 2 est également sorti aux USA ?!
Répondre
K
Reste désormais à espérer que Dexter ne se venge de celle qui occupe la première place de ce classement. A moins que ce soit elle qui n’en fasse qu’une bouchée Ne serait-ce pas quelqu'un aimant les fourures à base de poils de dalmatiens ;)))))
Répondre
G
Tiens ! Je n'ai pas vu "Criminel Minds"
Répondre
T
J'ai découvert cette série il y a peu et je me demande comment j'ai fait pour attendre si longtemps tant Dexter est une série excellente.Comme tu le dis Michael C. Hall est habité par son personnage et cela en renforce son talent. Après l'avoir suivi 5 saisons dans l'excellent Six feet under, l'acteur se métamorphose totalement dans Dexter. Le personnage étant à la fois effrayant et touchant à la fois. Le fil rouge du tueur de glace est finalement assez classique mais c'est en quelque sorte un hommage aux films de genre et c'est cela qui rend cette saison si exceptionelle car elle est à la fois une oeuvre classique et déroutante à la fois. Bref un modèle du genre. Je ne reviendrai pas sur tout ce que tu as dit car tu as parfaitement retranscrit ce que je pense de la série qui mérite sa place dans le classement.Au sujet du numéro un, j'ai une petite idée sur le grand vainqueur ;-)
Répondre
L
Si la première place ne revient pas à "Damages", c'est que ce classement est une escroquerie ! Oui, carrément !
Répondre
L
Il faut que ce soit The Shield le 1er ! Même si je sais que c'est impossible :'(
Répondre
S
Comme Lulla, je pensais que tu parlerais de la saison 2, diffusée en même temps que les autres saisons des séries présentées ...Peut-être pour la 1ère place ?
Répondre
B
Comme je l'ai déjà dit, j'apprécie vraiment Dexter, mais je suis déçu que les scénaristes n'aillent pas plus loin.En gros, c'est un justicier qui joue avec du sang.On a l'impression que c'est sulfureux, mais un mauvais Stallone des années 80, allaient déjà aussi loin. La différence avec un Bronson étant la qualité de la photo et le style plus moderne.Evidemment le côté pyschologique aussi, même si je suis déçu aussi de ce côté là. David Chase avec Tony Soprano allait beaucoup plus loin dans l'analyse psychologique.Je tempère, c'est une très bonne série à comparer à la moyenne des séries, mais tout de même dérrière les Sopranos, Oz, West Wing, six Feet Under, etc...
Répondre
T
Tu as fait un énorme travail Cole (aidé par Tao) et tes chroniques sont succulentes à lire. Mais je pense que si tu refais un tel boulot l'an prochain, il n'est pas utile de faire un classement. ps : J'adore les anecdotes et aussiles vacheries tel celle ci aujourd'hui : "la pauvre Jennifer Carpenter, sœur de Dexter, qui a le profil d’une figurante d’un film de Paul Verhoeven. "
Répondre
L
Je m'attendais à ce que tu parles de la saison 2 ! En tous cas, c'est une place bien méritée.
Répondre
P
Superbe série, interprétation exceptionnelle de son héros. A avoir dans sa dvdthèque !
Répondre
G
C'est quand elle vuet Canal pour la saison 2 !!J'aurai parié sur la place 1 :)
Répondre