Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par DYLANESQUE 12/08/2010 12h

 

 bc513d9289db04dc82813bb710e98cfa.jpg

 

Séries… Ton classement impitoyable ! saison 2009/2010.

Place 19 – PARENTHOOD Saison 1.

 

Diffusion sur NBC le mardi soir à 22h (moyenne saison 1 : 6,39 millions de téléspectateurs). Renouvelé pour une saison 2.

Créé par Jason Katims (Friday Night Lights).

Avec Peter Krause (Adam Braverman), Monica Potter (Kristina), Craig T. Nelson (Zeek), Lauren Graham (Sarah), Mae Whitman (Amber), Dax Shepard (Crosby), Erika Christensen (Julia), Erinn Hayes (Racquel), Jason Ritter (Mark)…

 

Par Dylanesque.

 

Indice Spoiler : 0/5 

e4293a6942fdc84ea8951bbae1aa4e26.jpg 

Parenthood, c'est comme un agréable feel-good movie en version longue, avec des personnages qui ont toute une saison pour se révéler. Je me disais ça car en entendant Alexi Murdoch lors d’un épisode, j'ai repensé à "Away We Go", un film indé sans prétention, sans grande originalité, mais adorable. Je ressens la même chose devant Parenthood, et le plaisir a été grandissant tout au long de cette première saison de 13 épisodes, diffusés au printemps sur NBC. La série, inspirée par un vieux film des années 80, nous raconte le quotidien d’une famille californienne névrosée, les Braverman. Les familles névrosés, on connaît, entre les Fisher et les Walker, c’est pas ce qui manque à la télévision. Ce qui plait ici, c’est la simplicité de l’ensemble.

 

Chaque membre du clan a sa particularité, son univers et ensemble, ils font toujours un bon mélange. C’est vraiment lorsque les Braverman sont réunis, autour de réunions de familles improvisées autour d’un café ou pour une partie de base-ball que tout le charme de la série et de son cast fait effet. Cela participe au réalisme du show, où la famille n’agit pas comme une bande d’inconnus qui se croisent au bon vouloir des scénaristes. Ici, le naturel est roi. Alors forcément, devant quelques passages plus maladroits, plus forcés, on est en droit de s’impatienter…

 

On peut facilement s’endormir devant certaines intrigues un peu plus cloisonnées comme celle de Crosby, mais à chaque fois, un rayon de soleil vient sauver l’ensemble. Ce rayon de soleil, c’est la plupart du temps Lauren Graham (qui a remplacé Maura Tierney, la Abby Lockhart d’Urgences, atteinte d’un cancer). Bien qu’elle ne s’éloigne pas vraiment du registre de Gilmore Girls, la comédienne parvient à charmer sans aucun effort. Pareil pour Peter Krause, qui révèle un côté plus comique de son jeu, en incarnant les papas débordés et possessifs, à mille lieux de son inoubliable Nate Fisher. Oui, il faut bien avouer que sans ce cast exemplaire, je ne regarderais pas Parenthood avec autant de plaisir. Je ne regardais probablement pas Parenthood d’ailleurs.

 

 86a59e34a43844daca5ce972a2ae57c2.jpg 

En plus, pour une fois, les gamins ne sont ni mauvais ni têtes à claques, presque un miracle. On sent la touche Jason Katims, ancien scénariste pour Friday Night Lights, ce savoir-faire pour le drama doux-amer, dont NBC avait drôlement besoin pour retrouver doucement ses couleurs, sans la prétention d’un « Heroes » ou d’une autre farce qui se casse rapidement la gueule. Malgré leurs maladresses, les scénaristes réussissent vraiment à capturer les différents moments de la vie de parents, un rôle pas toujours évident, comme celui des enfants. Je suis en âge d'avoir été récemment adolescent, et de pouvoir me projeter (pas trop vite quand même) comme un parent. Ce qui fait que je me suis identifié et attaché aussi bien à Adam (Peter Krause) ou à Drew, son jeune neveu.

 

Je me suis attaché à tout le monde en fait. Tranquillement, les personnages vont évoluer et on se laisse porter en douceur. Aucun risque n'est pris, c'est juste une bonne petite série familiale, et c'est tout ce qu'on lui demande. Tant que les histoires sont cohérentes et évitent d'être répétitives ou trop mélodramatiques (ce qui arrive hélas un peu trop souvent en fin de saison, en particulier du côté d’Amber), je suis ravi. Un tas de guest-star vont venir égailler les épisodes comme Minka Kelly, l’adorable Lyla de FNL. Sans oublier un générique entraînant sur fond de Bob Dylan, et une bande-son exemplaire, de Devendra Banhart à Andrew Bird.

 

parenthood_saison1_promo1.jpg 

Parenthood conclut sa première saison sur un happy end, comme il fallait s'y attendre. Un happy end mielleux mais pas niais, qui aurait très bien pu marquer la fin de la série, si NBC n'avait pas eu la gentillesse de lui offrir une seconde saison. Je ne sais pas si la série a l'envergure suffisante pour tenir treize épisodes de plus sans devenir redondante, sans s'éloigner du réalisme et de la fraîcheur qui ont fait la force de ce premier essai. Ce qui est sûr, c'est que je suis vraiment heureux de pouvoir retrouver ce cast merveilleux et ces personnages très attachants l'an prochain. Pour résumer, rien d’original, mais un drama familial maitrisé. Le plus gros capital sympathie de l’année.

 

Chronique des épisodes : http://dylanesquetv.hautetfort.com/archives/category/parenthood.html

 

Trailer ( Le générique sur http://www.youtube.com/watch?v=VEq247qQ-xw&feature=related ) :

   

 

DYLANESQUE 

(Crédit photos © DR. )

 

Prochaine chronique vendredi midi. Précédentes chroniques : http://www.leblogtvnews.com/categorie-11513584.html .

 

Participations également cette saison, avec Cole, de :

Tao (Critik en Séries)

Lulla (Des News en Séries)

Alain Carrazé (8 Art City)

Pierre Langlais (Tête de séries)

Pierre Serisier (Le Monde des Séries)

Btv27 (Series Live)

Dylanesque (Dylanesque TV)

Et Boodream

 

  001.jpg
  002
003.jpg
  004.jpg
005.jpg  
006.jpg

 

Merci à :

 

 

Related Posts with Thumbnails

 

Commenter cet article

Eclair 17/08/2010 21:33



"Vieux" film des années 80 ? (il date de 1989). didiou si ça c'est vieux, je n'ose même pas imaginer quel qualificatif serait employé pour des fims des années 60 !


Parenthood mérite les éloges, vraiment. Ce n'est pas si facile de dépeindre une vie familaile ordinaire sans tomber dans le pathologique, en se concentrant sur les détails qui font vraiment vivre
ses personnages : leurs psychologies, leurs manies, leurs rêves, leurs défauts.


Pour ma part j'ai adoré chaque minute du show. 19è seulement ?



oppi 17/08/2010 09:24



oh que j'aime cette série ! et comme je voudrais qu'elle soit diffusée en France! elle l'est déjà dans beaucoup de pays, alors pourquoi pas?


Je suis d'accord avec Gaëtan le pilote n'est pas très réussi et il faut attendre quelques épisodes pour vraiment apprécier Parenthood même si déjà certaines scènes comme celle del'entretien
d'embauche (épisode n°2) sont de véritables petits bijoux .


Ce que j'aime à propos de cette série , c'est la variété des émotions qu'elle succite on rit puis la seconde d'après on est ému voire même bouleversé et son sens du détail qui en dit long et
sonne si vrai : Sarah instable sur ses talons pour se rendre à son premier rendez-vous galant après son divorce, l'expression de surprise attérée deDrew lorsqu'il entend la musique sélectionnée
par son oncle pour la leçon de danse,le whisky qui jaillit de la bouteille reposée trop précipitamment par une Sarah pressée de rejoindre son séduisant professeur.


Tout cela contribue à donner l'impression que cette famille Braverman pourrait être nos voisins, nos amis, notre famille.



dylanesque 14/08/2010 11:53



Merci pour vos commentaires ! Je suis ravi d'avoir pu participer à ce classement ! Rendez vous sur mon blog très bientôt pour de nouvelles chroniques !



tao 12/08/2010 17:22



Surpris et ravi de voir Parenthood dans le classement. Je suis en train de finir la saison 1 et comme toi je me laisse charmer par cette série simple et attachante. Tout n'est pas parfait, mais
la série à un vrai coeur et des personnages solides, même si certains mettent du temps à se dévoiler. Jai toujours un peu de mal avec la mère. Parenthood est une série géniale car on ne
l'attendait pas vraiment, on imaginait une série moyenne et au final c'est une bonne surprise. La transition parfaite alors que Brothers and sisters sent la fin approcher.


On retrouve aussi dans Parenthood le ton réaliste de l'excellent Friday night lights. Pas besoin de gros drames pour créer l'émotion et parler magnifiquement des relations entre parents et
enfants.



Marie 12/08/2010 14:50



Je me disais ça car en entendant Alexi Murdoch lors d’un épisode, j'ai repensé à "Away We Go", un film indé sans
prétention, sans grande originalité, mais adorable. Je ressens la même chose devant Parenthood (...)


Avec juste ces quelques lignes, tu m'as donné envie de regarder la série (fan de Away We
Go^^)



Al.3 12/08/2010 14:41



Achetée en France ? Si oui, par Orange hélas je suppose ?



CCH 12/08/2010 14:34



ça me donne envie de la découvirr cette série :)



Gaetan 12/08/2010 12:19



Bravo Dylanesque pour ta (première ?) chronique, je trouve que tu parles très bien de la série, tu ne t'éloignes pas trop du sujet comme d'autres chroniqueurs le font parfois. J'ai beaucoup aimé
Parenthood aussi, la série n'invente rien mais on sent une certaine authenticité derrière les personnages et une alchimie entre le cast que certaines séries dans le même genre n'ont pas. Peter
Krause et Lauren Graham sont très très bien, Monica Potter et Mae Whitman m'ont beaucoup plu également.


Personnellement, je préfère Parenthood à Brothers & Sisters pour l'instant mais la série est loin de la qualité de Six Feet Under ou de Friday Night Lights. Cela dit, on passe un bon moment à
chaque fois.


Petite remarque que la chronique ne dit pas : le pilote n'est pas très réussi de mon point de vue, c'est assez brouillon, les personnages et les liens entre eux sont mal présentés. Mais ça vaut
vraiment la peine de ne pas en rester là et de regarder les 2 suivants avant de décider de laisser tomber ou pas.