Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séries, ton classement impitoyable. Place 9 : Chuck saison 1.












Diffusion sur NBC le lundi soir à 20h (Moyenne saison 1 : 7,79 millions de téléspectateurs) et annoncé sur TF1 en France. Renouvelé pour une saison 2.

 




Produit par:
McG (Newport Beach). Ecrit par Josh Schwartz (Newport Beach).

 




Avec :
Zachary Levi, Yvonne Strahovski, Sarah Lancaster, Adam Balwin et Joshua Gomez.

 




Imaginez donc un savant mélange entre Alias et Newport Beach, saupoudré d’une pincée de James Bond, allié à un soupçon de Drôle de Dames, sans oublier une touche de Wayne’s World et vous obtiendrez l’un des plus divertissants guilty pleasure de l’année : Chuck.

 




La série met ainsi un scène un jeune employé du supermarché du coin, légèrement geek et coincé sur les bords, et qui n’a jamais rien demandé à personne. Et ce même employé se retrouve, du jour au lendemain, en possession d’une vidéo subliminale ultra-compromettante comprenant tous les secrets de la CIA après qu’elle lui ait été envoyé au hasard par un ancien ami devenu agent secret. Ainsi, du simple regard de cette étrange vidéo, Chuck devient un véritable ordinateur vivant de la CIA, connaissant tous les dossiers et pouvant reconnaitre un ‘méchant’ d’un simple regard. Il devient ainsi « l’élu » de la CIA, un véritable espion malgré lui et va donc retrouver au cœur des missions les périlleuses en compagnie de deux agents sous couvertures, une blonde sexy et un Terminator sur pattes. Vous l’avez compris, le postulat est très gros, voire carrément surréaliste, mais qu’importe ! Cela nous donne un cocktail explosif, entre action survolté, humour déjanté, drama léger et belles pépées (vous remarquerez les rimes !).




Chuck se révèle ainsi être le guilty pleasure sans prise de tête par excellence où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde ! Il faut bien dire, Josh Schwartz nous a réservé un casting premium correspondant parfaitement à l’univers barré de la série. Zachari Levi, véritable Seth Cohen de l’espionnage, se révèle excellent en geek dépassé par les événements, en agent zéro malgré lui, totalement gaffeur et pas habile pour un sou. Il est accompagnée par la somptueuse Yvonne Strahovski, en Chuck girl sexy, pastiche des traditionnelles bibs inutiles dans la mesure où c’est elle qui mène la danse ! De plus, dans le cadre de sa mission d’infiltration, elle fait croire aux proches de Chuck qu’elle est sa dernière petite copine. Ce dernier passe donc d’un statut d’éternel puceau à celui qui sort une blonde plantureuse ! Cela donne, comme vous pouvez vous en doutez, d’irrésistibles quiproquos et situations cocasses, tournées en parfaite dérision.




Enfin, on notera également la présence du statique Adam Baldwin en agent sous la couverture de la NSA, glacial et insensible à la gâchette facile, lui aussi chargé de la protection de Chuck. Mais sous ses allures de Schwarzy républicain dur comme fer, son personnage est lui aussi tourné en dérision, avec Chuck qui vanne sans cesse son côté cœur de pierre ... Jusqu’au jour où l’on découvre qu’il est affublé d’un surnom ridicule. Je ne vous en dis pas plus. En résumé, la série n’hésite pas à détourner les codes de la série d’espionnage avec  3 personnages aux univers complètement opposés mais qui crée pourtant une complicité aussi drôle et attachante qu’inattendue.

 




La dream team est ainsi plongée au cœur des missions les plus périlleuses mais surtout les plus déjantées, maniant à la perfection le dosage entre le côté visuel, explosif, action pure et le côté drôle et potache. Un véritable cocktail antinomique parfaitement jouissif. Quand James Bond rencontre Die Hard et Austin Powers ! Evidemment, la série n’a pas la prétention d’atteindre la qualité de ces sommets, et ne les atteint certainement pas, mais le plaisir coupable ressenti est le même. La série reste certes très standardisée, très hollywoodienne et surtout extrêmement divertissante mais qui s’en plaindra ?

 




L’une des principales préoccupations que l’on pouvait avoir avec ce show était justement de négliger le côté action pour le coté comédie. Si l’humour, mais aussi le drama, sont bien entendus des clés maitresses de la série, l’action n’en ait pas moins une et se rélève même de très bonne facture. Sauf qu’au lieu d’en faire trois éléments indépendants, la force de Chuck est d’avoir créé une série complète et aboutie en jonglant en permanence sur les différents tableaux. La conséquence est ainsi de nous en mettre plein les yeux avec des épisodes à 100 à l’heure !

 




Pour prendre l’exemple d’une scène illustrant à la perfection le cocktail explosif dont je vous parle, il y a un passage dans le pilote où Chuck et Sarah sont pris aux mains d’une bande de truands en pleine discothèque et tentent de les éviter. Sarah improvise ainsi un tango fougueux avec Chuck où, tout en enflammant le dancefloor, elle balance des couteaux, par-ci, par-là, à tous les espions autour d’elle. Cela donne une véritable chorégraphie endiablée où arts martiaux se mêlent aux pas de danse. Un véritable plaisir visuel. Et chaque épisode, la série va plus loin en peaufinant sa recette irrésistible pour notre plus grand plaisir coupable.









Toutefois, Chuck, ce ne sont pas que ces missions stand alone. La série possède également des personnages secondaires et donc une intrigue secondaire avec la famille de Chuck, une intrigue shipper mais sans être lourde entre Chuck et Sarah ainsi qu’une petite mythologie, très légère mais présente, avec les conséquences à long terme découlant des nouvelles habilités de notre cher Chuck. Parlons quelque peu de ces trois aspects.

 




Le premier aspect, à savoir les intrigues familiales et les intrigues au Buy More, sont à la fois attachantes et amusantes mais aussi redondantes et souvent inutiles. Elles mettent ainsi en scène la sœur de Chuck mais surtout le meilleur ami de ce dernier, Morgan, un vrai geek comme on en fait plus, 30 ans toujours puceau. Et donc un bon quart des épisodes, voire plus, est souvent consacré à la joyeuse bande de gai luron clichisés travaillant au Buy More. On passe donc d’une seconde à l’autre, d’intrigues d’espionnage détonantes à des intrigues de supermarché avec le manager tyrannique, les employés feignants bref, le minimum syndical qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler une autre série de la CW : Reaper. Si ces intrigues sont sympas et amusantes, d’autant qu’Adam Baldwin travaille sous couverture au Buy More, l’antagonisme trop fort avec les intrigues d’espionnage plombent certains épisodes. Dommage.

 




Concernant l’intrigue shipper entre Chuck et Sarah, elle était fort prévisible, dans la mesure où tous deux font croire qu’ils sont en couple. Ceci étant dit, elle n’est ni assommante ni mièvre. Chuck est en effet amoureux de Sarah tandis que celle-ci se refuse à toute relation compte tenu de sa mission. On a donc droit à un jeu du chat et de la souris où tous deux se cherchent sans se trouver et on devine que ce love interest va continuer dans la saison à venir. On notera également la présence guest star durant deux épisodes de la sublime Rachel Bilson, que l’on avait pu voir dans Newport Beach, qui incarne cette fois-ci une vraie prétendante de Chuck, au grand dam de Sarah. Toujours aussi sympathique et rafraichissante, elle a tout bonnement illuminé ces deux épisodes. Dommage que son rôle n’est pas été prolongé, elle aurait incarné un véritable plus pour le show.





Cette relation laisse malgré tout place à quelques scènes très drôles, notamment dans un épisode formidable où le Bryce, fameux type qui a envoyé la vidéo à Chuck, que tout le monde croyait décédé, fait son retour d’entre les morts. Evidemment, je vous laisse deviner, le type fut le meilleur ami à Chuck mais aussi l’ex à Sarah ainsi qu’un espion. Et quand on sait que les deux ex-amis sont en discorde à cause d’une histoire de trahison, que je vous ne détaillerai pas ici, je vous laisse imaginer l’ambiance ! La sœur de Chuck organise ainsi un repas totalement surréaliste avec Chuck, Sarah, le fameux ex-ami et ex-fiancé, Casey et Morgan, le meilleur ami actuel ! Il faut donc à la fois cacher que Chuck est espion, que Chuck n’est pas avec Sarah et que n’est Bryce pas l’ex de Sarah ! Bref, cela donne un vaudeville hilarant et haut en couleur, animé de quiproquos et de petites piques en tous genre. Une scène résolument Schwartzienne, comme seul le scénariste sait nous en faire, et qui n’est pas sans rappeler les scènes éponymes qui ponctuaient son ancienne série Newport Beach. Ce genre de passages désopilants fait la force de Chuck. Et rien que pour cela, la série vaut le détour.

 




Meilleur épisode : 1.08  – ‘Chuck VS the Truth’

 

Pire épisode : 1.11 – ‘Chuck VS the Crown Vic’

 




Les points forts :
La série mèle habilement action, comédie et drame en nous livrant des épisodes parfaitement calibrés qui nous en mettent littéralement plein les yeux. Ainsi, des scènes désopilantes et parodiques de séries d’espionnage cotoient d’autres scènes d’action impressionantes. Cerise sur le gateau, le casting est excellent et attachant, que demander de plus ?




Les points faibles :
Des épisodes sont carrément too much, trop ‘indépendants’ par rapport au reste de l’intrigue et ainsi parfaitement dispensables. De plus les intrigues secondaires au Buy More, bien qu’amusantes, sont trop légères et font souvent tâche à côté du reste de l’épisode.




Conclusion :
La série divertissante par excellence, Chuck se révèle être l’une des meilleures surprises de la saison. Rafraichissante à souhait, avec des épisodes à 100 à l’heure, elle nous prouve qu’une série peut à la fois légère et à la fois présenter des qualités indéniables. Si vous souhaitez vous détendre et passer un agréable moment, je ne saurais que vous conseiller ce judicieux guilty pleasure.





COLE.




Places 30 à 10 : http://www.leblogtvnews.com/categorie-10250632.html




 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
T
Chuck est l'une des bonnes surprises de l'année, ça c'est vrai. Mais je trouve que la série souffre des mêmes défauts que Pushing daisies à savoir des épisodes trop indépendants et des personnages pas encore assez fouillés. Mais cela devrait venir avec la saison 2. Sinon l'ambiance de la série est super, les intrigues décalées et le casting est très attachant. J'ai une préférence pour Sarah Lancaster découverte dans Everwood.
Répondre
F
Ma nouveauté préférée des grands networks de la saison passée !Une des séries dont j'attendais le plus car Schwartz était derrière le projet, et je n'ai pas été déçu.Il faut quelques épisodes pour réellement apprécié, mais une fois dedans c'est vraiment très sympa.De bons acteurs, de plutôt bonnes histoires. J'aime beaucoup les scènes au Buy More, qui sont pourtant pas mal décriées, qui évite à la série de se prendre trop au sérieux; de plus la bande de Freaks qui y travaille est géniale !Joss aura peut-être râté Gossip Girl, mais c'était pour mieux se concentrer sur Chuck, et c'est tant mieux !P.S : Très hâte de revoir Melinda Clarke dans la saison 2 :P
Répondre
B
Trés content de la voir da,s le top 10!C'est une agréable surprise, alors qu'au départ le pitch ne me disait rien. On peut insister sur le fait que la mythologie se développe quand même de plus en plus, que la série est de mieux en mieux au fil des épisodes. Mention spéciale à Adam Baldwin, que je trouve tout bonnement excellent.Ma nouveauté préférée de la saison, avec Eli Stone.Un soulagement qu'elle soit reconduite malgré les mauvaises audiences.
Répondre
N
Assez d'accord avec l'article, par contre, "guilty pleasure", je ne suis pas d'accord, en regardant Chuck, vous n'éprouverez aucune culpabilité. Ce n'est pas la série du siècle, mais c'est une sympathique comédie d'action. On est quand même loin des prime time soap à la Melrose Place, pour parler de "plaisir coupable".
Répondre
F
Très bonne surprise.Mes épisodes préférés : le 10 surtout et le 11.Très bon cast.A voir pour ceux qui ne connaissent pas !
Répondre
H
Le peu que j'ai vu (malheureusement en vo non sous-titrée) m'a fait penser à The OC et m'a séduit. je regarderai cette série lorsqu'elle passera sur tf1.
Répondre
L
Je trouve également la série très sympa. Cependant, je ne ressens jamais une envie pressente de voir l'épisode suivant. Elle n'est pas addicitive.
Répondre
P
ça m'a l'air très sympa. Inquiet de voir que c'est tf1 qui va diffuser ça : j'imagine où le dimanche après-midi ou en 3e partie de soirée :((
Répondre