Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séries, ton classement impitoyable ! New-York unité spéciale saison 9












Place 8 : New-York unité spéciale saison 9.




Places 30 à 9 : http://www.leblogtvnews.com/categorie-10250632.html




Diffusion
sur NBC le mardi soir à 22h (Moyenne saison 9 : 11,3 millions de téléspectateurs , -5% par rapport à la saison ) et sur TF1 en France. Renouvelé pour une saison 10.

 




Créé par:
Dick Wolf

 




Avec :
Mariska Hargitay, Christopher Meloni, Ice T, Adam Beach, Richard Belzer, Diane Neal,  B.D Wong, Tamara Tunie et Dann Florek.

 




Ah cette grève de scénaristes … C’est une période tabou dont il est désormais d’usage de ne plus parler en présence de sériephiles avisés au risque qu’ils vous sautent au cou en proférant des insultes sur Chad Michael Murray et Tom Welling. Et oui, en cette période de terrible disette, de vaillants seriesvores n’ont pas eu d’autres choix que de regarder des séries de quatrième zone pour combler le manque. Des souvenirs traumatisants dont ils préfèrent, vous le comprenez, ne plus parler. On ne parlera pas de ceux qui ont regardé Gossip Girl, le souvenir est carrément insoutenable ! Parmi les séries que j’ai eu l’occasion de découvrir, ou dans ce cas présent de redécouvrir, il y a une vraie perle : New York Unité Spéciale. Si vous regardez TF1 plus de 3 heures d’affilé, vous connaissez forcément cette série tant elle sert de bouche-trou dès que la chaine ne sait pas quoi diffuser. Ainsi, le mercredi soir vous avez un épisode de la saison 8 puis de la saison 4 et le dimanche vous enchainez avec la saison 1 ! Cette grève fut donc l’occasion pour moi de suivre une saison en entier, dans l’ordre et sans coupures. Oui, c’est possible !

 




Et quelle surprise ce fut mes amis ! Evidemment, je savais que la série était de bonne facture mais plus que cela, j’ai découvert une série remarquable, qui vous prend aux tripes et qui n’hésite pas à se mouiller. Une série qui se situe pour moi dans le prolongement des séries prodigieuses et hyperréalistes des années 90 à l’image de Hill Street Blues ou NYPD Blues. Je suis véritablement tombé amoureux de cette unité spéciale victime tant elle tranche littéralement avec le genre policier actuel en conservant les bonnes vieilles méthodes policières tout en proposant des affaires originales et surtout réalistes. Mais par-dessus tout, la différenciation de SVU, comme on la surnomme Outre-Atlantique, se fait avec un casting tout bonnement exceptionnel, et je pèse des mots, interprétant des enquêteurs simples, avec leurs défauts et leurs failles, qui ne restent finalement que des hommes avec des émotions, des ressentiments et qui ne sont pas à l’abri d’erreurs.

 




Je vous parlais il y a quelques jours des Experts, avec une saison 7 d’excellent niveau et  des scénarios minutieux. Mais disons-le franchement, New York Unité Spéciale joue dans une autre cour. Alors certes, pas de poil de fesse laissé par le meurtrier qui permette de l’identifier mais il y l’élément qui fait la différence : l’émotion. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’émotion dans la série ne vient pas du fait de l’on traite de viol ou de pédophilie mais du fait que la série est d’un réalisme parlant. Elle nous touche, on sait de quoi elle parle, cela nous concerne. Pour reprendre l’exemple des Experts avec leur tueur aux miniatures, ce fut une excellente intrigue certes, mais combien de tueurs aux miniatures voyez-vous dans les journaux ? Cela reste très hollywoodien, très cinématique.

 




Dans New York, Unité Spéciale, il y a bien quelques intrigues de serial killer et de psychopathes mais cela concerne avant tout des affaires d’actualité traitant de clandestinité, de SIDA, de violence aux femmes, de pauvreté, de racisme … Le fait que la série soit inspirée de faits réels, sans en rajouter, en restant simple (mais pas simpliste) et efficace, lui confère un vrai réalisme, une tension palpable, une proximité avec le téléspectateur qui lui accorde une vraie légimité.

 




En définitive, New York Unité Spéciale n’est pas une simple série policière avec une traditionnelle enquête sitôt vue, sitôt oubliée. En allant peut-être un peu loin, je la comparerais avec les films de Romero sur les zombies, ils ne servent que de prétextes, presque commercial, à des messages plus globaux, à une dénonciation de la société. C’est exactement pareil avec SVU. Vous ne ressortez rarement indemne  d’un épisode tant celui-ci soulève presque irrémédiablement des questions sur la société et ses travers. Cela concerne souvent les intrigues principales (remise en question de la justice avec des coupables innocentés, dépénalisation de l’euthanasie, racisme envers les immigrés, légitimé de sites pornographiques incitant au viol …).

 




Mais cela peut aussi concerner de petites scènes, à, priori anodines  mais qui illustrent parfaitement le reflet de la société qu’est New York Unité Spéciale. Ainsi, une scène d’intro présente un groupe d’enfants qui rentrent dans un collège et passent ainsi sous le détecteur de métal. Et là, un gosse se fait bippé pour avoir eu le malheur d’amener une calculette ! Aussi incroyable que cela puisse paraitre, l’agent de sécurité lui confisque en ayant cette réplique fabuleuse : ‘Je vous jure les gosses aujourd’hui, qu’est ce qu’il comptait faire avec ça ?’. Et bim ! En une réplique anodine, Dick Wolf fustige le système éducatif américain. Si c’est pas le talent ça …

 




Et pour mettre en scène les travers de la société, la série n’hésite pas à placer ses enquêteurs au centre des plus terribles situations. Si certains épisodes sont plus sensationnalistes que d’autres, comme l’accouchement catastrophe de la femme à Stabler par Olivia au cœur d’un accident de voiture, d’autres sont carrément prodigieux, avec une intensité dramatique rare et font clairement des meilleurs épisodes de l’année, toutes séries confondues.

 




Dans cette lignée d’épisodes à fortes émotions, un restera particulièrement marquant. Il s’agit d’un épisode où Olivia infiltre une prison pour femmes, en se faisant passer pour une prisonnière, afin de faire tomber des gardiens ripoux et violeurs. Aucun mauvais traitement n’est épargné à la pauvre Olivia qui finira même par subir les sévices du gardien en question au terme d’une scène très dure. On ressort véritablement bouleversé par cet épisode tant il respire le réalisme et la cruauté gratuite.

 




Comme je le disais donc, les agents sont très impliqués dans les enquêtes tout en restant très humains, avec leurs blessures et leurs failles et donc pas à l’abri d’une erreur. C’est ainsi au terme d’une erreur judiciaire commis par Casey que cette dernière serait évincée de son poste d’assistante du procureur, ne pouvant supporter une injustice qui se pose à elle. Car la réalité est aussi là. Dans New York, Unité Spéciale, les coupables sont aussi remis en liberté … C’est d’ailleurs au cours de la même affaire que le sympathique Chester Lake, nouvel arrivant de SVU, sera lui-aussi écarté de la série. Dommage car je trouve qu’il s’était véritablement forgé une place dans le casting melting-pot de la série.

 




J’aimerais enfin ajouter un dernier mot au sujet des guest star de la série. Si le recours à cette pratique est traditionnellement révolu aux sitcoms, les célébrités de grand nom se bousculent dans SVU. Plus qu’un faire-valoir, les scénaristes concoctent à chaque épisode des personnages secondaires remarquables interprétés magistralement par des artistes au sommet de leur forme. La saison 9 nous a ainsi réservé une Cynthia Nixon incroyable en schizophrène mythomane, un Robin Williams exceptionnel en perfide manipulateur, une Melissa Joan Hart étonnante en prof qui couche son élève. Si la liste est encore longue, de Bill Pullman à Will Arnett en passant par Stephen Collins et Aidan Quinn, je retiendrais surtout la performance majestueuse d’Erika Christensen en profiler rongé et  détruite par son métier et qui finira, au bout du rouleau, par commettre l’irréparable devant une Olivia anéantie.











Meilleur épisode : 9.15  – ‘Undercover’

 

Pire épisode : 9.10 – ‘Snitch’

 




Les points forts :
Un réalisme poignant est présent à chaque épisode, interpreté magistralement par un casting diversifié et crevant l’écran. Les enquêteurs se sont pas parfaits, ont leurs défauts et leur blessures mais cela ne les rend que plus humain. Cerise sur le gateau : des guest star offrent leur meilleure performance à quasi-chaque épisode.

 




Les points faibles :
Certains épisodes sont en plus en dessous que d’autres. Mais vu le niveau impressionnant de certains, il semble difficile de tenir un tel rythme sur une saison ! On regrettera également qu’il n’y ait pas plus de suivit au fil des épisodes, vis-à-vis des intrigues précédentes. Ainsi, aucun mot en fin de saison sur l’événement traumatisant vécu par Olivia au cours de l’épisode 15.

 




Conclusion :
Plus qu’une simple série policière, la force de cette saison de SVU est d’utiliser des thèmes brûlants d’actualité qui divisent l’opinion  afin de nous faire réagir et nous faire réfléchir. Le tout mené tambour battant dans des enquêtes passionnantes, pleines de rebondissements mais surtout d’émotion avec un casting magnifique qui vient concrétiser une écriture excellent. Assurément, l’un des shows les plus accomplis de l’année.

 





 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
je trouve ça très angoissant tellment on veut savoir..ferme la télé lol
Répondre
H
,,,,,
Répondre
H
ce que je trouve enervant c'est la relation très particulière qui y a entre olivia et elliot apres quelques episodes de la saison huit qui nous fait croire a une espece d'amour platonique et complètement deseprer voir possessif entre les é agents qui ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre! dans le debut de la saison 9 que dalle on nous reparle plus de ça! d'ailleurs elliot etait tellment traumatisé par sa relation avec olivia qui en vient a quitté sa femme qui a decide de divorcé et qui est quant même enceinte de leur ( ème enfant et je regarde la saison 9 et on parle plus du tout de tout ça!! je trouve ça très angoissant tellment on veut savoir..en plus elliot va carrement dire quant faites a part olivia et son trvail rien ne compte plus! d'ailleurs pour en etre arrivé a ouvrir les yeux il s'est dechiré entre olivia son travail sa femme et ses enfants pourtant il aime ces enfants...les personnages ont une spychologie très fine et très complexe assez rare dans les series americaines ou je trouve souvant les perso ultra simpliste voir caricaturaux ou juste exploité comme des pions dans le scenarios! et bien dans svu c'est les personnages qui font la serie et pas forcement le scenario avec lost c'est la premiere fois que je tombe sur des series americaine ou les perso sont dculté au peigne fin avec une vrai spychologie des faiblesses, des peurs..qui gardent jusqu'au bout!! du grand art mais assez long à se mettre en place par moment...
Répondre
S
"Et malgré les sujets très sombres et dérangeants traités par la série, elle ne tombe jamais dans le trash ou la surenchère".Alors, la, excusez moi, mais c'est quoi le trash, si ce n'est pas ca ! Je suis toujours epatee que TF1 diffuse cette serie a 22h, et me demande comment des enfants/ados ne peuvent pas etre traumatises en voyant certains episodes. Dans le genre glauque, je n'ai franchement jamais vu pire. Et je deteste particulierement les fins, toujours brutales, sans aucune reflexion et qui laisse le telespecateur seul avec plein d'horribles images dans la tete.Bref vous l'aurez compris, je ne comprends pas que cette serie soit consideree aussi bonne, c'est un mystere pour moi.
Répondre
L
J'applaudis des deux mains :)voilà une superbe éloge à une superbe série qui comme l'a dit caiera, se bonifie avec le temps :)même s'il faut bien avouer que l'humour un peu noir de la première saison me manque...
Répondre
T
Je ne trouve pas que la série soit spécialement éthiquetée républicaine ou démocrate. C'est en effet l'une des meilleures séries policières actuelles car elle ne se limite pas à l'enquête mais porte un regard souvent très critique sur la société. Et malgré les sujets très sombres et dérangeants traités par la série, elle ne tombe jamais dans le trash ou la surenchère. Et puis la série sait particulièrement bien s'entourer avec des guest stars de premier choix.
Répondre
B
Question: je ne connais pas bien la série je regarde de temps en temps, mais il m'a vraiment semblé que c'était une série plutot conservatrice, en tout cas, même dans la gestion des cas humains, assez austère.Républicaine ou pas Républicaine cette série?
Répondre
R
Excellent billet, cette série est en effet une très bonne série tenue par des acteurs incroyables.
Répondre
C
Je suis fan. La série se bonnifie au cours des saisons. J'ai particulièrement apprécié la saison 8. il me tarde de voir la 9. Pour moi Benson et Stabler sont le meilleur duo d'enquêteurs toutes séries confondue. Ils s'impliquent à 100% dans les enquêtes.
Répondre
F
Magnifique épisode que le 15 (Olivia détenue) ! Toujours pas Dexter dans le top ? :)
Répondre
L
Pour le retour sur ce qui c'est passé dans Undercover, il faut attendre le début de la saison 10...Il y a quelques retour comme ça mais c'est vrai qu'ils sont rares...A bientôt !Ce que tu as écrit est magnifique.Lilou ;)
Répondre
J
Lu sur le forum alloicné :"L'ex-star de "Beverly Hills" sera une des attractions du Season Premiere de "New York Unité Spéciale" fin septembre sur NBC. Egalement au générique de cet épisode : Julie Bowen et Sara Gilbert... New York va avoir un petit air de Beverly Hills... Le Season Premiere de New York Unité Spéciale, programmé le 23 septembre prochain sur NBC, accueillera trois guest-stars de luxe : Julie Bowen, Sara Gilbert et Luke Perry, l'ex-rebelle de la série culte des années 90 !ATTENTION SPOILERS!!!Lors du Season Premiere, les héros de New York Unité Spéciale devront résoudre une nouvelle affaire sensible. Un couple (Julie Bowen et Luke Perry) est en effet accusé d'avoir abusé de leur enfant adoptif, Sara Gilbert incarnant la mère biologique de ce dernier... Cet épisode très spécial sera également l'occasion pour Michaela McManus (une ex des Frères Scott) de faire ses premiers pas dans la série dans le rôle de la nouvelle procureur !Vu la saison dernière dans John from Cincinnati, Luke Perry a récemment décliné l'offre qui lui a été faite d'apparaître dans 90210, le spin-off de Beverly Hills. L'acteur ne se reconnaissait pas dans cette nouvelle mouture qu'il trouvait trop éloignée de l'esprit de la série originale produite par Aaron Spelling...Thomas Destouches avec Entertainment Weekly"
Répondre
S
Suis accro à cette série qui ne s'essoufle pas malgré sa petite décennie !Les guests font partie des points forts de la série, assurément !point négatif : la diffusion française, un coup le mercredi à 23h30, un coup le samedi, etc...Faut pas se plaindre de certaines pratiques sur le net ensuite !
Répondre
J
Si vous regardez TF1 plus de 3 heures d’affilé, vous connaissez forcément cette série tant elle sert de bouche-trou dès que la chaine ne sait pas quoi diffuser. Ainsi, le mercredi soir vous avez un épisode de la saison 8 puis de la saison 4 et le dimanche vous enchainez avec la saison 1 ! PTDR, mais tellement vrai !
Répondre
C
Oui, épisode 9/19 suivi de 2 rediffs de la saison 5.Bon billet Cole :)
Répondre
J
Je crois que les inédits de la saison 9 reprennent le samedi 6 septembre sur TF1.
Répondre