Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par COLE. Publié le 09/07 à 12h00

 

 

 

Séries… Ton classement impitoyable ! saison 2009/2010.

Place 36 – NIP TUCK. Saisons 6 et 7. Classement 2008 / 2009 : 11ème (- 25 places).

 

Diffusion aux Etats-Unis le mercredi soir à 22 heures sur FX (moyenne saison 6 et 7 : 1,9 million de téléspectateurs, -32 % par rapport à la saison 5).

Diffusion en France sur Paris Première et sur M6.

Créé par Ryan Murphy.

Avec Dylan Walsh (Sean), Julian McMahon (Christian), John Hensley (Matt), Joely Richardson (Julia), Roma Maffia (Liz) et Kelly Carlson (Kimber).

 

! Indice Spoiler : 3/5

 

Nip-Tuck-1-726x1024.jpg

 

Que dire de Nip/Tuck ? Que pourrais-je ajouter que la série n’aurait-elle déjà pas confessé elle-même ? Qu’on le veuille ou non, Nip/Tuck restera comme l’une des séries les plus marquantes des années 2000. D’abord par l’exceptionnel renouveau scénaristique et créatif du début des années 2000 puis par l’outrance, l’excès et son triste désir d’exister par-dessus tout de la fin de la décennie. Nip/Tuck est la série la plus schizophrène que le petit écran n’ait jamais porté. Elle a tout fait. Tout.

 

Elle a été le théâtre de scènes grandioses, de cas époustouflants et d’intrigues pionnières. Et dans un même temps, Nip/Tuck n’a pas été en reste pour se confondre en pathétique, défier les lois de la honte scénaristique et se morfondre dans des histoires dont l’inconsistance, l’incohérence et le ridicule feront date. Nip / Tuck est une série entière, dans l’excès permanent et qui a préféré la souffrance à l’euthanasie depuis plusieurs années déjà. Elle aura été victime d’un tourbillon médiatique qu’elle n’a su maitriser pour finalement finir par ressembler à une actrice de soap des années 80 boursouflée par les liftings ratés d’un soi-disant chirurgien plastique miracle brésilien. Sa défiguration en aura fait l’exemple parfait d’une série devenue l’ombre d’elle-même, le macabre reflet d’une œuvre auparavant novatrice.

 

On la pardonne pourtant et mieux, elle nous manquera. Nip/Tuck a atteint le sommet tout en ravageant les bas-fonds de l’infamie et parfois même, dans un même épisode. Il y a notamment une réplique dans le final assez incroyable qui semble être en quelque sorte un mea-culpa des scénaristes nous confessant que tout cela n’était finalement qu’une grosse blague. Christian dit alors à Matt qu’il fait preuve d’une créativité incroyable pour toujours se mettre dans des situations les plus pathétiques et rocambolesques les unes que les autres. Il ne croit évidemment pas si bien dire.

 

Et c’est ça Nip/Tuck. Je crois qu’il ne faut pas voir la série pour ce qu’elle n’est pas, ou pour ce qu’elle n’est plus depuis longtemps. Dans ses dernières saisons, la série n’était presque plus faite pour être regardée mais constituait finalement un simple jouet scénaristique, un espèce de lieu ultime où il était encore permis de faire tout et n’importe quoi sans se soucier d’une quelconque logique ou de quoi que ce soit de cohérent. Ce qui a valu d’ailleurs des exercices de styles assez intéressants, des fantasy par million jusqu’à l’improbable remake de In Treatment dans la dernière saison.

 

Actrices chiant dans les jacuzzis, coups de reins meurtriers, serial doigteurs d’anus, cake empoisonnés, sciages de seins en plein cabinet ... Sunset Beach n’avait pas osé. Quitte parfois à aller très loin. Trop loin. On se souvient tous de l’effroyable scène où Christian fait l’amour à une pauvre femme avec un sac sur la tête. Mais la cohérence restera le problème principal du show. J’image les réunions de travail.

Tiens, et si on disait que Christian tombe amoureux d’une scatophile télépathe qui va ensuite tenter de le tuer en lui insérant un fer à repasser dans le cul ?’.

‘Ouai mais dans l’épisode d’avant, il est marié avec Kimber et ils vont avoir des triplés avec des doigts de pied en forme d’abat-jour.’

‘Ta gueule, on s’en fout’.

 

NIPTUCK-Series-Finale-Hiro-Yoshimura-2.jpg 

Voilà, Nip/Tuck, c’était ça. Une série qui ne voulait rien dire et qui, dans ses dernières saisons en tout cas, n’avait plus la moindre ambition, le moindre fond, la moindre volonté de réflexion, le moindre désir de nous faire lire entre ses lignes, le moindre message. Les épisodes sont devenus brut de décoffrage, se consomment comme un vulgaire fast-food qui donne faim une heure après avoir terminé le repas. C’est presque à se demander comment les acteurs ont pu accepter d’y figurer jusqu’à la fin. Il faut avouer qu’ils sont eux-mêmes devenus mauvais au fil des saisons, et encore plus dans les deux dernières. Franchement, qui imagine Julian McMahon, Dylan Walsh, ou pire Joely Richardson, dans d’autres rôles ? Le constat devient carrément fracassant dans les deux derniers épisodes qui accueillent la sublime Famke Jansen pour son cultissime rôle d’Ava. On a presque l’impression qu’elle marche au milieu d’un champ de ruine et vient constater les dégâts.

 

Au-delà du n’importe quoi de la série, ce que l’on peut surtout regretter reste la stagnation des personnages. C’est criant dans la saison 7. Il y a notamment un passage où Christian et Sean ne peuvent plus voir en pâture et veulent cesser toute collaboration. Ils s’envoient leurs quatre vérités en pleine figure et puis paf, l’épisode d’après, les scénaristes commençaient à trouver le temps long, ils sont soudainement les meilleurs amis du monde. Pourquoi ? Comment ? On ne sait pas et on a de toute façon abandonné depuis bien longtemps tout questionnement sur la série.

 

En tout cas, s’il y a bien un personnage à qui personne ne pourra reprocher de stagner c’est bien Matt McNamara. Généralement, on ne le voit pas quelques épisodes et puis il revient avec une toute nouvelle lubie, sans que l’on ne sache ce qu’il est survenu de la précédente. Matt est une espèce de version hardcore de la série des Martine. Après Matt sort avec une facho, Matt fait un gosse à l’ex de son père, Matt est accroc à la coke et Matt découvre la scientologie, attention Mesdames et Messieurs, Matt repart en tournée ! Préparez-vous à Matt en mime braqueur d’épicerie, Matt en pute d’un taulard tatoué et, mon préféré, Matt en vendeur de tapis latino ! Matt McNamara sera notamment le 17 à Saint-Paul de Vence et le 21 à Saint Etienne Vallée Française.

 

Pourquoi s’emmerder ? Voilà, le vrai slogan de la série. Vous voulez un autre exemple ? Et bien le personnage de Katee Sackhoff qui a été du jour au lendemain interprété par Rose McGowan car la première était partie exaspérer Jack Bauer. Elle jouait en plus une énième psychopathe dans l’ombre de Sean qui finira elle-même charcutée par un autre psychopathe. La chaine alimentaire version Nip / Tuck en somme. Finalement, la seule vraie intrigue long-terme réussie de cette double saison concerne paradoxalement l’un des personnages les plus trash de la série : Kimber.

 

La bimbo est follement amoureuse de Christian mais voyant que ce dernier la déteste autant qu’il l’aime et qu’il ne pourra jamais la rendre heureuse, elle finit par se suicider. La scène est sublime et déchirante à la fois. Et Kimber m’a ému. En s’y penchant de plus près, on peut observer que toutes les femmes ont un destin tragique dans Nip/Tuck : Kimber se suicide, Ava part avec Matt qu’elle n’aime pas, Liz finit sur un chagrin d’amour et Julia est… Julia.

 

Ryan Murphy doit finalement être un genre de womanhater qui concentre tous ses fantasmes sur la fausse virilité presque gay de Christian et se venge outrageusement de la gente féminine ! On en arrive enfin à ma petite théorie sur Nip / Tuck pour en expliquer son destin hors du commun : Et si Ryan Murphy n’était finalement qu’un dangereux psychopathe et que Nip/Tuck n’était finalement qu’un terrible exutoire à ses plus ténébreux fantasmes ? D’ici à ce qu’un des gosses de Glee devient un serial killer taxidermiste…

 

wallpaper_1024x768_04-550x412.jpg 

Conclusion : Nip / Tuck restera comme une série à l’image de ses intrigues. Une opération de chirurgie esthétique à l’infini qui l’aura tantôt embellie, tantôt massacrée. Si l’on ne devait retenir qu’un seul mot pour la définir, ce serait l’excès. La série restera comme un véritable grand huit qui ne se sera jamais arrêter, nous plongeant d’une seconde à l’autre de l’émotion pure à l’ennui, de l’humour au pathétique. Elle n’aura pas su évoluer, passer à l’âge adulte. Avec le recul, on s’en souviendra comme une série qui aura sans cesse rechercher sa cure de jouvence sans jamais retrouver la sublime de ses premières années.   

 

COLE. Twitter : http://twitter.com/Cole4616

(Crédit photos © FX /DR. )

 

Place 35 à découvrir dès lundi midi sur le blog.

Précédentes chroniques : http://www.leblogtvnews.com/categorie-11513584.html .

 

Participations également cette saison de :

Tao (Critik en Séries)

Lulla (Des News en Séries)

Alain Carrazé (8 Art City)

Pierre Langlais (Tête de séries)

Pierre Serisier (Le Monde des Séries)

Btv27 (Series Live)

Dylanesque (Dylanesque TV)

Et Boodream.

 

Merci à :

 

 001.jpg
 002
003.jpg
 004.jpg
005.jpg 
006.jpg 

 

 

 

 

Related Posts with Thumbnails

 

 

Commenter cet article

Gaetan 12/07/2010 22:17



Content de voir que tu as retrouvé la raison à propos de Nip/Tuck, Cole. L'an dernier, tu l'avais classée beaucoup trop haut. Cette fois, elle est à sa place. Triste évolution tout de même après
les 2 premières très bonnes saisons. Les 2 suivantes étaient moyennes mais passables. A partir de la 5, c'est juste abominable. C'est rare que je regrette d'avoir continué à suivre une série
jusqu'au bout mais dans le cas de Nip/Tuck je le regrette vraiment. Même le series finale était lamentable. 



Fabulous_57 11/07/2010 19:03



Avant, on avait droit aux meilleures & pires épisodes, ce n'est plus le cas cette année ou c'est juste qu'il n'y a pas de meilleure épisode ? ^^



molecule 10/07/2010 00:07



Ça rame, votre site, avec toutes ces pubs de partout. Ça commence franchement à me casser les coui**es...



Pascal 10/07/2010 06:19



Ces pubs de partout ?


Il y a la bannière du haut et celle sur le côté à droite qui se déplace, c'est tout.


Tu ne confonds pas avec la liste des banières des sites partenaires ? Merci pour tes éventuelles précisions ;)



Fragolla 09/07/2010 18:32



Lu et approuvé. Excellent résumé.


 


PS: J'ai bien ri !!



Th.P. 09/07/2010 15:11



Très bon billet, et pourtant je suis fan et ne devrait pas être content ! Mais difficile de ne pas être d'accord avec ce que tu soulignes.



Max 09/07/2010 14:40



À Xax : Oui, d'ailleurs je ne comprend pas trop pourquoi on ne l'intègre pas directement dans la sixième saison. Pour moi, Nip/Tuck aura eu six saisons, non sept (la deuxième partie de la saison
5 est d'ailleurs parfois considérée comme étant la saison 6... bref, c'est un beau bazar à ce niveau-là)


Très bonne critique. Étant un grand fan de cette série depuis le début, je n'ai pu qu'être également déçu par la baisse de qualité au fil des saisons... la première est formidable, de mon point
de vue, la deuxième gagne en intensité, la troisième est partagée mais de très bonnes idées persistent, la quatrième aurait du être la dernière (qui plus est le dernier épisode pouvait très bien
servir de conclusion finale). La cinquième est sans conteste décevante, même si la deuxième partie relève le niveau et que malgré tout, il y a de bonnes idées. Et la sixième (et septième...) est
selon moi bien meilleure même si l'on est loin du niveau d'antan. Le final m'a néanmoins fortement déçu...


Une mention à Kimber qui reste selon moi le personnage le plus intéressant de la série mais qui a été trop souvent mal exploité.



Xav. 09/07/2010 13:50



La saison 7, c'est bien celle qui a été avancée et qu'on peut appeler 2e partie de la saison 6 ?



oizo 09/07/2010 13:48



pour moi, les enfants de Sean n'ont jamais eu lieu d'etre dans cette série.


Un peu comme un balai dans le placard qu'on sort quand on a un trou dans le scenario.



Valent1 09/07/2010 13:27



Très bonnes chronique une fois de plus, bravo pour ton travail (Les autres se sont réservés les meilleures séries ? ;) )



Boodream 09/07/2010 12:46



Effectivement on sent le lien affectif que tu as avec la série. C'est trés agréable à lire et j'ai beaucoup rigolé, mais honnêtement je ne sais pas comment tu fais pour ne pas être plus dur.
Perso j'ai lâché en début de saison 5 et devenir aussi minable quand on a été brillant, ça ne m'inspire pas d'indulgence particuliére.



TLC 09/07/2010 12:32



Au temps pour moi, c'était la saison 5 2e partie


http://www.leblogtvnews.com/article-34789550.html



TLC 09/07/2010 12:29



Mais elle n'a pas été critiquée l'an dernier la saison 6, dans le classement ?



Cole 09/07/2010 12:26



Merci :-) ! Mais j'adore la phrase de Venes qui est extremement juste. Elle allie dans la même phrase les mots pathétique et chouchou et c'est ça l'incroyable force de Nip / Tuck.


Quand on prend une série comme Prison Break, qui a eu une saison 1 excellente, on en garde pourtant un souvenir horrible. On a aucune sympathie pour cette série. Alors que Nip / Tuck est
finalement arrivé dieu sait comment, en touchant pourtant peut etre encore plus le fond que Prison Break, a gardé notre amour et finalement elle nous manque. C'est peut etre aussi la patte Ryan
Murphy !



delromainzika 09/07/2010 12:22



Encore très drôle tout ça. Tu as oublié l'enculeur de canapé quand même, c'est mythique ça ! Ca m'avais fait tellement rire cet épisode. Sinon je te trouve très juste avec Nip/Tuck elle n'avait
plus rien à offrir dans ses dernières saisons que du réchauffé. Un bon bilan teinté de phrase plutôt drôle à lire comme dab. Hate d'être lundi maintenant pour découvrir la suite.



Hugues 09/07/2010 12:21



Etant un inconditionnel de la série, je vous remercie pour cet article.


C'est une très belle critique.



VeneS 09/07/2010 12:16



Clair que cette série s'achève de manière assez pathétique, mais ça restera aussi une de mes séries chouchou :)



oy 09/07/2010 12:05



On sent que tu l'as aimé cette série ;)