Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séries...ton classement impitoyable ! Place 20, Ugly Betty saison 2.






Places 20 à 16 cette semaine pour "Séries...ton classement impitoyable!"




Place 20. UGLY BETTY SAISON 2.









Diffusion
sur ABC le jeudi soir à 20h (Moyenne saison 1 : 9,39 millions de téléspectateurs, - 25% par rapport à la saison 1) et sur TF1 en France. Renouvelé pour une saison 3.





Créé et produit par:
Fernando Gaitán, Silvio Horta et Salma Hayek

 




Avec :
America Ferrera, Eric Mabius, Vanessa Williams, Tony Plana, Ana Ortiz, Judith Light, Becki Newton, Michael Urie et Rebecca Romjin.

 




Bilan :
‘Hey Betty, You are beautiful’ nous scandait Mika en début d’année pour nous annoncer l’arrivée tonitruante de la nouvelle saison d’Ugly Betty sous l’accroche suivante : ‘Brighter, Bolder .. Bettyer’. Et bien, ils ne croyaient pas si bien dire. Car si Ugly Betty est toujours aussi brighter et bolder, pour le reste … On repassera. Après une saison 1 délirante et décapante, de véritables moments de guilty pleasure en barre, la saison 2 est une douche froide. Si les premiers épisodes, jusqu’au fameux mariage, restent dans l’ambiance déjantée de la saison 1, les épisodes post-grève sont tout bonnement mauvais, inintéressants, mièvres avec des storylines à faire passer la niaiserie ’27 Robes’ pour le film le plus incisif de l’année. Dans ces derniers épisodes, Ugly Betty est devenu tout simplement une telenovela de bas étage en respectant à la perfection tous ses codes, alors qu’elle s’en amusait encore il n’y a pas si longtemps. Accident de parcours ? Espérons-le. En attendant, revenons sur cette saison qui a vu le meilleur… comme le pire.




La saison avait pourtant bien commencé. Les péripéties liées au mariage du couple diabolique Bradford et Wilhelmina constituent la force de la saison, à mi-chemin entre le soap décomplexé et la comédie déjantée. Les manipulations de Wilhelmina et de son eternel acolyte Marc sont juteusement borderline, ils en ont font des tonnes en poussant le côté soap à l’excès et en nous livrant ainsi une parodie décapante. Le duo d’enfer reprend en effet les codes chers au soap tel les rebondissements invraisemblables, les répliques cassantes et les expressions apostrophées du visage tout en les tournant en  dérision la plus totale. Une seule de leur apparition suffit souvent à nous déclencher une crise de fou rire tant les scénaristes jouent des clichés entre la garce ultime et le gay ultra-efféminé.










Cela nous donne des scènes surréalistes comme un combat western entre Betty et Wilhelmina sur le toit de Mode, un mariage totalement barré avec Bradford et une Victoria Beckham étonnamment drôle qui finit enfermée dans un placard, Wilhelmina qui agresse la ‘craquante’ Betty White dans la rue en la traitant de ‘sale vieille’ ou qui n’hésite pas à vendre Marc en toutou à une femme de milliardaire qui avait prévu de se marier le même jour qu’elle ! Le duo porte la série à eux-seuls en n’ayant aucune limite et en nous étonnant à chaque épisode avec une complicité qui crève l’écran. On a le sentiment que les scénaristes prennent un pied fou à faire vivre ce duo en multipliant les clins d’œil parodiques comme la cheminée qui s’enflamme quand Wilhelmina passe devant !

 




Vous l’avez compris, je pourrais parler pendant des heures de Wilhelmina qui reste à mes yeux LE personnage incontournable du show. En effet, pour le reste, Betty se repose sur ses lauriers, on sent un véritable essoufflement de la série qui s’est rapproché de son modèle sud-américain. Quelques intrigues de Mode restent malgré tout assez intéressantes puisque tout bascule à la mort de Bradford avec un affrontement surréaliste entre Daniel et Alexis au paint ball pour savoir qui va prendre la tête de Mode. Vous l’avez compris, le délire ne s’arrête jamais dans Ugly Betty. Jamais ? Pas si sur …

 




Il est temps de passer au point noir de cette saison : Betty. Paradoxal pour un personnage supposée être l’héroïne de la série ! Et le problème se situe justement là : Betty est devenue le véritable centre de la série, avec par-dessus le marché une intrigue pâlotte et bluette, à l’opposé des fondements de la série, si bien que les autres personnages se contentent de miettes distillées au fil des épisodes. Ainsi, au cours des derniers épisodes, Alexis, grandiose en saison 1, transparente en saison 2, a du apparaitre environ 42 secondes. Même les apparitions de Willy se comptent sur les doigts d’une main ! Un peu de Betty, ça va, beaucoup, bonjour les dégâts !

 




Effectivement, lors de la saison 1, la morale de la gentille Betty venait contrebalancer les manipulations de la terrible Willy. Or, en fin de saison, il ne reste plus que la gentille Betty ! Sans compter qu’elle est devenue encore plus cruche et bien pensante qu’avant, cela devient un véritable supplice. Au début drôle et gaffeuse, la voilà devenue mélodramatique. Dawson Leery, sors de son corps ! Franchement, on y est pas loin … La pauvre Betty se retrouve autour d’un triangle amoureux entre Henry, geek dont elle est amoureuse mais qui a mis enceinte une garce avant de sortir avec elle et Gio, beauf beau-parleur qui est éperdument amoureux d’elle. Qui va-t-elle choisir ? Le suspens est à son comble ! Cette simple intrigue, qui fait parfois stagner des épisodes entiers, plombe littéralement la série.







A côté de cela, ce n’est pas tout à fait tout puisque la famille de Betty est mise sur le devant de la scène. Si le calvaire de la sœur à Betty, Hilda, suite à la mort de son mari en fin de saison 1 est très bien traité, à la fois triste et léger, la suite est moins reluisante et carrément ennuyante. D’autant que le fantomas d’Hollywood a encore frappé, j’ai nommé Eddie ‘Annulator’ Cibrian, et tel l’original, personne n’arrive pas à le stopper ! Et face aux abdos de la bête qui ravissent les demoiselles, nous ne sommes bels et bien que de pales commissaires Juve ! Allez, je vous le promets, à sa prochaine apparition, je lance la pétition !

 




Même les intrigues du playboy Daniel, le patron de Betty, tournent rapidement au pugilat lorsqu’il se met à sortir avec la sœur de Wilhelmina, une sociopathe pyromane. Rien que ça. Si Willy est une nouvelle à fois à l’origine de confrontations exquises, l’intrigue en elle-même est un raté total. Cousu de fil blanc, le dénouement est attendu à 10.000 à la ronde et se révèle sans surprises.

 




Reste tout de même quelques bons points à part Wilhelmina dans la série, et notamment le personnage d’Amanda, la réceptionniste, véritable blonde cruche et légèrement nympho, qui se croit irrésistible et qui est à la recherche perpétuelle de la célébrité. Le duo qu’elle forme avec Marc est à se tordre de rire tant ils versent sans cesse dans la surenchère. Adeptes des répliques cinglantes et des critiques les plus acerbes, ils n’en ratent pas une ! Leurs attaques sont gratuites, faciles mais tout bonnement jubilatoire ! La complicité du duo crève l’écran. Ainsi, Marc n’hésite pas à  arracher la robe d’Amanda en pleine cérémonie de mode pour lui faire profiter de son quart d’heure de célébrité. On pourrait la croire énervée, mais non, elle est ravie ! Dommage qu’on l’attache à cette malheureuse intrigue en fin de saison, à la recherche de son père, qui la dramatise un peu. C’est le genre de personnage léger qui doit rester léger. Enfin, on notera également la présence de la sympathique Judith Light, dans un rôle de cavaleuse, aux antipodes de Madame de Servie !

 




Malgré tout, le dernier épisode de l’année sonne le glas d’une triste deuxième partie de saison. On aurait pu s’attendre à un mea culpa des scénaristes et un épisode déjanté nous faisant foi d’une saison 3 à la peau neuve mais il n’en est rien. Il vient, au contraire, encrouter Betty dans des intrigues fleurs bleues et clichés, à l’image des pires comédies dramatiques américaines avec aucun suspens, aucun cliffangher, aucun enjeu, bref le creux de la vague est atteint. Seule une scène avec Naomi Campbell est hilarante où cette dernière sort son téléphone portable devant le public et la tout le monde crie ‘attention !’ et se baisse en même temps, en référence à la malheureuse affaire de violence de la même Naomi. Une belle preuve d’auto dérision du mannequin !




Par contre, je suis très déçu par l’apparition de Lindsay Lohan. Il faut dire que le meilleur film qu’elle ait fait récemment reste sa fameuse sex tape où elle montre enfin l’étendue de son talent. Mais le temps que l’on s’habitue à la voir habiller et la bouche libérée de tout organe masculin, son apparition était déjà terminée ! Oui, je suis méchant d’autant que selon la source indiscutable qu’est son site officiel, ce ne serait pas elle sur la vidéo. Ce doit etre l’influence de Whilelmina, elle me fait dire des atrocités ! Gageons pour conclure que le déménagement annoncé à New York de la saison 3 redonne les lettres de noblesse à Betty.

 




Meilleur épisode : 2.07  – ‘A nice day for a Posh Wedding’

 

Pire épisode : 2.18 – ‘Jump’ (season finale)

 




Les points forts :
L’univers pop art et sucré de la série, très parodique de la télé novela, reste un atout ajouté à l’humour decalé et décapant, même s’il est beaucoup moins fort qu’en saison 1, marque l’identité du show. Enfin le duo Wilhelmina / Marc est délicieusement drôle et méchant, perfide et manipulateur, absolument irrésistible ! A eux-seuls, ils portent le show et permettent d’épicer de bien tristes épisodes.

 




Les points faibles :
La série prend de plus en plus une tournure bluette, cucu qui renie le côté parodique de la série. L’intrigue de la saison de Betty, ennuyeux triangle amoureux, ne vaut franchement pas mieux que le Destin de Lisa. Et le comble est que cette triste intrigue occupe les ¾ des derniers épisodes. On préfère la Betty gaffeuse que la Betty douteuse ! Sans compter que les intrigues secondaires de Daniel et Hilda sont déjà-vu et n’égayent guère pas notre intérêt.

 




Conclusion :
Ugly Betty constitue certainement la plus grosse douche froide de la saison tant on avait confiance en la série après une envolée impressionnante dans le délire le plus total en saison 1. Après avoir franchit toutes les limites du soap en les tournant en dérision avec brio, Betty semble s’être adoucit avec les intrigues mélo pas franchement passionnantes. Les scénaristes ont du oublier qu’ils écrivaient une comédie et non un drame ! A moins que des scénaristes de la version allemande aient infiltré la version américaine ?





(Photos copyright ABC) 





COLE.




Rappel (pour les Juilletistes qui rentrent de vacances par exemple...) :


Place 30 : Nip Tuck saison 5. http://www.leblogtvnews.com/article-21392122.html


Place 29 : Dirt saison 2.
http://www.leblogtvnews.com/article-21418804.html


Place 28 : Samantha Who ? 
http://www.leblogtvnews.com/article-21447786.html


Place 27 : Heroes saison 2
. http://www.leblogtvnews.com/article-21473042.html


Place 26 : Simpsons, saison 19
. http://www.leblogtvnews.com/article-21529250.html


Place 25 : Prison break saison 3. http://www.leblogtvnews.com/article-21552747.html


Place 24 : Weeds saison 3. http://www.leblogtvnews.com/article-21585545.html


Place 23 : Gossip girl saison 1. http://www.leblogtvnews.com/article-21611201.html


Place 22 : Dirty sexy money, saison 1. http://www.leblogtvnews.com/article-21636361.html


Place 21 : Brothers & sisters saison 2.




AVEC LA PARTICIPATION DE :


Cole (
Sérieslive)


Tao (
Critikseries.com)


www.critikseries.com/




Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
N
Si je suis d'accord avec une partie de l'analyse, il y a l'autre partie pour laquelle ça ne va pas. Eddie Cibrian ? Je veux pas dire, mais il sauve une partie de la fin de saison au niveau des intrigues. On reste dans le domaine de la love-story soapesque mais c'est plutôt sympathique. Ca permet aussi à Hilda de revenir sur le devant de la scène et je pense que c'est en partie ce qui manquait aussi à cette seconde partie de saison (la pauvre avait été abandonnée après un moment). Par contre, Amanda devient littéralement affligeante en fin de saison et sort par les yeux à force de n'être que la caricature d'elle-même. Un supplice.Enfin, concernant la story-line de Daniel et de la soeur de Wilhelmina, c'est sans doute parmi les meilleures intrigues de cette seconde partie de saison. C'était délicieux et trop court finalement.
Répondre
C
Effectivement petite forme cette saison et le problème c'est justement Betty. Heureusement que les personnages secondaires sauvent la saison (surtout Willie).Par contre je suis déçue par les guests. Lindsay Lohan ne servait à rien. c'était juste pour le buzz, dommage...
Répondre
S
Bon résumé. Comme beaucoup, j'espère que la saison 3 va retrouver du piquant.
Répondre
E
Théo : ceci expliquerait cela effectivement...
Répondre
A
Coucou, Effectivement, la série perd de son coté caustique, pourtant le concept est excellent je trouve, un peu comme certaines séries parodiques des annèes 80.Bonne journée,Angie
Répondre
T
Je suis assez d'accord avec toi. Ugly Betty est devenue un soap assez conformiste, seuls Willy, Marc et Amanda sont encore les gardiens du second degré de la série.Il y a en fait deux périodes à cette saison, l'avant et l'après Bradford. Selon moi sa mort est une erreur car le personnage était formidable. Alan Dale était génial dans ce rôle car il savait être drôle et sérieux en même temps.Mais la série reste agréable à suivre et elle peut parfaitement rebondir dans la saison 3.
Répondre
T
E, je crois que TF1 n'a diffusé que 6 ou 7 épisodes de la saison deux ;)
Répondre
O
Pas accroché dès les 1ers épisodes de la saison 1, abandonné  rapidement donc.
Répondre
E
Et là je me rends comtpe que j'ai du voir que la moitié de la saison...parce que le duel sur le toit (avec Marc qui fait le bruitage avec une tôle j'étais morte de rire) et la fashion week ça me dit bien mais par contre j'ai vu aucun des guests...dommage...en tout cas de ce que j'en ai vu j'ai bien aimé la deuxième saison... :)
Répondre
Q
Vraie baisse de rythme à la mi-saison, et oui on voit que la grève des scénaristes a eu des conséquences...Très bon article pour une série qui marche moyennement - et c'est dommage - en France. Faut dire, tf1 les diffusant par paquet de 3, c'est affligeant.
Répondre
D
De grands moments tels le paint ball et Amanda chantant dans un mariage (Grandiose!). Vivement la 3 (qui commence quand aux US ?)
Répondre
C
Très déçu par cette saison qui certes démarre bien, mais ensuite, plouf...Je l'aurais mis plus autour de la 25e que la 20e place et placé Samantha who ou encore Weeds devant.
Répondre
@
Je rejoins ton analyse Cole, mais j'espère que la saison 3 va redémarrer sur les chapeaux de roue.Mention au duo Amanda - Marc :0004:
Répondre
L
Je passe mon chemin, j'ai découvert il y a seulement quelques semaines la saison 1 avec beaucoup de retard et j'ai été totatelement séduit par l'univers flashy de la série !
Répondre
P
Mon Dieu, quand je pense que certain(e)s préfèrent le gnan gnan Destin de Lisa...Ou que d'autres n'ont pas voulu regarder pensant que c'était la version us  de Lisa.
Répondre
R
Très bon début de saison 2 effectivement. Ensuite, pas vu, donc difficile de donner mon avis. Mais apparemment, encore une série où la grève des scénarii  a laissé des dégats :(
Répondre
B
Beau travail, une nouvelle fois :-DCette série, je la suis pour Vanessa Williams, de + en + jouissive dans son rôle !
Répondre
V
Devenu accro à cette série. J'espère que TF1 va diffuser les inédits de la saison 2 dès la rentrée e tpas attendre fin 2008.
Répondre